Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 17:00
Je vais bientôt parvenir au millième article ayant trait à la recherche de la chouette d'or. Il est temps que j'évoque ma méthode.

En premier lieu je fais l'hypothèse que les énigmes sont ordonnées et qu'elles se résolvent dans l'ordre. C'est ce qu'à dit Max. De plus, c'est logique du moment qu'il y a une énigme "ordonnatrice". Et puis, étant donne la difficulté de la chasse constatée en pratique, la résolution serait impossible autrement (cela ne veut pas dire qu'elle soit possible malgré cela).

Donc il faut repartir du début, et procéder énigme par énigme. Évidement. Lorsque l'on sèche à une étape, rien n'interdit de "débroussailler" les énigmes suivantes. Mais, il est alors illusoire d'espérer avoir tout compris sur celles-ci.

Ensuite, pour chaque énigme il s'agit de reprendre les bases. Cela consiste à rédiger les solutions "déjà connues". C'est l'occasion de les réexaminer et de les "valider". Tout ce qui va de soi pour certains chercheurs n'est pas nécessairement évident et mérite d'être justifié. Je pense notamment au fait que 780 donne la mesure. Mis à part les "aveux" de Max, j'ai séché longtemps sur cet aspect. J'étais sidère que les chercheurs l'admettent sans justification. J'ai lu des raisons abracadabrantesques telles que le fait "qu'il est de notoriété commun qu'il faut une mesure a une chasse et que la seconde énigme est la bonne pour cela". En pratique, c'est d'avoir trouver cette justification qui m'a permis de comprendre l'énigme et finalement de la résoudre.

Donc, il s'agit de lister le maximum de faits ayant trait à l'énigme et aux éléments de solutions "béton" (ce qui ne veut pas dire que ces éléments soient incontournables).

Après avoir fait cela, on tâtonne. L'image qui me vient est celle d'une serrure et d'un immense trousseau de clef. Les clefs sont des concepts extérieurs à la chasse : des "idées farfelues". Il s'agit alors de tester si cette clé correspond a la serrure. Schématiquement, chacun de mes articles relate la tentative d'utiliser la clé pour ouvrir une serrure.
Il est clair que l'on ne peut pas essayer toutes les clés. Le choix de celle-ci relève de l'astuce, de la chance, d'associations d'idées... Je ne connais aucune méthode pour être sûr de finir par tester la bonne clé.

Alors, il est possible que la clé n'entre même pas dans la serrure : rien à faire. En fait, il y a de très nombreux cas pour lesquels je n'avais rien à dire et que je n'ai même pas relaté dans ce blog.
Il est possible que la clé entre dans la serrure. Il y a alors quelque chose à dire. Mais le plus souvent, cela ne va pas très loin. La forme ou la taille de la clef est vraiment trop différente, de toute façon cela ne tourne pas. Dans ce cas, la rédaction des articles était laborieuse et fastidieuse. Fastidieuse, parce qu'il s'agit de relater un échec et laborieuse, parce que ce tâtonnement n'est que l'examen d'une association d'idées qui est vraiment farfelu et peu logique, bref "peu présentable". Toutefois, je pense que l'intérêt est justement dans ces échecs. D'ailleurs, il est possible que je sois passé à côté de quelque chose, que je n'ai pas su présenter la clé avec le bon angle.

Enfin, il arrive que la clé "tourne". Il est assez rare que cela conduise tout de suite au déverrouillage de la serrure. Si elle tourne, on se dit "qu'il y a quelque chose". Les articles qui évoquent cela sont généralement plus consistant. Il s'agit de voir si cela tourne de façon bien huilé ou en grinçant, de quel angle cela tourne. On peut aussi tenter des variations sur la clé (changer l'angle, la forme). De toute façon on garde cette clé en réserve.

Car en pratique, la serrure se débloque par la mise en œuvre successive de plusieurs clés, dans le bon ordre.
On peut dire qu'il y a deux risques. Le premier est que l'on ait écarté une clé dont l'usage ne devient apparent qu'après l'usage d'une premier clé. Le second risque est celui bien connu des amateurs de jeux de rôle : un piège caché dans la serrure. Et contrairement au piège des donjons, ici on ne s'en aperçoit pas.

En pratique, toutes les clés présélectionnées ne sont pas à garder.

Alors il reste à peaufiner la description du déverrouillage de la serrure. Le texte doit devenir de plus en plus clair et fluide. En pratique, il n'est pas fixe mais évolue, s'épure au fil des versions.
Il s'agit aussi de bien mesurer la pertinence de la solution. Est-ce que je n'ouvre pas la porte un utilisant un pied de biche en même temps que je tourne mes clés ? Est ce une solution cohérente ? Vraisemblable ? C'est là un aspect que j'ai déjà évoqué. Il le semble nécessaire de procéder à cette sorte d'examen "à tête froide". Et cela nécessite d'avoir rédigé la solution à examiner.

J'en viens maintenant au considérable verbiage publié sur internet et relatif aux solutions de la chasse. Je sais qu'il est possible voire normal que les chercheur gardent secrètesn leurs solutions et ne publie que "du vent" (mais pourquoi faire cela ?). Je ne juge que ce qui est communiqué. Et bien c'est malheureusement essentiellement inconsistant. Mis à part quelques éléments rigoureux ici ou là, quelques idées originales parfois, la quasi totalité n'est qu'un verbiage ésotérique ayant au final aucun rapport avec le problème posé par Max.

Partager cet article

Published by thidgr - dans Chouette d'or
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche