Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2006 1 26 /06 /juin /2006 14:12

Je mes suis remis à l’anglais. Je manque de pratique à l’oral, et je prends conscience de la difficulté de prononciation. Ceci me conduit à m’intéresser à la phonétique. Sur le site wikipedia, on trouve des informations concernant l’alphabet phonétique international. Les tableaux suivants en sont extraits.  

Les Voyelles.  

 

Les consonnes.  

 

 

Il est surprenant de constater ce que le système phonétique humain est capable de produire. Pour en revenir à ma préoccupation, c’est la comparaison de l’anglais et du français qui m’importe.   

Comparaison des consonnes.  

Etant donné la difficulté de publication, ce n’est qu’un extrait du tableau. Les consonnes du français sont

 

 

 

Les consonnes de l’anglais sont :  

 Contrairement à une idée répandue, il y a peu de différence sur ce point entre les 2 langues. L’anglais présente « 7 différences ».  

- Les 2 « th » [θ, « dz »]. Finalement, ils ne sont pas bien méchant. Et puis on les voit bien écrit. 

- Le [r] auquel on ne pense pas. Ce n’est pas notre [R]. A l’écrit, c’est pire, le « r » anglais est rarement prononcé. La prononciation ne pose pas de problème particulier.  

- Le [ h ] que l’on connaît dans nos « interjections ».  

- Les tch et dj [« tch », « dj »] qui ne sont qu’une contraction de phonème usuelle et que l’on connaît du fait des mots étranger (tchad, jazz).  

- Le « ng » [ŋ] qui est arrivée en français depuis belle lurette par l’introduction des mots d’origine anglaise (ring). 

Donc pas de problème véritable.  Pour un anglophone, les 4 différences sont les suivantes.   

- Le « gn » [ñ]. Il peut passer sous la forme [n j]    

- Surtout le « R » que les anglophones continuent généralement à « rouler ».   

- Le « û » qui présente une difficulté analogue au « u » [y].   

- Le « j » qui est utilisé de façon restreinte en anglais (plaisure).   

Finalement c’est sur les voyelles que se situe la difficulté.  

 

Comparaison des voyelles.   

 

 Il faut ajouter les 4 nasales :  ε~,  œ~, O; A~  

 Il faut ajouter les 8 diphtongues : IE, UE, EU, εI, εE, OI, aI, aU. Cette recherche m’a amené à identifier ce qui me semble être une erreur que l’on trouve dans les dictionnaires. Il y a une confusion entre le [e] et le [ε ]. On trouve ainsi dans les dictionnaires (cf http://dictionary.cambridge.org/define.asp?dict=CALD&key=19726&ph=on) 

Français : gué [ge], guet : [gε]. Anglais : get : [get]. Or, il me semble que « get » ne se prononce pas comme « guét » mais comme « guette ». Les dictionnaires anglais utilisent les signes [ e,  eE, eI ] au lieu de [ε, εE, εI] qui me semblent convenir. Pour les besoins de ma comparaison, j’ai rétabli ce qui me semble être juste. 

Les voyelles utilisées en anglais qui ne le sont pas en français sont :  

- [I] dans « feel ». Proche du [i], toujours longue. Prononcé comme un « i » long, ne pose pas de problème. La distinction de notation semble abusive. Par contre, il est long ! (et ce n’est pas écrit).   

- [U ] : dans « book ». C’est proche du [u] (qui lui est toujours long). Un francophone a tendance à le prononcer pareil. C’est sans doute approximatif. Mais ça passe.  

- [æ] : dans « dam ». Entre le [a] et le [ε] mais différent des 2 (cas ils existent en anglais). Grosse difficulté. 

- [3] : dans « girl ». Toujours long. Pas trop loin du [E ] mais différent. En le prononçant comme  [E : ], ça passe. 

- [^] : dans « gun». Un [O] non arrondi. Pas commode à faire. D’autant plus que le coin des phonèmes utilisé est encombré.   

- [α ] : dans « got ». Un [A ] arrondi. Un francophone le prononce généralement (à tort) comme - [æ] : dans « dam ». Entre le [a] et le [ε] mais différent des 2 (cas ils existent en anglais). Grosse difficulté.   

- Les 8 diphtongues. En terme de prononciation, pas de difficulté supplémentaire. Le problème c’est surtout de savoir quand les appliquer. A noter que ce phénomène de diphtongue n’existe pas en français (on accole les phonèmes des voyelles).   

Bref, les difficultés de prononciation de l’anglais se situent là sur les voyelles et non sur les consonnes. Il y en a essentiellement 3 :  [æ] (dam) [^]  (gun) [α ] (got).  

Pour un anglophone, les « nouveautés » du français sont les suivantes : 

- Les 4 nasales. Heureusement, que le « un » [A~] est en voie de disparition.   

- Le [y] : certains n’y arrivent pas.  

- Le [e] : pas facile   

- Le [ø] : durdur   

- Le [œ] : proche du [E]. On peut généralement le prononcer pareil.   

- le [o] : vous pouvez y arriver. Impossible de le confondre avec [O].   

- le [A] : vous avez de la chance, il tombe en désuétude, et on peut le prononcer [a] sans trop de problème.  

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives