Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 16:34

L’idée de cet article m’est venu alors que je lisais une critique voilée de l’ethnologie historique par C Levy Strauss. Il me semble que l’on retrouve ce même type de débat vain fréquemment : par exemple en économie les critiques classique de l’approche marxiste ou de la théorie monétariste. je me dis que le « méta problème » est mal posé. Alors je vais tenter de le poser.

 

Tout d’abord, je suppose que nous avons affaire là à des « domaines de connaissance » (des sciences) qui « parlent d’une fraction du réel ». Nous ne sommes pas dans l’imaginaire pur, dans le délire, ni dans le domaine de la critique artistique ou tout autre discours qui admet la subjectivité. Il faut admettre que ce « réel » est objectif et que quand on tente de parler de lui il faut chercher à l’être aussi.

 

En apparence, ces domaines de connaissance visent à fournir un discours vrai de leur sujet. J’écris « en apparence » car il est clair que les êtres humains qui participent à ces travaux ont d’autres visées (gagner de l’argent, de la notoriété, du pouvoir,…) et d’autres considérations (faire beau, faire parler de soi,…). Tout cela viens polluer considérable ces pratiques. Je m’en tiens pourtant à ce « discours vrai ».

 

Alors il me semble clair que l’enjeu essentiel est l’efficacité. Il s’agit d’économie et de justesse du discours.

L’économie du discours me semble importante. On y retrouve le « rasoir d’Occam ». C’est faire court et concis (clair). C’est éviter de multiplier les concepts. Ce caractère a sans doute un caractère quantitatif : il devrait être possible de développer une unité de mesure.

La justesse du discours me ramène à mon fil rouge : la vérité. On peut sans doute décomposer le thème en deux. Le premier est la cohérence logique. C’est une question « technique ». A condition de soigner l’argumentation, d’ôter les scories, il devrait être possible de juger de la cohérence et de produire un discours cohérent. L’autre partie, c’est le fait que le discours coïncide avec le réel. Cela suppose que l’on dispose d’un assez vaste ensemble d’observation ou d’expérience du réel. Comme on ne connaît toujours qu’une fraction du réel, la pertinence de l’échantillon nécessite d’avoir une approche statistique du sujet.    

 

Voilà. Il me semble que de tels travaux permettraient (toujours ?) de sortir de ces débats théologiques pour espérer progresser vers un peu plus de vérité.

Partager cet article
Repost0

commentaires

PrÉSentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives