Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 16:02

En décalquant, les éléments principaux du visuels (qui sont tous de la même taille), on s’aperçoit de coïncidences :

- L’épée est parallèle à la pelle (ou est-ce une bèche ?)

- Le milieu de l’épée passe sur la pointe de la mine de crayon

Par ailleurs, on peut songer au rapprochement « barre à mine = épée qui brise le rocher ». Si l’épée est placée sur la ligne, la coquille est au bord de la poignée gauche. Si le crayon est placée sur l’épée, la coquille est située dans la zone de divergence finale du contour du rocher.

Il me semble que de tels coïncidences, si elles sont fertiles, doivent s’expliquer dans le cadres des « outils de terrassement » : sol, pioche, bèche, pelle, barre à Mine, houe,...

 

Mais comment interpréter tout cela ?

 

Est-ce l’angle Epée+Pelle/Ligne du crayon qui compte ? Alors c’est l’angle de « creusement » de la ligne de sol. Possible, mais peut étayé et il manque encore plein de choses.

La superposition épée sur pelle n’est pas fertile.

La distance Epée – Pelle (intervalle) est trop approximative.

Les distances sur l’épée ne semblent pas pertinentes.

 

Coquille = partie du arme blanche qui protège la main. Cela milite pour l’action de placer l’épée sur la ligne de façon opposée au crayon. Et alors ?

En faisant cela on « fait tourner » le visuel de 470 (sur celui de 560) autour du point d’intersection (remarqué) « ligne de crayon – axe de l’épée ».

Cette idée pourrait être exploitée au moment de la résolution de 560. Elle ne s’inscrit pas dans la résolution. On suppose qu’il s’agit de résoudre la 12 .

Ce qui tourne avec le visuel :

-          Courbe du rocher

-          Points remarquables de l’épée (poignée, fusée, autre garde, point d’impact dans le rocher)

Dans le visuel de 560, la coquille étant exploitée, il reste peu de chose (les lignes d’eau semble peut précises ni utiles. Il n’y a que la ligne de crayon qui est pertinente.

La seule lecture logique est que la pointe du crayon donne la profondeur en comptant par rapport au profil du rocher. Cela se mesure sur le visuel (en mm). Il n’y a aucune raison de passer par la mesure. Le rapport doit se fait sur la carte à la bonne échelle.

Partager cet article
Repost0

commentaires

PrÉSentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives