Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 11:00
Les informations me disent qu’en France le fret ferroviaire ne « va pas bien ». C’est à dire qu’il stagne (il n’augmente pas), il serait même déficitaire. Peut être que les employés du fret sont heureux : cela, ce n’est pas dit.
 
Ce constat de « non compétitivité » du fret ferroviaire est surprenant.
 
En effet, supposons un train de 30 wagons portant chacun environ 50 tonnes soit 150 t. La concurrence (terrestre) c’est une flotte de camion de 30 tonne : il en faut donc 50.
 
Comparons les coûts « premiers ».
Ferroviaire : 1 conducteur + cout de transport électrique (cumul des avantages de l’efficacité de la propulsion électrique et du roulement sur rail) + cout de chargement/déchargement
Camion : 50 conducteurs + la consommation de 50 camion + les éventuelles péages + cout de chargement/déchargement de type 2 (moins cher que pour le premier).
Très très net avantage du rail. Il devrait être au moins 50 fois moins cher
 
L’usure (ou l’amortissement) des 50 camions et de la locomotive est des 30 wagons est plutôt encore à l’avantage du rail.
On peut ajouter que le rail étant un moyen de transport « sûr », les coûts d’assurance doivent être moindre.
 
Alors, où est l’erreur ?
 
Un ami me disait que le problème vient du fait que le fret « paie la voie ferrée » alors que les camions utilisent « gratuitement » la route.
Sans renier cet argument, il me semble largement insuffisant.
En effet, le paiement de l’entretien de la route se trouve partiellement dans les péages autoroutiers et la TIPP. Il est l’équivalent du cout de l’entretien des voies ferrées. Pour le rail, il faudrait augmenter le trafic pour diminuer le prix « par voyage ».
D’autre part, les infrastructures installées (routes et voies ferrées) sont déjà « amorties ».
 
Une première explication que je vois est la rupture aux frontières. En effet, les transports sont souvent transfrontaliers. Et au changement de frontière, il y a souvent changement de technologie ferroviaire. Il est parfois nécessaire de changer de motrice. Il faut parfois changer de conducteur.
 
Une deuxième explication est la faiblesse de l’interconnexion rail-route ou rail-port. En effet le rail n’est qu’un maillon de la chaine. Le fait de pouvoir capter le fret dans les ports est important. D’autre part, il faut bien finir par acheminer le fret dans l’entrepôt « client ».
 
Mais c’est sans doute la rigidité du fonctionnement du fret ferroviaire (en France) qui est la cause principale. L’absence de concurrence a sans doute un grand effet.

Partager cet article

Repost 0
Published by thidgr - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Rémi 09/03/2008 22:19

Le principal avantage du routier, c'est de pouvoir faire des services porte à porte. En ferroviaire c'est difficile.Pour le manque de compétitivité du ferroviaire, outre les trois raisons que vous citez, pertinentes, on peut rajouter :-le manque de sillon (en journée, les sillons sont pris par les trains de voyageurs, notamment les TER, qui ont été jusqu'à maintenant privilégiés par la SNCF)-le manque de fiabilité : du fait du manque de sillon, un train confronté à un incident, une panne mécanique, ect... doit attendre qu'il se libère une place sur le réseau et peut prendre un retard important, non rattrapable-l'entretien et le renouvellement des voies et des lignes électriques, la gestion de la signalisation, des embranchements... coûte cher. C'est normal que les trains payent la "voie ferré" (et souvent, surtout sur les petites lignes, les péages ne couvrent pas les seuls frais de fonctionnement)Cela dit, sur l'exemple que vous citez, une entreprise qui envoit 1500 tonnes de marchandise pondéreuses (50 tonnes par wagon, c'est beaucoup) d'un coup, d'une seule origine à une seule destination, va si c'est possible utiliser le ferroviaire (ou la voie d'eau). C'est effectivement beaucoup moins cher.Seulement, ce cas est finalement assez rare. L'évolution des modes de consomation, de la logistique, le déclin des industries lourdes..., fait que la plupart des marchandises sont aujourd'hui peu pondéreuses, envoyées en petites quantitées, mais régulièrement, avec des origines et des destinations multiples.Là le train est beaucoup beaucoup moins pertinent (y compris d'un point de vue écologique).J'aborde ces problèmes sur mon blog consacré au transport de fret, voir notamment les articles :sur le problème du wagon isoléhttp://ecotransport.blog4ever.com/blog/lirarticle-142072-609784.htmlsur le fret en général (débat au sénat)http://ecotransport.blog4ever.com/blog/lirarticle-142072-562815.htmlsur les opérateurs ferroviaires de proximitéshttp://ecotransport.blog4ever.com/blog/lirarticle-142072-492474.html

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives