Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 15:38

Il est souvent question que la forme du rocher puisse coïncider avec la cote d’Espagne.

Qu’en est-il ?

 

Le point de départ est de placer le lieu de « plantage » ( ?;) à Roncevaux et alors de trouver un rapport d’échelle qui permette de rapprocher le profil du rocher avec cette cote.

Cela donne 2 options : soit on garde l’échelle du visuel et alors il faut une échelle de carte moins précise que 1/1000 000, soit on a la carte au millionième et alors il faut dilater le visuel (cette opération n’est pas particulière « courante » mais reste accessible). Le facteur de dilation est alors un « fait ».

 

Il reste alors à vérifier que la coïncidence est « très bonne » voire « parfaite». On ne saurait se contenter d’une approximation ici. Si c’est le cas, la piste peut être suivie.

 

Il n’est pas question de « croire sur parole », il faut le faire.

 

Je ne suis pas parvenu à trouver une coïncidence vraiment satisfaisante. Il demeure une grande ambiguïté dans le visuel (la largeur de l’épée engendre une approximation dans le lieu à prendre pour Roncevaux, de plus est-ce le col ou la ville ?).

 

L’échelle du visuel est d’environ 1/3 400 000 (le chiffre « 33 » ne peut pas être retenu). De même alors que le facteur est exactement de 3 entre l’épée de 780 et celle de 470, là c’est clairement différent de 3.

 

La forme de la cote coïncide « assez correctement » (mais pas « parfaitement »). On remarque le visuel n’a pas besoin de basculer. Ceci est donc une « confirmation » supplémentaire pour Roncevaux. Mais ce n’est pas ce que je recherche : peut-on en déduire plus ?

 

Cette cote passe à Laredo, il y a Hernani dans le coin. Le trait s’arrête vers Santander.

 

Laredo serait-il un clin d’œil pour 580 ? Cela fait difficilement un clé de passage. De plus, comment « trouver » Laredo en 470 ?

 

Le reste du profil du rocher mérite examen. Moyennant des approximations, cela peut correspondre au réseau fluvial. Mais ce n’est pas toujours la même rivière. Et pour cause de chaine des Pyrénées, il y a une coupure (une ouverture ?).

On va de l’Adour à l’embouchure de l’Ebre. On passe par les gaves réunis, le gave de Pau, puis le rio cinca (entre le rio Alcamadre et le rio Esera) et le Sègre.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cinca

http://fr.wikipedia.org/wiki/Adour

 

A noter luz St Sauveur (lumière, V Hugo, brèche de Roland). http://fr.wikipedia.org/wiki/Luz-Saint-Sauveur

Mais pourquoi sur tout ce parcours ne retenir que Luz St Sauveur ? L’ouverture dans la continuité des cours d’eau ?

Peut être que le Joseph Sauveur de 420 donne cela. Mais difficile de la voir en 470.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Br%C3%A8che_de_Roland

Une ouverture d’accord, mais quel rapport avec 530 ?

 

Au final, le profil du rocher peut confirmer Roncevaux.

Il permet de tracer au besoin un profil sur la carte (France et Espagne). On peut éventuellement passer de points remarquables sur le visuel (les limites de la poignée de l’épée par exemple) à des points sur la carte ou inversement. On songe notamment à la supersolution et aux reliquats.

Mais ces considérations ne permettent pas d’offrir une véritable alternative comme solution de 470.

 

Compléments

Les poignées de l’épée sont dans la mer cantabrique.

Le reste du visuel est assez peu exploitable.

En supposant que St Jean de 500 donne St jean de luz, que Sauveur de 420 donne alors Luz St Sauveur. Comment fonctionnerait le jeu ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives