Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 14:31

Sans doute que cela aura transparu au fil de mes articles : je suis un relativiste convaincu. Tentons de définir cela.

 

Tout ce qui est pensé (croyance, opinion, savoir,…) est relatif à un contexte. C’est dans cette relation que la « force » de cette pensée (en premier lieu sa cohérence logique, mais aussi sa portée) a un sens.

Il est évident que l’on peut toujours penser de « l’insensé ». C’est d’ailleurs assez fréquent.

 

Je suis convaincu que les êtres humains ne partagent pas le même contexte. Au contraire, les divergences sont considérables. Il n’est pas étonnant que les « pensées sensées » puissent différer.

Les désaccords sont donc inéluctables. Pour les aplanir, il faudrait resynchroniser les contextes.

La première solution (expéditive) c’est de tuer tous les déviants. De proche en proche, il ne peut rester que quelques individus « clonement corrects ».

 

L’autre solution est de chercher une plateforme raisonnable « de base ». Il me semble que c’est ce qu’effectue (de façon inconsciente et imparfaite) la démarche scientifique. C’est ce qui autorise la prétention de la science à fournir des « vérités » dans le contexte de sa démarche. La science s’impose aussi une contrainte : c’est de coller à la « réalité ».

 

En effet, une pensée « métaphysique » est un autre exemple de démarche qui peut construire un contexte fort pour produire des énoncés cohérents. Par contre, les mythes métaphysiques n’ont pas de contrainte de réalité.

 

Revenons à mon « relativisme ».

Lorsque quelqu’un (un journaliste, un homme politique, un quidam) énonce une assertion (qu’elle soit générale ou retreinte), c’est fatalement dans son contexte. Il est possible qu’il mente, mais de toute façon ce qu’il dit « n’est » pas dans l’absolu. C’est celui qui le dit qui « est ». Finalement, le fait qu’il le dise enseigne plus sur lui (son contexte) que sur ce qu’il dit (qui reste relatif).

Je suis relativiste « convaincu » parce qu’il n’y a pas de contexte « commun » qui puisse servir de référence « absolue ».  Un tel contexte n’existe pas « dans l’éther ». Et l’Humanité n’en a pas construit (la « Science » en son état actuel est largement imparfaite dans ses fondements).

Partager cet article
Repost0

commentaires

PrÉSentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives