Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 09:14

Il me semble que de nombreux chercheurs restent bloqués par des « dogmes ». Le problème du déplacement du piéton en est un. Il est associé à celui de la « localisation sur le carte ».

 

Je rappelle que Max a dit que l’on pouvait chercher « dans son fauteuil ». Sauf au dernier moment, un déplacement physique du chercheur n’est pas nécessaire.

Max a aussi dit que la carte n’était qu’un outil sur lequel on pouvait (devait) reporter nos trouvailles.

 

Que l’on se dote d’une carte de France dès 530 (avec le visuel d’une part et Bourges d’autre part) n’a rien d’illégitime. Mais il ne faut pas abuser de cet outil.

 

On sait qu’au fil des énigmes on trouve des localisations (les 10 villes, 2424, Roncevaux, golfe Juan,...).

Des énigmes comportent souvent la préposition de localisation « à ». C’est vrai pour Roncevaux, 2424, Golfe Juan, Cherbourg (et présupposé pour Bourges au départ). Il est donc légitime d’imaginer un périple « virtuel » du chercheur (que l’on associe au piéton de 780). A noter qu’étant un piéton, sa liberté de mouvement est grande (il peut prendre quasiment tous les chemins, il peut éventuelle monter sur des moyens de locomotion). Bref, rien n’interdit des trajectoires non rectilignes (bien que madit que les tracés étaient des segments de droite). Ce périple n’est pas obligatoire non plus : rien n’interdit que l’on ait affaire à autant de « situations » sans liens enter elles.

 

On arrive au problème du passage de Bourges (780) à Roncevaux (470). Un déplacement rectiligne plein sud n’est pas possible sans un changement de direction. Ce problème a obnubilé les chercheurs et à conduit à de nombreuses questions auxquelles max a du répondre. Il a indiqué qu’en gros « ce n’était pas important ». La direction sud n’est que générale (effectivement Roncevaux est bien au sud de Bourges). En gros c’est un faux problème.  Ceci n’empêchent pas les chercheurs de persister dans ce trou noir.

Il faut aussi prendre conscience que si l’on veut tracer ce déplacement, il est logique que l’on trace ensuite tous les déplacements (au moins 2424, Golfe Juan, Cherbourg). Si l’on s’en tient à 580, pourquoi s’interdire un déplacement entre les 10 villes ? Sans compter le NNP, la SAQC et la flèche d’apollon.

 

En 470, la localisation sur la carte me semble aussi excessive. Madit un seul lieu et en théorie on l’a déjà (il est possible qu’il joue sur les mots : on aurait un seul lieu solution et Roncevaux ne serait qu’un intermédiaire qui ne serait donc pas à localiser). Quite à chercher à localiser la lumière pourquoi ne pas le faire pour le chemin, la flèche le coeur voire même la visée ?

Le dogme de la visée « sur la carte » en 470 me semble un point de blocage d’une grande part des chercheurs.

Partager cet article
Repost0

commentaires

PrÉSentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives