Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 17:12

Sur le site de l’IPCC, on trouve les anciens rapports du GIEC.


Comme le temps a passé, il commence à être pertinent de comparer leurs prévisions et ce qui s’est réellement
produit.


C’est une confrontation à la réalité qui me semble basique d’un point de vue "scientifique".


 


On a celui de 1992.


  


Climate change 1992 : « the supplementary report to IPCC scientific
assessment ».


Bizarrement, le rapport d’évaluation scientifique n’est pas en
ligne.


On va supposer qu’il n’y a pas de contradiction avec ce document
ci


1992 cela fait 22 ans.


 


Climate modelling, climate prediction and mode validation
(p97)


 


« all but one of the models show slow initial warming followed by a nearly
linear trend of approximately 0,3 per decade.”  P 101


En 20 ans cela doit faire 0,6 degrés. On n’y est
pas.


 


Toutefois à la P 104, il est dit que le démarrage serait lent.


Donc, le fait que l’on n’ait pas l’augmentation de 0,6 degrés n’est
pas un élément suffisant
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 21:06
Premier incontournable de 530
 
Premier âge = bébé. Moitié du premier age = bé (on remarque qu’il peut s’agir de la première ou de la seconde moitié de « bébé »).  Première moitié de la moitié du premier age = b  

Second et troisième qui cherchent leur chemin = où. On a bien 2 lettres : O et U

S’inspire : air. Lire phonétiquement.  R

En rage et suit le quatrième et l’alpha romain. L’alpha romain = A. Ce qui suit « RA » dans « rage », c’est le « g ».

Aux limites de l’ETERNITE se cache.  Les limites du mot « éternité » = le « é ». Il est écrit ici en capitale : E

Dressé, crache son venin. C’est le Serpent. La lettre qui ressemble c’est le S. C’est aussi la première lettre du mot « serpent » et du mot « Septième ».  S

Chacune des éléments de la charade fournit une lettre.
On fabrique le tout de façon standard pour une charade : par concaténation. Le tout est Bourges. 

Le visuel montre une carte de France. Bourges peut être situé sur cette carte car Bourges présente la caractéristique (symbolique) d’être « au centre de la France ». On fait alors une constatation forte : Bourges correspond à l’œil du coq. 
Un œil c’est une ouverture.

Etre sage comme une image (obtenir une image). Donc regarder l’image.
Ne pas être devin = ne pas ouvrir les entrailles du coq. Utiliser des « simples »(IS) : faire de la médication pas de chirurgie. Ne pas trop disséquer. Les ouvertures du coq sont le bec ou l’œil.
 
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 17:08

Cela va servir à classer ques articles sur ce sujet.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 17:03

Quelques commentaires sur le rapport du GIEC 2013.

 

WORKING GROUP I CONTRIBUTION TO THE IPCC FIFTH ASSESSMENT REPORT

CLIMATE CHANGE 2013: THE PHYSICAL SCIENCE BASIS

Final Draft Underlying Scientific-Technical Assessment

Technical sumary

 

P 5 et suite

“Despite the robust multi-decadal timescale warming, there exists substantial interannual to decadal variability in the rate of warming, with several periods exhibiting weaker trends (including the  warming hiatus since 1998) (Figure TS.1). Although the trend uncertainty is large for short records, the rate of warming over the past 15 years (1998–2012; 0.05°C per decade [–0.05 to +0.15]) is smaller than the trend since 1951 (1951–2012; 0.12°C per decade [0.08 to 0.14])”

 

Donc le réchauffement s’est ralenti récemment.

 

It is unlikely that any uncorrected urban heat-island effects and land use change effects have raised the estimated centennial globally averaged land surface air temperature trends by more than 10% of the reported trend. This is an average value; in some regions that have rapidly developed urban heat island and land use change impacts on regional trends may be substantially larger

 

Donc, il y a une réalité des “ilots urbains” qui peuvent localement créer une augmentation plus importante. Le rapport estime que cela a peu de probabilité d’avoir un effet  supérieur à 10% sur la moyenne globale (car cela a été corrigé).

 

There is high confidence that annual mean surface warming since the 20th century has reversed long-term cooling trends of the past 5,000 years in mid-to-high latitudes of the Northern Hemisphere. For average annual Northern Hemisphere temperatures, the period 1983–2012 was very likely the warmest 30-year period of the last 800 years (high confidence) and likely the warmest 30-year period of the last 1400 years (medium confidence).

Continental-scale surface temperature reconstructions show, with high confidence, multidecadal intervals during the Medieval ClimateAnomaly (950 to 1250) that were in some regions as warm as in the mid-20th century and in others as warm as in the late 20th century

 

Donc il fait plutôt chaud actuellement. Mais on en est pas à des pics de chaleur inconnus depuis des temps immémoriaux.

 

ts1.png

 

 

Figure TS 1 P 84.

Cela s’étend de 1850 à 2010 (bizarrement, il est très difficile de lire les années). En pratique, on voit bien le ralentissement du réchauffement.

 

 

Chapitre 1 : introduction (à partir de la page 131)

 

graphe IPCC 2013

 

Figure 1.4 (p17: Estimated changes in the observed globally and annually averaged surface temperature anomaly relative to 1961–1990 (in C) since 1950 compared with the range of projections from the previous IPCC assessments. Values are harmonized to start from the same value in 1990.

Observed global annual mean surface air temperature anomaly, relative to 1961–1990, is shown as squares and smoothed time series as solid lines (NASA (dark blue), NOAA (warmmustard), and the UK Hadley Centre (bright green) reanalyses).

The coloured shading shows the projected range of global annual mean surface air temperature change from 1990 to 2035 for models used in FAR (Figure 6.11 in Bretherton et al., 1990), SAR (Figure 19 in the TS of IPCC, 1996), TAR (full range of TAR Figure 9.13(b) in Cubasch et al., 2001).

For the AR4 results are presented as single model runs of the CMIP3 ensemble for the historical period from 1950 to 2000 (light grey lines) and for three scenarios (A2, A1B and B1) from 2001 to 2035.

The bars at the right hand side of the graph show the full range given for 2035 for each assessment report.

 

Le graphe est peu lisible. Mais il apparait assez clairement que les modèles (qui sont la base unique de l’alarmisme) surestiment systématiquement la température par rapport à la réalité et que celle-ci est tout proche de sortir de l’intervalle de confiance de ceux-là. Bref, les modèles ne fonctionnent pas !

 

 

Chapitre 2 : observation  atmosphère et surface (à partir de la page 193)

 

Il y a beaucoup de parties. Je ne retiens que celles qui relèvent de la météo usuelle et qui font souvent l’objet d’affirmations alarmistes

 

 

It is certain that Global Mean Surface Temperature has increased since the late 19th century. Each of the past three decades has been significantly warmer than all the previous decades in the instrumental record, and the first decade of the 21st century has been the warmest. The global combined land and ocean surface temperature data show an increase of about 0.89°C (0.69°C–1.08°C) over the period 1901 - 2012 and about 0.72°C (0.49°C–0.89°C) over the period 1951–2012 when described by a linear trend.

Despite the robust multi-decadal timescale warming, there exists substantial multi-annual variability in the rate of warming with several periods exhibiting almost no linear trend including the warming hiatus since 1998. The rate of warming over 1998–2012 (0.05°C [–0.05 to +0.15] per decade) is smaller than the trend since 1951 (0.12°C [0.08 to 0.14] per decade). Several independently analyzed data records of global and regional Land-Surface Air Temperature (LSAT) obtained from station observations are in broad agreement that LSAT has increased. Sea Surface Temperatures (SSTs) have also increased. Intercomparisons of new SST data records obtained by different measurement methods, including satellite data, have resulted in better understanding of uncertainties and biases in the records. [2.4.1, 2.4.2, 2.4.3, Box 9.2]

It is unlikely that any uncorrected urban heat-island effects and land use change effects have raised the estimated centennial globally averaged LSAT trends by more than 10% of the reported trend. This is an average value; in some regions with rapid development, urban heat island and land use change impacts onregional trends may be substantially larger. [2.4.1.3

 

Table 2.4: Trend estimates and 90% confidence intervals (Box 2.2) for LSAT global average values over five common periods.

Trends in °C per decade

Dataset                                  

            1880–2012      1901–2012      1901–1950      1951–2012      1979–2012

CRUTEM4.1.1.0 (Jones et al., 2012)

            0.086 ± 0.015 0.095 ± 0.020 0.097 ± 0.029 0.175 ± 0.037 0.254 ± 0.050

GHCNv3.2.0 (Lawrimore et al., 2011)

0.094 ± 0.016 0.107 ± 0.020 0.100 ± 0.033 0.197 ± 0.031 0.273 ± 0.047

GISS (Hansen et al., 2010)

0.095 ± 0.015 0.099 ± 0.020 0.098 ± 0.032 0.188 ± 0.032 0.267 ± 0.054

Berkeley (Rohde et al., 2013)

0.094 ± 0.013 0.101 ± 0.017 0.111 ± 0.034 0.175 ± 0.029 0.254 ± 0.049

 

Les chiffres prennent bien soin d’englober la période 79-98 qui est porteuse de l’essentielle du réchauffement récent.

Il n’y a nulle part les chiffres des dernières années. La mention que la dernière décennie est la plus chaude mériterait précision. Toujours est-il que malgré la présence de plus de CO2, l’accroissement de température a baissé (de 0,12 à 0,05 K/décade).

 

Based upon multiple independent analyses of measurements from radiosondes and satellite sensors it is virtually certain that globally the troposphere has warmed and the stratosphere has cooled since the mid-20th century. Despite unanimous agreement on the sign of the trends, substantial disagreement exists among available estimates as to the rate of temperature changes, particularly outside the Northern Hemisphere extra-tropical troposphere, which has been well sampled by radiosondes. Hence there is only medium confidence in the rate of change and its vertical structure in the Northern Hemisphere extra-tropical troposphere and low confidence elsewhere. [2.4.4]

 

Etonnant que la stratosphère se refroidisse selon le modèle de l’effet de serre « brut ».

 

Confidence in precipitation change averaged over global land areas is low prior to 1950 and medium afterwards because of insufficient data, particularly in the earlier part of the record. Available globally incomplete records show mixed and nonsignificant long-term trends in reported global mean changes.

Further, when virtually all the land area is filled in using a reconstruction method, the resulting time  series shows little change in land-based precipitation since 1900. Northern Hemisphere mid-latitude land areas do show a likely overall increase in precipitation (medium confidence prior to 1950, but high confidence afterwards). [2.5.1.1]

 

Comme quoi, ceux qui assène qu’il pleuvra plus (qui sont souvent les mêmes que ceux qui disent qu’il fera plus sec) affirment cela sans que cela ne soit constaté dans le passé.

 

 

Confidence is low for a global-scale observed trend in drought or dryness (lack of rainfall) since the middle of the 20th century, due to lack of direct observations, methodological uncertainties and geographical inconsistencies in the trends. Based on updated studies, AR4 conclusions regarding global increasing trends in drought since the 1970s were probably overstated. However, this masks important regional changes: the frequency and intensity of drought has likely increased in the Mediterranean and West Africa and likely decreased in central North America and north-west Australia since 1950. [2.6.2.2]

 

Globalement pas d’évolution en termes de sècheresse.

 

Confidence remains low for long-term (centennial) changes in tropical cyclone activity, after accounting for past changes in observing capabilities. However, it is virtually certain that the frequency and intensity of the strongest tropical cyclones in the North Atlantic has increased since the 1970s. [2.6.3]

 

P 163 : In summary, this assessment does not revise the SREX conclusion of low confidence that any reported longterm (centennial) increases in tropical cyclone activity are robust, after accounting for past changes in Final Draft (7 June 2013) Chapter 2 IPCC WGI Fifth Assessment Report observing capabilities. More recent assessments indicate that it is unlikely that annual numbers of tropical storms, hurricanes and major hurricanes counts have increased over the past 100 years in the North Atlantic

basin. Evidence however is for a virtually certain increase in the frequency and intensity of the strongest tropical cyclones since the 1970s in that region

 

Pas plus de cyclones. Mais des cyclones plus violents en Atlantique Nord.

 

Confidence in large scale trends in storminess or storminess proxies over the last century is low due to inconsistencies between studies or lack of long-term data in some parts of the world (particularly in the Southern Hemisphere). [2.6.4]

 

Pas d’évolution claire sur les tempêtes

 

Because of insufficient studies and data quality issues confidence is also low for trends in small-scale severe weather events such as hail or thunderstorms. [2.6.2.2]

 

Pas d’évolution claire sur les orages.

 

P57 : In summary, there continues to be a lack of evidence and thus low confidence regarding the sign of trend in the magnitude and/or frequency of floods on a global scale

 

Pas d’évolution claire sur les inondations

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 21:05
Je vais proposer une série d'article qui constituent selon moi des "incontournables". C'est à dire des fait/éléments de solution sur lesquels on peut s'appuyer. Ils ne sont pas toujours "inédits" mais leur liste me parait pertinente. Evidemment, libre à vous de la partager. C'est une reprise d'articles que j'ai publié sur le site des sans-hulottes.

De façon pratique, cela peut structurer un travail en commun. Premièrement, y a-t-il accord sur la liste? Deuxièmement, quelles solutions peut on bâtir sur cette base ?

Voilà le premier incontournable. En pratique, c'est la résolution de B

B a une étiquette de type différent des 10 autres énigmes. B n’a pas de chouette colorée apparente au contraire des 10 autres énigmes. B est donc une énigme « à part ».
On remarque que les 5 chiffres de B correspondent à 5 étiquettes d’énigme.
Le visuel de B montre un arc en ciel. Le titre de B parle « d’aveugle » et de « voir ». On sait que  chaque énigme a une chouette d’une couleur différente.
On peut voir la « statue » comme un spectre. Cela donne l’idée du spectre d’une lumière, c'est-à-dire sa décomposition selon plusieurs longueurs d’onde.
On remarque alors que les chiffres des 10 étiquettes d’énigme sont la longueur d’ordre de la couleur de la chouette colorée associée à chaque énigme (association approximative car une teinte imprimée n’est pas monochromatique).
Déduction : à chaque énigme (sauf B) est associée une couleur. L’étiquette de l’énigme est la longueur d’onde de cette couleur (en nm). B évoque ces couleurs donc ces énigmes. On a 5 nouvelles données pour B (les étiquettes manquantes : 780, 580, 500,  560,  520).
On remarque que l’écart maximal des étiquettes 780 – 420 = 360. Cela fait penser à 360 degrés et à un cercle. On peut disposer les couleurs sur un cercle.
Le visuel montre l’arc en ciel dont le mélange donne le blanc. C’est la décomposition ou la recomposition de la couleur blanche.
L’étiquette est B. On pense au mot "Blanc". On suppose qu’il y a bien une chouette pour l’énigme B : elle est blanche et elle ne se « voit » pas.
Le concept de couleur opposée dont le mélange « donne du blanc » est lié au cercle des couleurs. Remarque : le cercle des couleurs n’est pas un positionnement linéaire des longueurs d’onde sur le cercle : c’est un positionnement « qualitatif » (il ne permet pas de placer les longueurs d’onde, il place des couleurs ressenties).
420 = violet moyen
470 = bleu moyen
500 = bleu-vert
520 = vert–bleu 
530 = vert moyen
560 = vert-jaune
580 = jaune moyen
600 = orangé moyen
650 = rouge moyen                      
780 = rouge extrême
 
On remarque que les 10 couleurs se groupent en 5 paires de couleurs opposées. Cette opposition est approximative car ce concept est physiologique et ne peut pas prétendre à une grande précision. Mais l’approximation ne conduit à aucune ambiguïté sur la formation des 5 paires.
Les étiquettes manquantes dans B sont toutes des complémentaires de celles présentes dans B. Une telle probabilité (= la probabilité qu’un « tirage » de 5 personnes parmi 5 couples mariés soit tel que l’on n’ait jamais 2 personnes mariés) est de 8/(9*7)=0,12.
Déduction : les couleurs (donc les énigmes) doivent être associées en 5 paires : (530,780) ; (470, 580) ; (500,600); (420, 560) ; (520,650).
 
B donne une liste ordonnée de 5 énigmes. Il n’y a que les numéros impairs. Il manque les numéros pairs. B évoque les autres énigmes. Le texte en préambule nous conseille de trouver l’ordre des énigmes. B fournit une liste ordonnée. Il est logique que B fournisse l’ordre des énigmes. Le fait que B fournisse l’ordre a été confirmé explicitement.
 
Réordonner les énigmes dans l’ordre croissant des longueurs d’onde n’utiliserait pas toutes nos conclusions (pas d’utilisation des paires, pas d’utilisation de l’ordre de B). Cela n’est pas possible car 530 a été confirmé comme étant la première énigme.
B fournit 1, 3, 5, 7, 9. Rien ne conduit à modifier cet ordre. 1 = 530 est confirmé comme première énigme. 780 est complémentaire de 1 = 530. Où le placer ? Soit à coté de 530 (en 0 ou en 2) soit à l’opposée (en 10 voire en 8). Le plus naturel est en 2. 780 a été confirmé comme deuxième énigme. Les complémentaires se « suivent ».

B fournit l’ordre des énigmes : 530, 780, 470, 580, 600, 500, 420, 560, 650, 520. 
 
L'IS du « champion du monde » s'applique notamment ici : le maillot du champion du monde est "arc en ciel". La vitesse fait changer la longueur d'onde perçu donc la couleur.
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 10:37

J'écris ceci fin aout 2012.

 

J'estime avoir les solutions jusqu'à 560 inclus.

J'estime que j'ai des parties de 650 et 520 et que la zone obtenue est OK.

 

Il reste le mystère de l'énigme 12. La piste des légendes me semble pertinente.

 

Mais pour boucler, il faut une description "parfaite" des énigmes et notamment des 2 dernières.

 

C'est donc sur 650 que je travaille (la solution publiée n'est pas satisfaisante).

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 10:36

Les reliquats sont des éléments de légende

530

Bourges est au centre de la France : Centre (corroboré par « mi chemin »)

Le coq qui chante à l’aube : Aube (la rivière) voire coq 

 

780

L’exagération méridionale : la démesure (dépasser les bornes ou les limites).

 

470

La légende de Roland

L’épée fichée dans la pierre : Dampierre

580

Le titre fait « remarque légendaire à la Dupondt » (« je dirais même plus ») ; un pont

 

600

La légende des choses données de la main gauche qui porte malheur : A gauche

 

500

Les 24 h du mans sont légendaires.

Le fait d’être sur une route carrossable.

420

« La légende napoléonienne ».

Les cent jours qui ne font pas 100 (explication du NT non codé). 100

 

560

Rien

 

650

La légende de la France qui n’a pas de pétrole

Puits est une rivière, puits de pétroles, stations de pompage. Un puits tout bête ?

La légende de l’obélisque : une pierre dressée

 

La légende de gavroche/des 3 glorieuses :  

 

520

Rien

 

Ensuite, il faut les prendre dans l’ordre des numéros et non dans l’ordre de B.

 

420 : indique que l’altitude 100 m (qui n’est pas un nombre de mesure car CENT n’est pas codé) est importante

470 indique « dans Pierre » que l’on comprend comme Dampierre.

500 indique de passer par la route

530 indique qu’il faut se diriger vers l’aube (à l’ouest comme le coq du visuel) et que c’est à mi chemin (milieu)

580 indique qu’il y a un pont

600 indique qu’il faut prendre à gauche (après le pont)

650 indique que le pont est sur la rivière « le puits » et que l’on chercher ce qui a trait à une pierre dressée. On voit une carrière. Ce pont est justement à 100 m d’altitude.

780 dit qu’il faut dépasser les bornes. Sur place, dans cette carrière on s’attend à trouver des bornes et c’est juste derrière (un pas).

 

 

Alternatives (finales)

Un panneau d’interdiction (520 vierge marie, péché interdit) : cela semble peu probable

Sous une échelle (560 : la guignes). Peu vouloir dire qu’il est temps de changer d’échelle. Peu probable.

Quelque chose de gravé (580 : aller vers les graves – quelque chose de gravé sur le pont ?, des galets sous le pont ?)

 

 

Les légendes non retenues

Il importe que le processus d’identification des reliquats soit déterministe. Les autres éléments légendaires trouvés et non retenus doivent être examiné

530

La légende des limites de l’éternité (cimetière) : légende peu convaincante

Le serpent ne crache pas son venin (une pharmacie) : pas très utile comme point de repère

 

470

La légende de Roland

Il y a avait d’autre possibilités

Charlemagne invente l’école : Ecole (oui, mais Charlemagnes est indirect en 470). Point de repère peu pratique.

La marche = la bordure = la frontière = la borne. C’est un peu confus

L’épée qui casse la roche. Eboulis, carrière. On finit par la retrouver

 

La légende des anges  Un saint (église, chapelle,...)

La légende victoire = laurier. Un monument ?

Le ronfleur qui fait Z : une souche. Un hotel, un camping

le noeud du mouchoir qui permet d’éviter d’oublier : un monument commémoratif

ð  Cela n’est pas très utile ni incontournable. On peut supposer que cela décrit la notion de village qui a ces attributs (et cela concerne Dampierre en l’occurrence)

 

580

La légende du tour de France : Tour. On peut considérer que le tour de France n’est pas véritablement élément de la solution). Par ailleurs, c’est un point de repère peu pratique

La capacité des sopranos à briser des verres ? aller vers les graves. Fait partie des alternatives. Les graves ce sont aussi les petites pierres qui peuvent être l’indice de la carrière.

 

560

La légende de Victor Hugo.

Le titre c’est « par des voies étroites ...».  Au moment où cela intervient, cela peut renchérir sur l’idée de pont. La légende de Victor Hugo est très vaste et il est délicat d’en tirer quelquechose d’assuré.

 

La légende de la malchance : alternative. Elle est vaste et offre sans doute trop de possibilité

 

650

La légende des défilés un passage étroit. Peut renchérir sur le pont. Le problème est qu’il y a alors 3 reliquats en 650 (seul dans ce cas contrairement à ce que madit). Mais la légende est peu convaincante.

 

520

La légende du vin.  Une vigne ? Légende peu convaincante

La légende de la vierge Marie. : alternative peu probable. Cela est assez religieux et il n’y aurait pas de religion. Le lien « pêché interdit » est un peu limite.

 

 

Problèmes résiduels

Le critère des madits : la légende est OK

La sélection des légendes est OK

Le passage à l’ordre des numéros est acceptable

 

Problème 1 : la taille de la zone et le passage à Dampierre. C’est un peu loin de longsols. C’est sensé être sur une carte, approximativement au milieu.

Problème 2 ; le choix des « dupondt » est peu assuré

Problème 3 : la partie finale reste évasive et peu précise

 

 

Pb 1 : la carte au 1/50 000 (2916) semble contenir la rivière longsols et Dampierre (au bord et pas au milieu). C’est à une quinzaine de km : on est dans l’ordre de grandeur d’une ville de taille moyenne. Enfin, il n’y a aucun problème au fait que le passage depuis la carte de France se fasse par la désignation d’un point approximatif (une autre méthode semble complètement impossible).

Donc ce problème n’en est pas vraiment un. Il reste l’incertitude de la désignation de Dampierre (qui se lève grâce à la rivière « puits »)

 

Pb 2 : Ce pont est à Vaucogne (vaut cognes) hors les dupondts sont des policiers (des cognes) et dans 580, le verbe valoir vient 10 fois. Ces considérations sortent de la logique des « légendes » mais peuvent légitimer le choix de garder les dupondt.

 

Pb 3 : La seule solution sera de confronter au terrain en allant sur place

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 10:34

On recherche l’assemblage les reliquats légendaire (ordre des énigmes). C’est une finalisation d’extraction. Il apparait que chaque item s’interprète isolément.

 

 

Bourges est au centre de la France 

Centre (corroboré par « mi chemin ») hexagone

Le coq qui chante à l’aube 

Aube (la rivière) voire coq 

L’exagération méridionale 

Dépasser les bornes.

La légende de Roland

Charlemagne invente l’école : Ecole (oui, mais Charlemagnes est indirect en 470)

Sa barbe fleurie : improbable (un champ de fleur est trop éphémère, une barbe aussi).

Le cor (cor anglais = hautbois) ou l’olifant – corps.

La marche = la bordure = la frontière. Mais, c’est délicat à utiliser

L’épée qui casse la roche. Dampierre. Eboulis, carrière . A moins qu’avec Saint, cela fasse « St Pierre ».

Durandal

La légende des anges

6 ailes, pas de sexe, « messager », canoniser.

Saint (église, chapelle,...)

Les 24 h du mans sont légendaires.

24 (trop présent dans l’énigme) 

L’heure (bof)

2 tours 

Le fait d’être sur une route carrossable.

Course (Stade)

 « La légende napoléonienne ».

Les cent jours qui ne font pas 100 (explication du NT non codé). 100 (mesures soit 74 m)

Ile ?

La légende de Victor Hugo ?

Le pamphlet de P Lafargue semble hors course.

L’idée d’en tirer des chemins étroits est tentante.

Est-ce que la légende des siècles est à mettre à contribution ? Si elle inspire la chasse, elle est vraiment trop touffue pour donner des éléments sur lesquels s’appuyer avec certitude.

La France qui n’a pas de pétrole

Puits est une rivière, puits de pétroles, stations de pompage.

L’axe historique parisien 

Défense, arc de triomphe (inconnu), concorde, génie de la bastille.

La légende de la vierge Marie.

Sans tache. Immaculée conception (la désignation de la cache n’a pas de souillure, de péché). Net et sans bavure (pile poil). pêche interdite

Mère de Dieu.

 


Première étape

 

Centre.

Hexagone

Aube (la rivière)

Dépasser les bornes. C’est trop tôt pour être des bornes qui ne figurent pas sur la carte. Donc des bornes  : un élément de légende de la carte.

la frontière.

L’épée qui casse la roche. Dampierre. Eboulis, carrière .

Saint (église, chapelle,...) : un élément de légende de la carte.

24

Stade

100 ( altitude = courbe de niveau ou 74 m)

Ile ?

chemins étroits : élément de légende de la carte

Puits est une rivière,

puits de pétroles, stations de pompage : élément de légende de la carte

Défense, arc de triomphe (inconnu), concorde, génie de la bastille.

pêche interdite

 

On a donc des bornes, des chapelles, des puits, des courbes de niveau et des chemins (agricoles)

 

Seconde étape

 

L’hexagone suppose 6 points et interviendrait par son milieu (en toute logique la cache). L’hexagone devrait être semi régulier (on ne peut pas trop en demander).

 

Si la rivière Aube est un élément, cela devrait être de la « remettre au centre » c’est à dire de recentrer la zone. Elle apparait nettement sur la carte. C’est donc incompatible avec l’hexagone

 

Si ni Aube, ni hexagone, le centre c’est le milieu. Cela demande donc 2 points. Ce qui suit ce sont des bornes. Donc le milieu de 2 bornes.

 

la frontière.

L’épée qui casse la roche. Dampierre. Eboulis, carrière .

 

24

Stade

Ile ?

 

L’axe « Défense, arc de triomphe (inconnu), concorde, génie de la bastille » est un alignement de chapelle / cache / bornes  /puits.

 

pêche interdite

 

 


Troisième étape cas 1 : le milieu d’un hexagone.

C’est probablement une hexagone de 6 bornes. Il va falloir les identifier.

 

la frontière.

 

L’épée qui casse la roche. Dampierre. Eboulis, carrière .

1 A proximité d’une carrière

 

Chapelle

2 A proximité d’une chapelle (peu discriminant)

 

24 :RAS

Stade

3 A proximité d’un stade

 

100 ?

 

Ile 

4 A proximité d’une ile

 

Chemins étroits ?

 

Puits

5 A proximité d’un puits

 

La logique voudrait qu’à parti d’ici, on soit dans la précision (hors carte)

L’axe « Défense, arc de triomphe (inconnu), concorde, génie de la bastille » est un alignement.

 

pêche interdite

 

 

Cela ne fonctionne pas. Il manque une borne, des données sont non utilisées. C’est très aléatoire.


Troisième étape cas 2 : Placer l’Aube au centre. Donc cela se joue de part et d’autre de l’Aube.

On a des bornes, des chapelles, des puits, des courbes de niveau et des chemins (agricoles)

Il y a un sous cas : le ruisseau « Puits » (exclus ici)

 

On remarque que les puits sont majoritairement au nord (il y une station de pompage au sud) et que les bornes sont plutôt au Sud. Toutefois, ces items n’arrivent pas en même temps.

Une lecture « milieu de paires (de puits ou de bornes ou dépareillées) » ne semble pas appropriée.

 

Bornes (qu’il s’agit de dépasser ou de ne pas dépasser)

la frontière.

La logique voudrait que l’on trace une frontière en reliant les bornes les plus proches de l’aube. On a une « bande »

 

Eboulis, carrière. Il ne semble pas y avoir de carrière dans la zone

Chapelle : un ensemble de points de repère

24 =>RAS

Stade : un ensemble de points de repère

100 : on est dans la logique de la courbe de niveau

Ile : c’est valide

Chemins étroits : ?

Puits : donc pas les puits de pétrole. Seule la station de pompage d’Arcy est valide.

 

Dans cette approche, on est vers Arcy (le stade, l’école, l’île, la station de pompage).

Chapelle = l’église d’Arcy

Le chemin étroit peut être le pont qui mène à l’île (où il y a un camping) ou plutôt le chemin dans la forêt (qui a aussi un pont).

La zone devient très restreinte. Il faut conclure.

 

100 = 74 m (devrait être utilisé avant).

On peut supposer qu’il s’agit de faire 74 mètre le long du chemin étroit (ou à partir du pont)

 

Sur le terrain, on doit avoir :

Défense = un panneau d’interdiction

Obélisque/concorde = une pierre dressée

Génie de la bastille = ?

 

pêche interdite

 

Ruisseau « la gironde » (Notre dame a été gironde)


Troisième étape cas 2b : Placer l’Aube au centre. Donc cela se joue de part et d’autre de l’Aube.

On a des bornes, des chapelles, des puits, des courbes de niveau et des chemins (agricoles)

Dans la lignée de l’Aube, le puits c’est le ruisseau

 

Dans cette hypothèse, on est plutôt à l’est. Le fil des rivières est important.

Dépasser les bornes c’est dépasser les bornes de la carte (sortir des frontières).

On arrive à Dampierre (toponyme) .

 

Saint (église, chapelle,...) : un élément de légende de la carte. Donc à Dampierre (un église et un croix « de la chassière »).

 

24 :RAS

Stade : celui de Dampierre

 

100 c’est 74 m.

Ile : RAS

 

Chemins étroits : élément de légende de la carte.

 

Puits c’est la rivière (qui confirme). Cela vient un peu tard

 

Tout cela ne fournit pas quelque chose de bien déterminé.

 

Défense, arc de triomphe (inconnu), concorde, génie de la bastille. ?

 

pêche interdite ?

 

 

 


Troisième étape cas 3 : le milieu de 2 bornes.

Il faut identifier ces 2 bornes puis préciser la cache.

 

la frontière.

L’épée qui casse la roche. Dampierre. Eboulis, carrière .

Chapelle

 

Peut donner :

Une chapelle à Dampierre (mais loin de la carte)

Une chapelle près d’une carrière

St Pierre (improbable)

Une chapelle près d’un « ravin » (élément marqué sur la carte)

 

=> La première borne est à proximité de cela

Rmq : il y a un « talus » vers le lieu « la croix de la chapelle » (toponyme). Et une borne pas loin (non ambigüe).

 

24 (non retenu)

Stade

100

Ile ?

Il n’y a pas d’île (ni de stade) à la courbe de niveau 100

Une borne à 74 m d’un stade ? Il n’y a pas.

Le stade ne semble pas à retenir (pas de borne clair à coté)

Il n’y a que 2 véritables îles (Arcy)

 

Chemins agricoles

 

La logique voudrait qu’à parti d’ici, on soit dans la précision (hors carte)

 

Puits

L’axe « Défense, arc de triomphe (inconnu), concorde, génie de la bastille » est un alignement.

L’arc c’est la cache 

Défense ; une autre croix protectrice ou un panneau d’interdiction

Génie = puits de science : un puits. (?)

Concorde = obélisque, une borne (pas forcément sur la carte)

 

pêche ou chasse interdite

 

Donc à proximité de l’endroit trouvé dans un aligne de 3 items (dont la présence confirme la démarche), à la limite de l’interdiction (p

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 10:32

530

Bourges est au centre de la France : Centre (corroboré par « mi chemin »)

Le coq qui chante à l’aube : Aube (la rivière) voire coq 

 

780

L’exagération méridionale : la démesure (dépasser les bornes).

 

470

La légende de Roland

La marche = la bordure = la frontière = la borne

L’épée qui casse la roche. carrière.

L’épée fichée dans la pierre : Dampierre (très spécifique)

 

La légende des anges  Un saint (église, chapelle,...)

 

le noeud du mouchoir qui permet d’éviter d’oublier : un monument commémoratif

 

Hypothèses

1.     Il faut dépasser les bornes de l’aube (qui est au centre)  pour se trouver à Dampierre (ni carrière ni borne donc) pour lequel on retient l’église et un monument commémoratif (le coq est éventuellement un bonus)

2.     Pas Dampierre. On a un assemblage de repères proches : une carrière (pas le mot borne), une église et un monument. Quid de centre/aube/dépasser les bornes ?

3.     Les bornes figurant sur  la carte ne sont pas à dépasser : il faut former un polygone de bornes (au moins 3). L’aube est au centre (au milieu) : on peut donc construire une « bande ». On repère les églises, les monuments commémoratifs

 

 

 

 


580

Le titre fait « remarque légendaire à la Dupondt » (« je dirais même plus ») ; un pont

 

500

Les 24 h du mans sont légendaires.

Le fait d’être sur une route carrossable.

 

Hypothèses

1.     Il faut dépasser les bornes de l’aube (qui est au centre)  pour se trouver à Dampierre (ni carrière ni borne donc) pour lequel on retient l’église et un monument commémoratif (le coq est éventuellement un bonus). Il doit y avoir un pont pas loin, on s’intéresse aux routes.

2.     Pas Dampierre. On a un assemblage de repères proches : une carrière (pas le mot borne), une église et un monument. Quid de centre/aube/dépasser les bornes ? Un pont est des routes sont dans la zone.

3.     Les bornes figurant sur  la carte ne sont pas à dépasser : il faut former un polygone de bornes (au moins 3). L’aube est au centre (au milieu) : on peut donc construire une « bande ». On repère les églises, les monuments commémoratifs, les ponts et les routes. Il faut repérer dans la bande un groupe de ces 4 repères proches

Dans tous les cas, on est très localisé. La chouette ne devrait pas être loin.


420

« La légende napoléonienne ».

Les cent jours qui ne font pas 100 (explication du NT non codé). 100 (mesures soit 74 m)

Le retour de Napoléon de l’ile d’Elbe à Golfe Juan. Un golf ? île.

 

Hypothèses

1.     Il faut dépasser les bornes de l’aube (qui est au centre)  pour se trouver à Dampierre (ni carrière ni borne donc) pour lequel on retient l’église et un monument commémoratif (le coq est éventuellement un bonus). Il doit y avoir un pont pas loin, on s’intéresse aux routes. En fait c’est à 74 m du pont le long de la route (pas de notion d’ile)

2.     Pas Dampierre. On a un assemblage de repères proches : une carrière (pas le mot borne), une église et un monument. Quid de centre/aube/dépasser les bornes ? Un pont est des routes sont dans la zone. En fait c’est à 74 m du pont le long de la route (pas de notion d’ile) : le pont prend de l’importance

3.     Les bornes figurant sur  la carte ne sont pas à dépasser : il faut former un polygone de bornes (au moins 3). L’aube est au centre (au milieu) : on peut donc construire une « bande ». On repère les églises, les monuments commémoratifs, les ponts et les routes. Il faut repérer dans la bande un groupe de ces 4 repères proches. Si l’on un chemin qui relie église, monument et pont, on s’intéresse à un distance de 74 m le long de ce chemin (sur la carte, c’est 3 mm).


560

La légende de Victor Hugo.

Le titre c’est « par des voies étroites ...».

 

Hypothèses

1.     Il faut dépasser les bornes de l’aube (qui est au centre)  pour se trouver à Dampierre (ni carrière ni borne donc) pour lequel on retient l’église et un monument commémoratif (le coq est éventuellement un bonus). Il doit y avoir un pont pas loin, on s’intéresse aux routes. En fait c’est à 74 m du pont le long de la route (pas de notion d’ile). Cela justifie l’importance du pont.

2.     Pas Dampierre. On a un assemblage de repères proches : une carrière (pas le mot borne), une église et un monument. Quid de centre/aube/dépasser les bornes ? Un pont est des routes sont dans la zone. En fait c’est à 74 m du pont le long de la route (pas de notion d’ile) : le pont prend de l’importance. Cela justifie l’importance du pont.

3.     Les bornes figurant sur  la carte ne sont pas à dépasser : il faut former un polygone de bornes (au moins 3). L’aube est au centre (au milieu) : on peut donc construire une « bande ». On repère les églises, les monuments commémoratifs, les ponts et les routes. Il faut repérer dans la bande un groupe de ces 4 repères proches. Si l’on un chemin qui relie église, monument et pont, on s’intéresse à un distance de 74 m le long de ce chemin (sur la carte, c’est 3 mm). On prend à partir du pont

Dans tous les cas, le pont devient un point de repère essentiel. Il est obtenu à partir d’une lecture secondaire du titre de 580 (qui n’a pas servi). Ce serait étonnant de bâtir une solution sur un décodage aussi peu étayé.


650

La légende de la France qui n’a pas de pétrole

Puits est une rivière, puits de pétroles, stations de pompage.

 

La légende des défilés  (= un passage étroit)

 

Analyse :

L’idéal serait que le pont soit sur la rivière « puits »

Le passage étroit revient. Cela vient nuancer la remarque sur les « dupondt ».

Par contre, on ne progresse guère.


520

 

La légende de la vierge Marie.

Pêche interdite (péché interdit)

 

Analyse

C’est une zone de pêche interdite (mais nous on va à chasse)

Un panneau serait bien (mais madit, pas de construction). Madit aussi que l’on est loin de l’eau.

Une idée serait que le panneau soit d’un coté (à 74 m) et donc qu’il faille prendre l’autre coté. Ce serait justifié par le fait que ????

Il n’mp^che que l’on est encore sur une route et madit « pas de route ». Il manque quelquechose.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 10:30

En 470, approfondissons la légende de Roland  :

En arrière garde. Marquis de la marche de Bretagne. Combat les maures dans le défilé de Roncevaux (perd). Ses amis (dont olivier) meurt. Trahit par Ganelon. Sonne du cor (olifant) et le brise. Cherche à briser son épée et casse la pierre, se couche dessus.

 

Dampierre. (improbable – trop loin, nécessite la carte)

 

Marche. Pas marché ni la marche à pied. Notion de frontière (cf bordure – compatible avec l’hexagone de 580)

 

Garde-corps ? Bof (avec tintin, on a les dupondt soit un pont)

 

Carrière (pierre cassée). Mais ne colle pas à la suite

 

Avec St : St Pierre.

 

Charlemagne qui invente l’école. Ecole

Mais outre le fait que Charlemagne est loin de la solution, l’école n’est pas facilement localisable

 

Empereur à la barbe fleurie

RAS

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives