Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 11:31

Des obligations professionnelles m’ont plusieurs fois aux USA ces dernières années. La confrontation « de terrain » avec les clichés médiatiques sont toujours détonnant. Ainsi de la protection sociale.

 

Il est dit en France que nous possédons la meilleure protection sociale au monde et que par exemple le grand pays riche que sont les USA n’ont pas de protection sociale.

Toute la phrase qui précède est erronée. La démonstration que le système social de protection social soit le meilleur au monde reste à faire. Surtout, une grande majorité d’américains disposent de système de protection social : que ce soit pour la santé, la retraite et même le chomâge. Le fait est qu’aux USA il n’y a pas un système unique. Ainsi, en ce qui concerne l’assurance maladie, la réforme dite « Obamacare » ne vise qu’à offrir une protection pour la fraction actuellement non couverte. Et si elle est combattue, ce n’est pas tant parce qu’elle serait trop généreuse mais parce qu’elle donnerait au gouvernement fédéral un pouvoir supplémentaire (un « impôt supplémentaire ».

 

Les comparaisons entre les différents pays des différents systèmes en la matière seraient vraiment pertinentes et utiles. C’est bien évidemment hors de ma portée. On verrait sans doute que la situation réelle est loin de clichés, avec pleins de nuances et de surprises.

Il s’agirait de le faire sans a priori.

 

Si l’on se focalise sur la maladie, finalement le modèle est le suivant.

Il s’agit d’assurer des prestations de santé (préventive et corrective) à la population d’un pays (nationaux et étranger). Cela porte sur les dépistages, les mesures prophylactiques, les vaccins, les diagnostics, les traitements (chimiques ou physiques), la prise en charge des dépendances, la continuité de revenu. Il me semble qu’il ne faut pas y inclure les assurances décès.

Ces prestations peuvent sans doute se mesurer par des indicateurs. Il est évident que la situation ne peut pas être parfaite.

Ces prestations ont un cout. Il est très important et appelé à augmenter. Ce cout n’est pas « perdu » dans la mesure où il rend un véritable service (encore faut il que la dépense soit efficace) et qu’il « fait marcher l’économie » (et là l’enjeu est de savoir si les prix des fournisseurs de service ne sont pas trop élevés : en ce qui concerne les USA, je trouve étrange que ce pays tolère des tarifs médicaux particulièrement élevés).

Cette dépense provient fatalement d’un prélèvement sur la population. Il peut prendre différente forme (en France, c’est surtout sur le travail – il serait peut être plus judicieux de le prélever sur la consommation). L’enjeu est l’équité entre qui « paye » et qui « reçoit ».

 

Les budgets des prestations sociales étant supérieures au budget des états, ces questions sont loin d’être anecdotiques. On est loin de la transparence en la matière.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives