Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 14:44

L’INSEE effectue un calcul compliqué de l’inflation via un indicateur d’indice des prix. Une très large majorité de personnes sont sceptiques vis-à-vis des chiffres publiés.

 

Je supposerais que le calcul effectué par l’INSEE est « de bonne foi ». Alors où est le problème ? Et tout d’abord que mesure cet indice ?

 

Cet indice est basé sur un panier pondéré et mesure l’évolution du prix de ce panier.

Il apparaît clairement que le choix de la composition du contenu du papier et du poids des « produits et services » compte largement.

 

Un aspect important réside dans le fait que les produits et services « changent ». Les voitures ne sont plus les mêmes, les ordinateurs non plus… Il y a une ambivalence entre le fait que (normalement) le produit ou service « contient plus » et le fait que de toute façon c’est devenu « la norme » (essayer d’acheter un ordinateur basé sur un 8086 qui est sensé valoir 10 euros !). Dans ce cas il n’y a pas véritablement baisse des prix (le produit n’existe plus) mais « hausse du contenu ». C’est un cas très fréquent. En effet, n’importe quelle entreprise commerciale ne peut pas supporter une baisse récurrent du chiffre d’affaire mais peut en donner « plus pour le même prix ». Remarque : ce plus est plus souvent du discours commercial qu’une réalité concrète.

 

Un autre aspect vient du fait que les « commerçants » cherchent au maximum à ne pas être comparable (justement pour que l’on ne puisse pas comparer les prix). Dès lors, il y a fatalement une approximation.

 

Un troisième aspect provient de l’évolution des modes de vie et des « besoin » ;

 

L’indice de l’INSEE se veut du point de vue du consommateur moyen. Le lien avec « tout un chacun » n’est pas évident. Nous somme autant de cas particulier qui avons un sentiment de l’évolution des prix (sauf si on s’astreint à une mesure genre INSEE). A ce titre, une enquête d’opinion serait un autre indicateur possible.

Si l’on prend la personne X et en cherchant à objectiver les choses, il importe que la pondération soit égale à la proportion des dépenses. Par exemple, pour un ménage, le loyer est souvent la part prépondérante des dépenses. Il y a aussi les impôts.

En sommant ce point de vue sur toute la population de X, ce qu’il faudrait compter ce sont les biens et services consommés (en rapport aux dépenses). On est dans un calcul qui s’approche de celui du PIB. Combien de kWh, de tep, de voitures particulières, de litres de vins, de coupes de cheveux…

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 14:43

BAGFEDC

 

Un ordre inverse mais sans mélange. Départ à B.

 

Du point de vue des notes

SI LA SOL FA MI RE DO

C’est « descendant » (comme les lettres du visuel)

C’est la gamme de DO ( ?).

 

On est dans le solfège « basique » du collège.

 

Rien de spécial à en déduire

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 14:43

On peut considérer qu’il y a 2 cas d’alignement de 3 villes : (Dieppe, Bourges, Issoire) (Forbach, Bourges, Jarnac),

 

Cela forme un croix, une sorte de « repère. Il est remarquable que Bourges soit au centre (comme en 530).

On peut évoquer le « croisement » de 780. On voit alors que l’orientation correspond à Dieppe-Issoire. (sud sud est- nord nord ouest) conformément au visuel de 780.

L’ennui, c’est que nous ne sommes plus en 780.

 

S’il y avait ces 2 repères qui utilisent 5 villes, que faire des 5 autres ?

Cherbourg et Angers sont dans le quadrant Nord ouest.

Il n’y a rien dans le quadrant sud-ouest.

Gérardmer et Héricourt sont dans le quadrant sud est

Epernay est dans le quadrant Nord est.

 

Selon les cas, la lumière de 470 est :

Le Luxembourg dans le quadrant nord est

Le val de Maurienne dans le quadrant Sud est.

 

Le choix de 780 c’est plutôt de prendre l’un des quadrants sud.

 

ð      En triturant tout cela on peut finir par opter pour un quadrant (sud-est) : au bout de 4 énigmes, on aurait diviser le problème en 4 !

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 14:42

On a vu qu’il y avait un autre « bourges » et un autre « roncevaux ».

Pour ces 10 villes, y a-t-il des autres ?

D’après viamichelin.

Ø   Cherbourg : non

Ø   Dieppe : non

Ø   Epernay : 51200, sainte-reine(76630), epernay sous gevrey (21220)

Ø   Forbach : non.

Ø   Gérardmer : non.

Ø   Héricourt. 70400, 62130, Lachapelle-aux-pots(60650), héricourt en caux (76560), héricourt sur thérain (60380), ancourteveill sur héricourt (76560).

Ø   Issoire : non.

Ø   Jarnac : 16200, Lapouyade (33620), Jarnac-champagne (17520), Sainte sévère (16200), segonzac (16130).

Ø   Angers :non

Le fait que cela ne marche pas pour certains implique que cette idée n’est pas la bonne.

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 14:41

En reprenant l’idée que B dit que les énigmes se résolvent par « paires », alors 580 va avec 470.

Lorsque que l’on mélange les 2 énigmes, qu’est-ce que cela peut bien donner ?

 

L’idée serait de rapprocher les 11 items de la charade au 10 villes. Est-ce que cela marche ?

 

Mon Premier par la gaîté se multiplie.

Mon Second t'offre de l'espace,

Mon Troisième de l'air, et mon Quatrième de l'eau.

Quand il est couché, mon Cinquième ronfle.

Mon Sixième vaut cent, et mon Septième n'est qu'un noeud.

Mon huitième a le goût du laurier,

Tandis que mon Neuvième, par l'étonnement, se traîne.

Mon Dixième est toujours nu quand il a une liaison.

Mon Onzième, enfin, est l'inconnue.

 

Bourges = 1

Cherbourg = 2

Dieppe = 3

Epernay = 4

Forbach = 5

Gérardmer = 6

Héricourt = 7

Issoire = 8

Jarnac = 9

Angers = 0

 

 

Mon Premier par la gaîté se multiplie. Epernay (le champagne)

Mon Second t'offre de l'espace,

Mon Troisième de l'air. Bourges (l’air de musique du printemps de Bourges).

mon Quatrième de l'eau. Cherbourg ou Dieppe (des ports maritime).

Quand il est couché, mon Cinquième ronfle.

Mon Sixième vaut cent,

mon Septième n'est qu'un noeud.

Mon huitième a le goût du laurier,

Tandis que mon Neuvième, par l'étonnement, se traîne. Jarnac (le coup de Jarnac). Gérardmer (le festival du film fantastique).

Mon Dixième est toujours nu quand il a une liaison.

Mon Onzième, enfin, est l'inconnue. Héricourt (parce que c’est la moins connu et parce qu’il y en a plusieurs).

 

J’ai du mal à placer les villes suivantes :

- Angers (l’eau ?).

- Forbach (la boutonnière = un noeud ?)

- Issoire (l’eau de Perrier ?). L’aluminium qui sert à faire des avions => l’air ou l’espace.

 

L’association ne fonctionne donc pas.

 

Plus généralement, le fait d’accoler les 2 énigmes ne fournit rien de plus.

-          L’idée d’un codage de note en 470 ne marche pas. Ni une éventuelle inversion. Un codage chiffre lettre n’a pas de sens.

-          L’utilisation des différentes variantes de solution de 470 en 530 (roncevaux, rloand, charlemagne, paix des pyrénées, Louis XIV, Luxembourg, Val de maurienne, Durndal, Excalibur, Merlin, Viviane, graal, ETERNITE) n’est pas concluante. Forbach est en Lorraine et ne fait pas partie du Luxembourg du traité des pyrénées.

-          La flèche qui vise le cœur, le bon chemin ou la lumière ne se décodé pas particulière grace à 580.

 

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 14:40

On remarque que l’axe de la contrebasse est marquée par un trait blanc lumineux. Il est approximativement rectiligne.

En inversant cet axe et en le reportant sur une carte, il correspond correctement (étant donné la précision) à l’axe Issoire - Bourges – Dieppe.

On reconnaît alors que le manche de la contrebasse et dans la manche.

Avec une moins bonne précision, cet axe est parallèle au bec supérieur du coq de 530 et donc à l’axe Cherbourg – Rocamadour (qui passe grossièrement par Angers).

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 14:39

Etant gamin, le temps semble long. Un cours d’une heure semble interminable, les vacances prochaines (dans quelques semaines) semblent inaccessibles, l’année suivante est une autre vie. Il s’ensuit aussi que ce qui s’est passé auparavant relève de l’ère des dinosaures. La seconde guerre mondiale ? Une autre époque. Les guerres de religion ? Ils étaient à peine humain. 

 

Et puis le temps passe et vient « le privilège de l’âge ». Avec le temps prend de la profondeur. La perception de la durée gagne en nuance.

A 40 ans, on « sent » ce que signifie « durer 10 ans ». On l’a déjà expérimenté. Par exemple 10 ans d’étude, 10 ans de travail, 10 ans de remboursement d’emprunt… On se dit que la durée séparant la seconde guerre mondiale de notre naissance est inférieure à notre durée de vie. Les croisés et autres moyen âgeux ne sont séparés de nous que par quelques générations.

Et il reste encore un peu de temps pour s’épancher dans son blog.

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 14:38

Pour une fois, cet article relève plutôt du témoignage.

 

Le nombre d’article de presse, de commentaires, de discours qui font l’éloge de l’innovation est impressionnant. Les thèmes ressassés sont du style : « Il ne faut pas se laisser distancer par les chinois », « la recherche, l’innovation c’est la clé du futur » …

 

Quand je regarde la pratique en entreprise, tout cela me semble être des foutaises.

 

En pratique, en France et actuellement, ce qui compte c’est l’esprit conservateur. L’imagination, les idées nouvelles ne sont pas souhaitées. Il faut « être dans le moule » (au moins en apparence). C’est le règne du politiquement correct (y compris lorsqu’il s’agit de dire les fameux discours sur l’importance de l’innovation).

 

D’accord, il y a une exception, c’est dans l’inventivité commerciale et du marketing. Tout idée permettant de fourguer plus de camelote est bonne à prendre.

 

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 14:37

Rappel. La monnaie a 3 fonctions : moyen d’échange, réserve de valeur et unité de compte.

 

On pourrait imaginer que les internautes adoptent une nouvelle unité monétaire. Appelons là le « trans ».

Certains internautes seraient « en surplus de trans » et d’autres en « déficit de trans ».

 

Ce serait un moyen d’échange pour payer les « services internet ». Le service serait par exemple l’accès à un site (chaque fois que je consulte). A l’inverse le fait de mettre un lien vers un site est un service pour ce site.

A condition de pouvoir « pointer » le solde de trans d’un internaute, cela peut servir de réserve de valeur.

Je ne vois pas d’obstacle à la fonction d’unité de compte.

 

Le problème est donc de pourvoir « pointer » le solde d’un internaute. Il ne fait pas de fraude, il fait avoir confiance dans les système.

Une première possibilité c’est la définitions de « transbanque » qui auraient pour fonction de pointer ces soldes. C’est envisageable, mais cela revient à transposer le modèle « hors internet ». L’avantage serait de pouvoir avoir une monnaie mondiale et un système « transbancaire » qui échappe aux états (éventuellement au fisc).  

 

N’y a-t-il pas une autre possibilité ?

Elle consisterait à une délocalisation complète du système. Ce serait un retour aux fondamentaux. Le fait que A rende un service à B et que B le « paye » crée une « dette » de B vers A (dB->A). Cette dette est « détenue » par A. Mais l’intérêt d’une monnaie est que A peut s’en servir pour « payer C ». Lorsque A utilise un service de C, il peut « mobiliser » les dettes qu’il possède (s’il en manque il y aura une dette dA->C). On supposera que la dette n’est jamais divisée (éventuellement en faisant de « coupures » de dettes). En définitive, la dette dB->A va circuler, on peut l’appeler dB. Elle s’éteint notamment lorsque B rend un service qui est payé par dB. Pour éviter d’attendre trop longtemps, on peut avoir un système de compensation où chacun présente les dettes qu’il détient pour éteindre les dettes qu’il a contracté (pour fluidifier, certains internautes pourraient se mettre contrepartie dans le cas où elle n’existe pas).

Le problème devient donc technique. Celui de l’authentification de ces dettes dB. Il ne me semble pas insurmontable.

 

 

Je me demande si cette idée relève du rêve ou du cauchemar.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 14:36

I Etape 1.

On remarque que les nombres vont de 1 à 25. C’est inférieur à 26. On pense qu’il y a correspondance avec les lettres de l’alphabet.

On remplace chaque nombre par la lettre ayant ce rang dans l’alphabet

1A – 2B – 3C – 4D5 E6F – 7G – 8H9I10J – 11K – 12L13M14N15O16P – 17Q – 18R19S20T21U – 22V – 23W – 24X – 25Y – 26Z

C’est une transposition simple, il n’y a pas de décalage.

S.I.M.L.O.S.R.U.O.I.S vaudra 1
L.O.S.R.U.O.I.S.R.I.M.H.O.D vaudra 2
I.M.P.P.I.M.I.E.R vaudra 3
Y.A.L.N.R.I.M.P.I.M vaudra 4
H.O.D.A.L.I.S.R.O.A.F vaudra 5
R.I.M.M.E.R.R.A.L.R.I.M.L.O.S vaudra 6
T.R.U.O.O.D.I.R.I.M.H vaudra 7
I.M.R.I.O.S.S.I vaudra 8
O.D.A.L.N.R.A.L.J vaudra 9
S.R.I.M.L.O.S.N.A.L vaudra 0

On remarque qu’il y a des SOL et de MI à l’envers. Cela semble indiquer que cette transposition simple est une bonne étape.

=> une première transformation

 

II Etape 2.

On inverse. On se réfère au titre (bon sens)

On enlève les points

On repère les notes de musique.

SIOURSOLMIS vaudra 1
DOHMIRSIOURSOL vaudra 2
REIMIPPMI vaudra 3
MIPMIRNLAY vaudra 4
FAORSILADOH vaudra 5
SOLMIRLARREMMIR vaudra 6
HMIRIDOOURT vaudra 7
ISSOIRMI vaudra 8
JLARNLADO vaudra 9
LANSOLMIRS vaudra 0

=> Une deuxième transformation.

 

III Etape 3.

On voit que sur le visuel les notes de musique sont notée de A à G.

On remplace les notes « latines » :

DO->C RE->D MI->E FA->F SOL-<G LA->A SI->B

CDEFGAB c’est l’inverse de l’ordre du visuel (gamme de DO descendante : RAS).

BOURGES vaudra 1
CHERBOURG vaudra 2
DIEPPE vaudra 3
EPERNAY vaudra 4
FORBACH vaudra 5
GERARDMER vaudra 6
HERICOURT vaudra 7
ISSOIRE vaudra 8
JARNAC vaudra 9
ANGERS vaudra 0

On a 10 villes correctement orthographiées.

Le fait d’aboutir à cette précision valide la réalité de ce décodage. Ce n’est pas une coïncidence.

ð      10 villes.

 

IV Etape 4 : Ordre

L’ordre des villes est particulier. On constate que l’on construit une espèce de spirale Il permet de faire les déductions suivantes :

-          Héricourt est celui de la haute Saône (70).

-          Après Angers, c’est fini (on a un 0 et non 10). On peut éventuellement recommencer la série à Bourges.

-          On a un sens de rotation : c’est le sens des aiguilles d’une montre, c’est le sens indirect en mathématique.

Cela peut suffire pour justifier cet ordre.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives