Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 14:31

Je suis amateur de science. Sans doute dans tous les sens du terme « amateur ». Et je déplore le fait qu’elle soit en « danger ».

 

J’entends par « Science », l’ensemble des connaissances accumulées par l’espèce humaine depuis des siècles et concernant le « monde  qui nous entoure ».

Bien sûr, selon les domaines, l’état de maturité de ces connaissances est très variable.

Si la science est faite par les scientifiques, cela ne veut pas dire que c’est uniquement de leur fait et que tous ce qu’ils font soit de la (bonne) science : les scientifiques sont humains et font des erreurs.

La science c’est une démarche ou un processus. Au-delà d’une formulation solennelle toujours imparfaite, on peut caractériser ce processus par 2 aspects spécifiques.

1 Il est orienté vers le progrès. C'est-à-dire que l’on va vers plus de « justesse » (de vérité, de précision, de compréhension, de pouvoir,…). C’est un aspect cumulatif (on ne rétrograde pas sauf catastrophe de type « fin du monde »).

2 Il se valide par sa confrontation au terrain. La science, ce n’est pas de la métaphysique mais parle du monde qui nous entoure et celui-ci doit être d’accord avec la théorie. Cela veut dire aussi que la science a un caractère opératoire, qu’on peut la mettre en pratique, l’utiliser : bref c’est une source de pouvoir.

 

 

J’en suis amateur. J’estime que c’est là la plus grande œuvre de l’Humanité. Avant l’Art. Avant la Civilisation. Avant tout autre aspect des sociétés humaines. C’est aussi la source du succès de l’espèce humaine. C’est le produit de l’esprit humain, un produit admirable. C’est un produit de durs labeurs, de patience, de ténacité : cela n’a pas été « donné » (nous sommes « juchés sur les épaules de géant »). Il fallu combattre bien des aspects noirs de l’âme humaine pour progresser.

 

Et tout cela est en danger.

En premier lieu, il y a la désaffection pour les Etudes scientifiques. Je trouve ce fait assez frappant. Il est sans doute la conséquence de la faible attractivité de ces études (les rémunérations qu’elles permettent, surtout en comparaison de la difficulté).

Plus généralement, la société « rejette » la science. Elle est devenue la cause de tous les maux. Le peuple veut revenir à la bonne vieille simplicité d’antan. A quand des autodafés de livres scientifiques ? A quand les buchers pour ceux-ci ?

La science est aussi gangréné de l’intérieur. Il y a d’abord le problème de l’argent. Le « publish or perish » oblige à se prostituer : il vaut faire de la science sexy.

L’aura de pouvoir entourant la science a attiré les charognards. Se réclamer de la science pour faire passer des balivernes a pu faire vendre des mensonges : tant pis si la science en est ensuite tenue responsable.

La science est devenue aussi compliquée, inextricable. Elle est en passe de redevenir inintelligible.

Enfin, je pense que les puissants ont compris qu’il n’était pas opportun de laisser plus longtemps le pouvoir scientifique dans le domaine public. Ce pouvoir s’est privatisé.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives