Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 11:04
Cet adage n’est pas formalisé, pourtant il semble être l’un des principes qui guident les débats. Ainsi lorsque l’on « attaque » une thèse, il est souvent demandé une explication alternative.
Cela ne m’avait pas frappé jusqu’alors mais maintenant que j’en ai pris conscience, cela me semble très fréquent.
 
Ainsi, par exemple, si l’on attaque la théorie du réchauffement climatique causé par l’effet de serre d’origine « humaine », il ne suffit pas de démonter les prétendus démonstrations de la théorie : il faut fournir une explication alternative.
 
Il y a un refus de l’ignorance. Cela signifie que l’Humanité a la prétention d’être en mesure de tout expliquer. On retrouve cette idée –sous une forme différente- dans le refus de l’accident, et dans la nécessité d’un coupable.
 
Je fais ce constat. Je le trouve étrange. Si je me « remémore » mes croyances antérieures, il me semble que le modèle standard en la matière était la supposition d’un accroissement cumulatif des connaissances. Cela signifie qu’il était admis que le champ de l’ignorance était important. Il n’y avait aucune honte à cela. Si cela est exact, c’est donc qu’il y a eu une transition : a quelle moment s’est elle produite ?
 
Peut être que l’acceptation de « l’inconnu » n’était pas aussi grande que ce que je croyais. Ainsi, les procédés « magiques » (sorcellerie, astrologie, alchimie,…) sont des méthodes de « maîtrise » de l’inconnu. D’autre part, de tout temps, les « chefs » sont toujours apparus comme « maîtrisant la situation » : ce n’est pas une invention nouvelle. A aucun moment dans l’histoire, un chef (qui l’est resté) a dit un truc du genre « je ne sais pas » ou « je ne peux pas » (je pense à Lionel Jospin sur « l’Etat ne peut pas tout » et les conséquences).
 
Cela me fait glisser sur un autre domaine : celui de l’action. Il me semble en effet qu’il vaut mieux une mauvaise décision que pas de décision du tout. La mauvaise décision sera peut être de ne rien faire (justement par ignorance). Mais cette considération est spécifique : elle porte sur l’organisation sur la « mobilisation », sur « l’état psychologique des troupes ».
 
En définitive, il me semble que « l’humanité » faisait plus preuve d’humilité par le passé. Elle reconnaissait sont ignorance. Au contraire, toute avancée de connaissance n’était pas acceptée sans vérification. On tolérait de rester dans l’ignorance et on refusait l’erreur. Et cela a certainement changé.
 
Cette idée me semble importante. Elle méritera des approfondissements.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by thidgr - dans Errements
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives