Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 22:35
Le monde du 20 décembre contient un article de Guillaume Sarlat (inspecteur des finances) qui constitue à mes yeux la première idée intéressante pour sortir de l'enfer de la dette publique.

Évidemment, il faut commence par admette qu'il y a un enfer de la dette publique. La capacité de nier la réalité de beaucoup de mes contemporains me surprendra éternellement.
Donc, pour moi (et quelques autres), la situation financière de la France (et quelques autres pays) et intenable et le défaut de paiement va intervenir d'ici quelques années.
Jusqu'ici, je ne voyais aucune solution.
Bon, ce n'est pas la fin du monde pour autant. Le seul truc c'est de savoir quoi faire pour ne pas trop se faire plumer dans l'affaire.

Et puis il y a les 2 idées de M Sarlat (que je ne connaissais pas jusqu'ici).

La première est l'idée de transformer le stock de dette en "dette perpétuelle". C'est à dire qui n'a pas d'échéance de remboursement. Cela a le mérite d'éloigner le spectre du renouvellement de la dette et de l'épée de Damoclès que cela constitue. Il est suppose que cela se fasse à taux fixe.
Il faut remarquer que ce n'est pas de l'utopie ni irréaliste. Il y aurait des preneurs pour cela.
Il faut rappeler que si notre endettement d'environ 1900 milliard d'euros à 3% nous coûtent environ 57 milliards d'intérêt par an (ces chiffres sont approximatifs, cela change tout le temps - et pas dans le bon sens). Si le taux auquel on nous prêtait passait à 10% (on a vu pire), ce serait 190 milliard d'euros, soit la quasi totalité du budget de l'Etat.
Avec le système de la dette perpétuelle, cela serait moins grave car seul le besoin d'endettement nouveau serait à 10%.
Évidemment, de toute façon, on a supposer au départ que l'on avait admis l'hypothèse de l'enfer de la dette et que l'on cherche tellement à en sortir et cela passe - soyons fou- par des années d'excédent budgétaire. Auquel cas, plus de crainte de hausse des taux du tout.
De toute façon, cette endettement perpétuelle ne signifie pas non plus endettement sans limite.

En fait, cette idée n'est bonne si et seulement si la rigueur budgétaire et la. Sinon, ce n'est qu'une fuite en avant de plus.


L'autre idée est d'indexer des dettes sur la croissance de la France (pas nécessairement pour un dette perpétuelle). C'est une sorte de "France SA". L'investisseur parie alors sur la réussite économique de la France.
Bien sur, si la croissance est au rendez-vous, l'intérêt coûte plus. Mais alors, les rentrées fiscales sont plus importantes. C'est un moyen d'avoir des alliés qui ont intérêt à la réussite de la France et qui pourraient nous aider contre les spéculateurs qui parieront sur notre défaut.


Deux belles idées. Voilà de quoi redorer l'image de l'inspection des finances. On pensait en effet que la seule inventivité résidait dans la création d'impôts nouveaux.

Quant à savoir s'il y aura une suite...

Partager cet article

Published by thidgr - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche