Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 avril 2007 1 23 /04 /avril /2007 10:39

Pour comparer les projets, j’ai d’abord élagué le « verbiage », pour ne retenir que ce qui pouvait faire office d’engagement ou d’objectif. Ensuite, j’ai dû rapprocher thème par thèmes les 2 reliquats de projets. Pour ce faire, j’ai utilisé préférentiellement le projet UMP qui était structuré en liste alors que le projet PS est un long discours structuré  hiérarchiquement.

En faisant cela, je donne plutôt un avantage au projet UMP. En effet, le choix des thèmes, de la structure, (le choix des questions) est un avantage indéniable.

Rappel de la liste des 30 thèmes retenus :

-          agriculture et pêche

-          Culture

-          Défense

-          Ecologie

-          Education

-          Emploi et travail

-          Enfance

-          Europe et international

-          Expatrié

-          Femmes

-          Fiscalité et aides

-          Handicapés

-          Immigration

-          Institutions

-          Internet

-          Justice

-          Logement

-          Objectifs

-          Outremer

-          Recherche

-          Retraite

-          Santé

-          Sécurité

-          Service civique

-          Service public

-          Sport

-          Syndicat et entreprise

-          Territoire

-          Tourisme

-          Vie en société

 

Cette liste ne va pas de soi. Si j’avais à classer les thèmes d’un programme pour des élections nationales je ne dresserais certainement pas cette liste.

A noter aussi, qu’en théorie, les questions relevant de l’élection du président de la république ne devraient pas être les mêmes que celle qui relèvent des élections législatives. Mais la confusion engendrée par nos habitudes et notre constitution empêche en fait de séparer les 2.

Cette question des thèmes semble loin d’être anecdotique. Je tiens pour acquis qu’il faut réviser fondamentalement nos institutions. Cette révision passe nécessairement par une clarification du rôle et des compétences des sources de pouvoir. Finalement, les thèmes premiers, ce sont ces « domaines de compétences ».  L’évolution des institutions devrait passer par une multiplication des pôles de pouvoir : ces pôles de pouvoir s’équilibrent entre eux. Par contre, afin d’éviter les blocages, il importe de leur donner des domaines de compétences. Il me semble nécessaire que la désignation des « occupants » de ces pôles de pouvoir soit quasi systématiquement faits par le suffrage universel.

 

A la question, « êtes vous de droite ou de gauche ? », je ne réponds pas. En effet, je ne comprends pas la question. J’ai un avis sur une partie des thèmes de « l’espace public ». Parfois cet avis rejoint une orientation de droite, parfois une orientation de gauche. Donc, je trouve que la structure de l’expression du choix des électeurs est inadaptée. Par ailleurs, je reconnais qu’il faut une cohérence dans la conduite d’une politique (en pratique, cette cohérence n’a pas été démontrée lors des 5 dernières années). Toujours est il que cette cohérence n’a pas à être pas absolue : il y a des thèmes qui ne sont pas corrélés : par exemple le choix d’autoriser ou non des couples de même sexe à se marier n’a pas grand lien avec le taux d’intérêt de la BCE.

La dispersion des centres de pouvoir a déjà commencé du fait de l’existence de multiples niveaux régionaux : commune, intercommunalité, département, région, état, europe. Le problème est qu’actuellement, la lisibilité de cette structure est nulle. Toutes ces structures s’occupent de tout et ne sont responsables de rien.  Il est donc relativement impossible de juger de la compétence des gens désignés.

Bref la réforme institutionnelle nécessaire est énorme.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives