Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 14:18

Depuis plusieurs siècles, ce que l’on peut dénommer « civilisation occidentale » domine le monde. Je suppose que l’on ne peut qu’être d’accord avec le constat (même si les concepts de « civilisation occidentale » et de « domination » sont sujets à débat).

Il m’apparait clairement que cette phase de domination est en train de s’achever (si ce n’est déjà fait). Mais là n’est pas mon propos. Ce que je veux examiner ce sont les conditions qui ont permis l’émergence et la persistance de cette domination.

 

On cite souvent la domination scientifique comme explication unique. Est-ce bien sûr ?

 

Reprenons.

 

La civilisation occidental c’est l’Europe (y compris la Russie, la Turquie-empire ottoman étant à la frange) puis les USA et indirectement les autres colonies européennes.

Le début de la domination arrive vers le 15ème siècle (par exemple, on ne peut pas dire qu’au temps des croisades, l’occident « domine »).

 

En terme d’effectifs de population, l’Europe est durant cette période un continent « plutôt » peuplé ». Mais c’est loin de constituer la majorité de la population mondiale (plutôt vers 20%). De même, il n’apparait pas là une « surpopulation exceptionnelle » (la Chine par exemple est bien plus densément peuplée). Donc la cause démographique n’est pas la justification. Par contre, cette pression démographique est sans doute une condition nécessaire (pour aller dominer ou coloniser).

 

En terme d’unité politique, il est clair que l’unité n’a jamais existé. Au contraire, les guerres ont été incessantes. Même si les guerres ne sont pas l’apanage de l’Europe, il y aurait peut être là un élément justificatif : la capacité à se battre en permanence ou l’efficacité guerrière. Mais les mondes chinois, arabes ou même aztèques se battaient aussi. Là encore l’humeur belliqueuse a sans doute été nécessaire mais n’est pas la cause cherchée. L’unité religieuse ne vient pas compenser l’éclatement politique (même si cette Europe est chrétienne, les guerres de religion montrent les divergences). Par contre, l’idée d’une « compétition » entre nation est une piste intéressante. En effet, les nations européennes étaient opposées mais plutôt que de s’affronter directement, elles ont pu chercher l’avantage en pillant des richesses « ailleurs ».

 

En terme d’organisation, les nations européennes sont plutôt avancées. Les états y sont constitués dès cet époque. Mais si cela peut justifier une colonisation de l’Afrique qui soufre de la faiblesse de ses états, cela ne marche pas pour l’empire Aztèque. D’ailleurs la colonisation africaine est survenue tardivement (19ème siècle).

 

La situation économique européenne n’apparait pas non plus comme une justification. Elle ne semble ni pire ni meilleure que le reste du monde. L’Europe n’est pas non plus particulièrement épargnée par les calamités naturelles.

 

La capacité technique en terme de voyage (surtout la navigation) n’était pas au départ un avantage européen (c’est venu aux 18 et 19 ème siècle du fait du chronomètre, de la qualité des cartes et des techniques de construction). Ce point particulier est donc une partie de l’explication sur la persistance de la domination, pas sur sa survenance.

 

Le goût du risque ne me semble pas être un trait de caractère spécifique aux européens (ni unanime parmi eux).

 

Venons en aux connaissances scientifiques et techniques.

Au 15 ème siècle, l’Europe est encore loin d’être numéro 1 en la matière (derrière la chine et sans doute encore derrière le monde islamique). Par contre, le progrès scientifico-technique va connaitre un progrès fulgurant. C’est là un événement sans commune mesure dans l’histoire de l’humanité. De Galilée (1564) à Planck (1947), le progrès scientifique et son accélération ont été intenses (j’estime que ce progrès s’est considérablement réduit depuis). Quand au progrès technique, il est encore sur sa lancée, même s’il se focalise maintenant dans certains secteurs (informatique, biologie).

On doit convenir que ce « progrès » est très majoritairement « occidental ».

 

Au final, on voit 2 explications :

La compétition externe des nations européennes a pu être l’initiateur de la conquête, elle a continué à jouer un rôle après

Le monopole des avancées scientifiques et  techniques (dont la navigation) ont joué un rôle dans la persistance et l’accroissement de la domination.

 

Et maintenant ?

Depuis la fin de l’URSS, la compétition occidentale s’est éteinte.

Le progrès scientifique est « en panne » et n’est plus que marginalement maîtrisé par les occidentaux

Le progrès technique n’est plus le monopole occidental. Par ailleurs, il se diffuse très vite et la durée de bénéfice est courte.

Ceci expliquerait la fin de la domination occidentale

Accessoirement, la démographie joue maintenant contre l’occident. Quant à l’humeur belliqueuse, je ne pense pas que l’on puisse dire qu’elle ait disparu.

 

 

Et ensuite ?

Il est difficile de prédire si les progrès scientifiques vont reprendre.

En terme de progrès technique, il semble qu’il y ait encore des décennies de progression. Elles seront partagés dans le monde.

En terme de compétition, la Chine n’est pas « en compétition avec elle-même ». Les compétitions des blocs mondiaux (occident, chine, Inde,...) ne semble pas analogue. La compétition (sans guerre directe) se ferait plutôt entre les multi nationales.

En conséquence, le prochain « pôle dominateur mondial» sera le « groupe des multinationales ». D’aucuns diront que c’est déjà fait.

Partager cet article
Repost0

commentaires

PrÉSentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives