Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 10:06

En terme de méthode concernant la recherche de la chouette, je suis frappé par une différence importante entre ma pratique et celle que de nombreux chercheurs que je déduis de leur intervention dans les forums. Il s’agit du sens de recherche.

 

En effet, je suis une approche orienté « déduction ». C’est à dire que je pars de l’énigme que l’en extrait des interprétations possibles, que je recherche ensuite des solutions possibles en phase avec ces interprétations et que je tente enfin un bilan de validation.

Il s’agit d’une « orientation » de la démarche. Il m’arrive parfois de tenter une approche externe par un thème et de tenter de voir s’il s’applique. Mais alors, je cherche des liens entre ce thème et l’énigme et je procède à l’examen de synthèse pour vérifier la validité du thème.

 

Je lis beaucoup d’intervention où les chercheurs semblent faire l’inverse. Pour eux, l’important semble être la solution d’une énigme : c’est à dire le condensé final. En général ils voient cela comme un lieu (ce qui me semble étrange). Ainsi, en 470, ils cherchent un lieu (alors que l’on en a déjà un) pour la lumière. En 600 il cherchent une localisation du NNP,...

Outre le fait que chercher des lieux ne me semblent pas une obligation pour toutes les énigmes, c’est la méthode que je trouve inefficace.

En effet, la solution était postulée, il s’agit alors de répertorier tous les liens avec l’énigme. On va chercher certains très loin. En pratique, on en trouve toujours. Le madit sur Pierre Loti est illustratif de ce propos. Si l’on suppose que la solution est Pierre Loti, on trouvera toujours de façon capilotractée des liens avec Pierre Loti dans une énigme. Max indique une démarche inverse : on trouve des résultats intermédiaires étayées et ensuite on voit que leur point commun est Pierre Loti. On peut prendre l’exemple des charades. On commence par trouver chaque lettre (ou presque) et ensuite on trouve Bourges (ou A Roncevaux) et non l’inverse.

Le problème n’est pas la chronologie. Après tout, si la solution est la bonne peut importe celle-ci. Le problème est que cette démarche conduit à surévaluer la validité d’une solution. En fait, cette démarche est acceptable à condition de passer en revue de façon drastique tous les décodages, de leur attribuer un poids et de ne retenir que les enchainements « plausibles ». Cette question de « décodage plausible » est délicate. Il est difficile d’en donner des critères absolus : le nombre d’étape élémentaire importe (5 au maximum ?), l’existence d’élément de confirmation (pour une étape élémentaire ou un décodage) aussi, la robustesse (« déterminisme logique », unicité-sélectivité, faible expertise) de chaque étape élémentaire entre en ligne de compte (étant entendu qu’une étape est toujours discutable : il ne s’agit pas d’une exercice de math !). Une étape doit nécessité une culture générale ou le recours à une documentation courante donc ne demande pas une grande expertise spécialisée. Une étape doit donner un résultat qui peut se distinguer sans ambiguïté dans une liste (ou par rapport à son contraire). Une étape doit pouvoir être admise (comme hypothèse logique) par presque n’importe qui et ne pas dépendre de la psychologie du chercheur. 

 

Enfin, je n’ai que rarement lu de récapitulation d’une solution d’énigme (bilan de tout son contenu).  

 

C’est notamment ce qui me fait dire que la majorité des chercheurs intervenants sur les forums ne me semblent n’avoir strictement aucune chance de trouver (contrairement à certains qui ont une infime chance).

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> <br /> je tombe par hasard sur votre blog et sur cette analyse.<br /> <br /> <br /> Je la trouve des plus pertiante !!<br /> <br /> <br /> Chaque chouetteur semble avoir la solution puis essaye de la torde pour la faire rentrer (souvent en force) dans le moule !<br /> <br /> <br /> Malheureusement ce genre de "sens de raisonnement" doit être un mal sociétal car il n'y a pas que dans la chouette que l'on peut le recontrer<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre

PrÉSentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives