Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 09:38

Aux informations du 12 février 2009 il est question d’un rapport de l’agence française de sécurité sanitaire sur les OGM. Il parait que le mais OGM serait « sans danger ».

Je ne jugerais pas du fond. J’aurais tendance à être d’accord. Il est clair que ces « vis d’expert » ne contentent pas tout le monde et que beaucoup n’y croient pas.

 

Dans le détail, il parait que l’AFSS n’a pas vraiment « fait d’expérience » mais à effectuer un travail de compilation de documentations disponibles. Cette documentation provient majoritairement des industriels qui ont intérêt à vendre des OGM.

 

Cela m’amène à plusieurs remarques.

Pour une question comme la « dangerosité des OGM » et plus généralement les sujet de « sécurité sanitaire », si on l’aborde « scientifiquement » (objectivement, en recherche de vérité,…), l’aspect « national » n’a pas à jouer. Donc le fait qu’il s’agisse d’une agence « française » n’est qu’une contrainte administrative.

Dans le cadre de l’union européenne,  d’un marché unique, ce cadre « national » semble incongru. On pourrait en effet imaginer, à défaut d’une agence mondiale, que l’UE se soit d’oter d’une agence européenne. C’est d’autant plus important qu’il serait plus cohérent que ces conclusions s’appliquent à l’UE tout entière.

Le fait de ne pas procéder a des expériences est déplorable. C’est sans doute une question de moyen. Mais justement, le fait d’avoir une agence européenne laisse espérer que les moyens soient multipliés par rapport au niveau français seul. Ceci devant permettre de mener les expériences nécessaires.

 

Ces remarques faites, il apparaît que la suspicion sur les rapports de cette agence sont fondés. En effet, elle apparaît plus « politique » que « scientifique ». Il est clair que les intérêts « nationaux » (au moins de certains groupes de pouvoir nationaux) ne sont pas étrangers aux conclusions.

 

En pratique, le fait d’avoir une entité qui puisse « dire le vrai » en tout objectivité est proche de l’impossible. L’impossibilité est « politique » : aucun pouvoir n’admettra de déléguer cela. L’impossibilité  est aussi « opérationnelle » : l’approche de la vérité est un idéal inaccessible, il faudrait des moyens quasi infinis pour l’approcher. Enfin, il y a un véritable problème de communication : un rapport « idéal » serait nécessairement technique, rigoureux, équilibré pesant le pour et le contre) et donc nuancé. Ceci est tout le contraire de la communication grand public.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thidgr - dans Media
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives