Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 02:50
Il est étonnant de voir que l’affaire du tueur de Toulouse (Mohammed Merah) profite à Nicolas Sarkozy. En effet, N Sarkozy est au manette depuis bientôt 10 ans et la « sécurité » c’est son affaire. Or, le fait même que cette tuerie ait pu avoir lieu montre les limites de son action. A moins de supposer que cela aurait été pire sans lui (ce qui n’est vraiment pas apparent). Ce serait aussi un mauvais procès à lui faire que de considérer que c’est « de sa faute ». Avec un cas particulier comme le tueur, on ne peut pas vraiment anticiper. Au-delà de l’existence même du tueur, il y a le temps mis pour l’identifié qui est préoccupant. En effet, pendant les jours d’attente (savamment orchestrés pour faire monter l’angoisse), il semblait insaisissable, inconnu. Si cela avait été le cas, il y avait effectivement de quoi avoir peur. Or il est apparu que c’était quelqu’un de doublement répertorié : par un passage en prison et par un séjour repéré en Afghanistan. Il habitait dans la zone. Ainsi, le temps mis pour l’identifier est une sorte d’échec. C’est d’autant plus grave que la troisième tuerie aurait pu ne pas avoir lieu. On ne va pas reprocher à N Sarkozy cela, mais il n’y a pas de raison non plus qu’il en tire une gloire. Il a été dit que puisqu’il était « tout seul », il n’était pas paru inquiétant. Soit. Mais le fait qu’il ait pu se procurer son armement n’a pas été perçu. Il serait alors apparu comme dangereux. Enfin, l’intervention finale est malheureusement un échec. Je ne dis pas cela parce que « il ne faut pas tuer les méchants » mais pour 2 autres raisons. La première est que cela s’est soldé par des blessés parmi les policiers. Alors que le déséquilibre des forces était sans appel. Le second est qu’il est à mort alors que l’objectif était de le prendre vivant. C’était un objectif sensé : en effet, cela aurait permis de monter plus avant dans l’enquête (complice, savoir d’où venait ses armes). Bref, la mise en œuvre de l’enquête n’apparaît pas non plus une réussite. Encore une fois, on ne peut pas dire « c’est la faute à Sarkozy » mais il est vraiment extraordinaire d’en faire un de ses succès.
Partager cet article
Repost0

commentaires

PrÉSentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives