Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 16:40

Je suis dans le domaine informatique, dans une grande entreprise. Les notions de « restructuration », « d’économie d’échelle » ne me sont pas étrangères.

Ceci me conduit à approfondir un thème : la mutualisation d’une fonction. Et surtout la particularité d’une fonction « informatisée ».

 

Je vais prendre 2 exemples : un travail de maçonnerie et l’édition de fiche de paie.

 

Le premier, un travail de maçonnerie est une fonction homogène (le « métier de maçon »). Il n’est pas (ou quasiment pas) informatisé. S’il faut un maçon.an pour faire une maison, il faudra 1000 maçons.an pour faire 1000 maisons (approximativement). La fonction proprement dite n’est pas mutualisable. Evidemment, par des approches « tayloristes » ou assimilés, on peut augmenter l’efficacité de nos maçons. Du point de vue « business », il faut un commercial, de l’administratif et il est souvent pertinent de regrouper les maçons dans une « grosse entreprise ». Je m’arrête là pour ce qui ne me sert que de « contre exemple ».

 

En effet, l’édition d’une fiche de paie est quelque part à l’opposé. On va supposer que l’on a affaire à l’édition d’une fiche de paie d’un salarié dans le cadre réglementaire français. C’est loin d’être « simple » mais c’est réaliste. C’est une fonction largement automatisable. Pour peu que l’on dispose d’un référentiel des salariés et de paramètres sur le salaire et les primes, « tout peut se faire tout seul » (y compris les différents virements ou paiements consécutifs à la paye). La contrainte ne vient que des machines (ordinateur et imprimante). On peut imaginer qu’une entité édite les fiches de paye de tous les salariées de France. On peut d’ailleurs se demander pourquoi le service n’est pas proposé sur internet. Le niveau de mutualisation de la fonction est quasiment « total ».

 

Fort heureusement pour les informaticiens du monde, les règles de gestion changent sans arrêt et cette vision idéale (cauchemardesque ?) n’est pas atteignable. En effet, une fois mis au point le service de paye pourrait tourner tout seul indéfiniment sans l’intervention du moindre informaticien !

 

Il me semble que les informaticiens ne sont pas les seuls dans ce cas de figure. On y trouve les métiers juridiques, la communication,…

De là à penser que ces métiers s’arrangent pour que les règles de gestion évoluent constamment…

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives