Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 22:41
Retour sur la question de la couche d'ozone (cf message du 14 février 2008). Plus de 5 ans déjà. Et la couche d'ozone est toujours là ;)

Mon scepticisme sur la peur de la disparition de la couche d'ozone est renforcé.
Je ferais plusieurs constatations.

Le premier est que le trou est au dessus de l'Antarctique alors que les régions développées qui ont émis les CFC sont dans l'hémisphère nord. Or, les atmosphère des 2 hémisphères se mélangent lentement. Donc, le trou devrait être au dessus de l'hémisphère nord et s'il y a une contrainte qui fait que cela doit commencer par le pôle, cela devrait commencer par le pôle arctique.
Ce même constat apporte une hypothèse. À savoir que le trou au dessus de l'Antarctique a toujours été là (il fluctue en cours d'année et selon les années) et que l'on a pris conscience de sa présence lorsque l'on a pu envoyer des missions scientifiques sur le continent blanc.
Par ailleurs, la fluctuation de ce trou est peu compatible avec un modèle de CFC qui "mangerait" l'ozone. En effet, si c'était le cas, la croissance du trou devrait présenter une tendance régulière.

Le deuxième constat vient de l'épaisseur ridicule de la couche d'ozone. En masse, cela est vraiment rien. Si un mécanisme destructeur était mis en œuvre, la disparition de la couche pourrait être rapide. Or, les quantités de CFC émises ont été importantes, de même ordre de grandeur que l'ozone. S'agissant d'une réaction catalytique où le catalyseur n'est pas consommé, la couche d'ozone aurait déjà du disparaître si le modèle était exact.

Le troisième est que cela semble bien une manipulation d'écologiste orthodoxe. En effet, ils ont su créer "un buzz" (on ne disait pas cela à l'époque) et obtenir une convention internationale sur le sujet. En face, il n'y avait pas tellement de contradicteur. Personne n'avait à coeur de défendre les CFC. Bref, pas de véritable contradiction. Un enjeu modeste au niveau mondial (même si cela représente tout de même un budget de 2,6 milliards de dollars !).
Et puisque cela a marché, les mêmes manipulateurs ont alors songé à passer à une autre échelle : le réchauffement climatique. Mais là, ce n'est pas pareil : les intérêts en jeu sont considérables. Malgré tout, il on réussi a faire créer le GIEC et a obtenir le protocole de Kyoto. Belle escroquerie !
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives