Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 14:06

La relecture de mon commentaire du 27 juillet 2010 sur la dette grecque ne me semble pas avoir perdu de sa pertinence.

Toutefois les rebondissements et soubresauts économiques de ces derniers temps méritent uen réaction.

 

Sur la Grèce d’abord, il apparait de façon patente une incompétence globale au niveau des instances politiques européennes (celle de l’euro ou l’UE en général). Il y a aussi une incompétence global des médias généralistes qui nous annoncent depuis plusieurs mois que « le problème est réglé ». Pire, il y a de la manipulation. En effet, le « méchant » est sensé être l’Allemagne « qui ne veut pas payer ». Mais a-t-on songer à demander aux français (contribuables) s’ils veulent payer les impôts de grecs ? La réponse ne me semble pas faire de doute. J’ai lu quelque part que cette affaire nous coutera (à la France) la bagatelle de 15 milliards d’euros. En ces temps de rigueur, il est vrai que l’on peut donner cet aumône !

 

La situation, est il vrai, plus compliquée. En effet, si le français contribuable ne veut pas payer, le français détenteur de dette grecque veut que quelqu’un paye. De même celui qui a des intérêts dans les banques françaises qui pâtissent de la situation ( et dans une certaine mesure, tous les français ont « intérêt » à avoir des banques françaises puissantes).

 

Pourtant, l’Allemagne n’a pas non plus intérêt à avoir une catastrophe grecque. Alors pourquoi tant d’atermoiements ?

 

S’il ressort quelque chose de cette triste histoire, c’est que la construction de l’euro a été bien improvisée ! Rien n’est prévue pour sortir (volontairement ou non) un pays de l’Euro. Rien n’a été prévu pour sanctionner les fraudeurs étatiques. Les sanctions des critères de Maastricht n’ont pas été appliquées. Surtout, la valeur de l’Euro est basée sur une politique anti inflationniste uniquement : ce n’est pas nécessairement ce que souhaitent les peuples ni ce qui est utile de façon permanent à l’économie. Pour faire court, cela n’arrange que les allemands.

En conséquence, l’avenir de l’Euro est bien compromis. Comment en effet imaginer que la Grèce puisse s’en sortir sans la possibilité de dévaluer ?

 

 

 

Passons à la dégradation des USA, de l’Italie (puis de la France ?). On peut difficile nier que les situations financières de ces pays ne sont pas des plus saines (3 ans de découvert pour la France !). On pourrait au contraire demander à Standards & Poor pourquoi il n’a pas dégradé plus tôt. Inversement, la signification de la « dégradation » est éminemment problématique. Ce n’est pas qu’une note théorique, elle a bien un effet retour qui entraine dans un cercle vicieux. Le monde financier accorde beaucoup de pouvoir aux agences de notation (encore que malgré sa dégradation, les USA empruntent toujours moins cher que la France). Ces agences sont anglo saxones.

Tout cela est révélateur de la mainmise anglosaxone sur la finance mondiale et sous les discours de la liberté, c’est bien à un véritable racket que l’on a affaire.

 

 

Venons en aux malheurs du moment des banques françaises. On peut considérer que le pays est attaquée. Nous sommes victimes d’une agression majeure. D’où vient elle ?

Si l’on avait affaire à des spéculateurs « normaux » qui cherchent leur gain en prenant leur risque, il n’y aurait rien à dire. Mais il s’agit là d’une attaque concertée. On peut reprendre mon article du 20 juillet 2010 sur la spéculation. Le problème est le caractère « autoprédicitif » de la spéculation si elle est menée à grande échelle (je parie que le cours va baisser, donc je vends et comme je suis très gros, le cours baisse effectivement, donc j’avais « raison »).

 

 

Le seul politique dont les commentaires me semblent à propos sur ces affaires me semble Jean-Luc Mélenchon. Il reste que je n’ai pas compris ce qu’il proposait comme « contre attaque » (à mon sens, la seule attitude c’est de manoeuvrer de façon à faire perdre des milliards à ces spéculateurs). En effet, la situation financière étant désastreuse, on s’est mis à la merci de ces rapaces (merci M Sarkozy d’avoir fait exploser une dette déjà gigantesques).

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
<br /> Mon Blog(fermaton.over-blog.com),No-7, PERDRE LA RAISON. -MATHS ULTIME.<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Je me pose quelques questions<br /> <br /> <br />  -a partir de quel pourcentage d'abstention, des élections sont elles annulées?<br /> <br /> <br />  -Combien coute par an un gouvernement (sans même parler d'efficacité)uniquement salaires+charges+infrastructures?<br /> <br /> <br />  -que se passerait il concrètement si l'europe s'arretait (en dehors d'un cataclysme sur la bourse)<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> <br /> La tribune publie les caractéristiques du plan allemand "Eureca" pour sortir la grèce de l'impasse<br /> <br /> <br /> http://www.latribune.fr/accueil/a-la-une.html<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Il me plait bien<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre

PrÉSentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives