Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 08:22

UMP

 

O4. Actualiser les normes françaises de classement hôtelier.

 

 

 

PS

 

I-III-E-a) Nous lancerons un plan national d’emploi et de formation pour consolider les emplois saisonniers, et améliorer leurs conditions de vie et de travail.

 

 

 

Bof.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 09:40

En 530 on peut trouver l’âme.

L’âme est un mot polysémique. Cela peut être l’âme du fusil 

En 780, l’opposition, ce serait la différence entre celui qui tient le fusil et celui qui est visé. 

Mire et guidon sont du vocabulaire pour les fusils. 

Comment résoudre 780 dans ce cadre ? 

Rosse : le chien du fusil ? 

Cocher : l’encoche, la gâchette, le levier de détente ? 

Boussole : la mire ? 

Pied : la hausse ? le frein ? 

Un canon rayon peut fournir une spirale à 4 centres ? Un canon rayon a un pas. 

Dans la visée, il y a un œil directeur. 

Un canon de 75 mm (comme le cercle) correspond à un boulet de 4 livres. 

http://www.artillerie.info/Hist%20artillerie/Histoireartil10.html 

Système « la hitte » en 1847

Canon de 75 : « En septembre 1892, un canon expérimental à tir rapide de 52 millimètres de calibre, conçu par le capitaine Sainte-Claire Deville, est essayé à l'arsenal de Bourges. »  

En 1879 à Bourges, le cours pratique de tir est crée pour enseigner et étudier ces nouvelles techniques de tir d'artillerie.

Le canon de 75 est construit principalement à Bourges.

Le canon de 75 est célèbre et bien documenté. Il comporte plein de « cotes » qui pourraient faire office de mesure.

Bref, un candidat idéal pour une piste. Malheureusement, je ne vois pas comment fabriquer une solution en 780 avec tout cela.

Canon de 75 utilisé 14-18 : l’opposition serait les français qui crient « à Berlin «  et les allemands » « A Paris ».

Foche, Clémenceau, les boches, la grosse Berta, la kaiser, le casque à pointe, les poilus, les zeppelins, …

Partager cet article
Repost0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 09:38

PS

 

II-III-C-1)a) Il sera créé un Fonds National pour l’Egalité entre les Territoires. Ce fonds sera alimenté notamment par un prélèvement sur la taxe professionnelle.

II-III-C-1)b) Nous proposons aux agglomérations les plus défavorisées un « pacte de solidarité urbaine » comprenant des objectifs chiffrés et concentrant les moyens de l’Etat comme des collectivités.

II-III-C)-1)c) Un plan de renaissance urbaine permettra de lutter contre la spéculation immobilière, d’accélérer le renouvellement urbain des quartiers devenus invivables, et de prévoir des solutions aux 1.300.000 personnes qui cherchent un toit.

II-III-C-1)d) Nous mettrons en place 500 « maisons de la citoyenneté » avec l’aide de l’Etat, notamment à partir du réseau des centres sociaux et socio-culturels, pour développer les initiatives collectives et individuelles et habitants.

II-III-C-1)e) Les conseils de quartier seront étendus aux villes de plus de 50 000 habitants et dotés de moyens.

 

 

Seul le PS se préoccupe des « territoires » ?

Partager cet article
Repost0
6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 08:39

« Ce n’est pas parce que c’est écrit que c’est vrai ».

 

Il s’agit ici d’analyse un « discours » selon l’axe de la « vérité ». On supposer qu’il s’agit d’un discours écrit pour simplifier.

 

On s’intéresse à la valeur de « vérité »

Le premier écueil est la signification du discours. Il est en effet tout à fait possible d’aligner une suite de mots et que l’ensemble ne veule rien dire. Et si cela ne veut rien dire, il ne saurait être question de vrai ou de faux. Cet écueil est loin d’être négligeable, il concerne sans doute 1/3 de ce qui s’écrit.

 

On supposera aussi que le discours est exempt d’erreur (lapsus, omission,…). On peut imaginer qu’avec du temps, le rédacteur du discours arrive à un discours conforme à sont intention.

 

Le deuxième écueil est la cohérence générale du discours. Si le discours contient une thèse et son contraire, on ne peut pas mesurer « sa vérité ». C’est un cas qui n’est pas exceptionnel. Je connais même des personnes capables de dire une chose et son contraire dans la même phrase : sacré tout de force ! Cela fait partie de l’art de botter en touche des politiciens (au sens large). Malgré tout, les cas de contradictions fortes sont assez rares.

 

Sans aller jusqu’à la contradiction complète, l’ambiguïté, le flou et l’imprécision sont aussi un problème. Cela concerne la quasi-totalité des discours. Pour mesurer la vérité de ces discours, il est alors indispensable de « découper ».  Ce découpage amène à identifier les éléments et l’articulation. L’articulation peut être due au style (le fait de rendre le discours « agréable à lire ») et alors il ne relève pas de l’analyse de la vérité. L’articulation peut aussi relever d’une démonstration : dans ce cas les règles de validité du raisonnement (la logique mathématique) s’applique. Il est extrêmement rare de trouver des démonstrations valides dans les « discours courants ». C’est en effet extrêmement difficile (ce discours ci ne prétend pas être une démonstration). En effet, pour produire une démonstration, il faut mettre à jour une longue série d’hypothèses. C’est fastidieux, c’est difficile et c’est désespérant. C’est désespérant parce que l’on s’aperçoit rapidement que les hypothèses faites sont mal assurées et que donc la « preuve » apportée par le raisonnement est bien faible.

Il reste encore les « éléments du discours ». Il s’agit de fragments de discours. Il n’est pas « honnête » de les « sortir de leur contexte ». Leur analyse peut se faire en les isolant mais sans « oublier le contexte du discours ».

Parmi ces éléments, un nombre important est « vide » (dénué de signification). Les autres sont de plusieurs sortes : les illustrations (exemple, témoignage, chiffres), les « hypothèses » (règles générales, lois, principes,…), les croyances de l’auteur et les définitions (ce sont des hypothèses qui s’appliquent au discours).

Pour les illustrations, il est possible (mais rarement facile) de mesurer le « niveau de vérité ». En effet, ces illustrations proviennent « d’événement du monde réel », la vérité c’est donc la fidélité de ce que rapporte l’élément du discours par rapport à l’événement. Un événement du monde réel c’est généralement plusieurs milliards de Go d’information. Un élément de discours sur cet événement ce n’est souvent quelques Ko d’informations. Cette réduction est inéluctable. La fidélité ne peut pas être totale. L’important c’est que l’illustration ne soit pas biaisée : elle doit préciser « l’axe de lecture » (le point de vue, le filtre) et contenir toute l’information selon cet axe de lecture (éviter la tendance qui veut que l’on ne retient que les éléments qui nous arrange : c’est une pratique extrêmement courante).

Pour les hypothèses, on peut dire qu’elles sont généralement fausses (« toute généralité est fausse »). Pourtant, sans hypothèse, on ne peut pas aller très loin dans le discours. Ces hypothèses sont des outils, toujours imparfaits. Si elles sont fausses dans l’absolue, on peut tout de même envisager de mesurer leur « degré d’erreur ». Il est alors possible de progresser « vers la vérité ». Mais pour ce faire, il est indispensable que ces hypothèses soient explicites.

Pour les croyances de l’auteur, la notion de vérité ne s’applique pas.

Pour les définitions, il n’y a pas de notion de vérité. Ce qui se mesure ici c’est la politesse. Il est en effet plus poli d’utiliser les « mots » avec leur définition courante et de créer de nouveaux uniquement s’il faut de nouveaux concepts. Cette partie définition est loin d’être anecdotique. En fait, les débats sont surtout des débats sur le langage, les mots et leur définition.

 

 

Dans « le cercle des poètes disparus », à la question « pourquoi les hommes ont inventé le langage ? », la réponse est « pour séduire les femmes ».  Cette réponse me semble assez pertinente.

Le langage et les discours sont des outils du raisonnement. Mais ce sont des outils largement imparfaits. La notion de vérité développée dans le cadre de la logique est le plus souvent hors contexte dans nos discours courants.

Partager cet article
Repost0
6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 08:37

UMP

 

F1. Instaurer par la loi le service minimum garanti dans les transports publics et les autres services publics essentiels en cas de grève.

 

F2. Rendre obligatoire un vote à bulletin secret sur la poursuite de la grève, dès lors que le mouvement social excède plus de huit jours.

 

AA11. Autoriser les comités d’entreprise à consacrer la partie non consommée de leurs dépenses de fonctionnement,  à l’ouverture de crèches.

 

 

PS

 

 

I-0-b) A cet effet, dans le printemps 2007, nous engagerons avec les partenaires sociaux une Conférence Nationale qui aura pour charge de débattre des orientations et des propositions en termes d’emploi, de salaire, de conditions de travail et de protection sociale, dans le secteur privé comme dans la fonction publique.

 

 

A L’innovation encouragée

 

I-I-A-a) Face aux délocalisations, nous mettrons en place une Agence Nationale de Réindustrialisation. Elle pourra agir préventivement par des aides ciblées. Elle organisera la reconversion des sites et participera à la préservation de nos métiers et savoir faire. Elle pénalisera le comportement des « patrons voyous

 

I-I-A-b) Un projet de loi sera soumis au Parlement afin d’obliger les entreprises qui délocaliseraient hors de France à rembourser les aides publiques qu’elles auraient perçues.

 

 

I-I-B-a) Nous porterons le SMIC au moins à 1500 Euros bruts le plus tôt possible dans la législature.

 

 

A Une nouvelle négociation collective

 

 

III-III-A-a) Nous généraliserons le principe de l’accord majoritaire pour la validation des accords collectifs.

III-III-A-b) Nous interdirons qu’un accord d’entreprise puisse déroger à un accord de branche ou au code du travail ; l’accord de branche sera lui-même soumis au code du travail.

 

 

B Une nouvelle conception de l’entreprise

 

 

III-III-B-a) Ainsi, les salariés auront, par l’intermédiaire de leurs représentants, le droit de vote dans les instances décisionnaires de l’entreprise (conseil d’administration ou conseil de surveillance).

 

III-III-B-b) En cas d’OPA hostile méconnaissant les réalités sociales et environnementales le Ministère de l’économie et des finances pourrait décider de suspendre la procédure.

 

III-III-B-c) Nous rendrons obligatoire la publication dans les groupes côtés d’un rapport qui fixera une fourchette entre les plus basses et les plus hautes rémunérations, stock options comprises.

 

III-III-B-d)  Nous augmenterons les effectifs de l’inspection du travail pour faire respecter le code du travail.

 

 

IV-II-B-a) L’octroi de subventions publiques aux entreprises cotées en bourse sera subordonné à l’engagement du bénéficiaire de ne pas réaliser de plan de licenciement alors qu’il a dégagé des profits substantiels.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2007 4 05 /04 /avril /2007 09:31

Pied :

anapeste, arpion, assise, bas, base, butin, cep, choriambe, collet, dactyle, extrémité, fade, fondement, fumeron, iambe, jambe, latte, main, mètre, nougat, panard, pas, passée, patte, paturon, pédicule, peton, pince, pinceau, plante, racine, ripaton, savate, souche, sous-oeuvre, spondée, stipe, syllabe, trace, tribraque, trochée. 

 

Pied rentre dans beaucoup d’expressions. 

 

Rosse

bique, canasson, carcan, carne, chameau, cheval, coquin, crapule, fripouille, gale, gredin, haridelle, harpie, mauvais, méchant, mégère, rossard, rossinante, sarcastique, satirique, sévère, teigne, vache, vaurien, vieille bique.

 

Boussole :

aimant, compas, conseiller, direction, galvanomètre, guide, inspirateur, mentor, rose des vents, tête.

« Une boussole est une montre qui indique toujours midi et demi »  (Cavana) « Chercher midi à 14 heures ».

« perdre la boussole ». 

 

Cocher :

aurige, automédon, carrossier, charretier, colignon, conducteur, coqueter, couvrir, créner, hocher, marquer, noter, patachier, patachon, phaéton, pointer, postillon, roulier, s'accoupler, serviteur, voiturier, voiturin.

 

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2007 4 05 /04 /avril /2007 09:30

UMP

 

U1. Respecter puis doubler les heures de sport prévues à l’école primaire et en confier la prise en charge à des professeurs d’éducation physique et sportive ou à des éducateurs sportifs.

 

U2. Doubler le nombre d’heures obligatoires de sport au collège et au lycée, ainsi que le poids du sport aux examens ; rendre le sport obligatoire à l’université et à l’entrée aux grandes écoles.

 

U6. Créer une « grande école » du management sportif pour ceux qui veulent exercer des responsabilités dans ce secteur, ouverte aux étudiants, aux cadres de l’Etat, aux sportifs en reconversion.

 

U7. Valoriser le bénévolat dans les clubs de sport en le prenant en compte dans les parcours universitaires, pour la validation des acquis de l’expérience, pour la constitution d’une retraite et sur le plan fiscal.

 

U18. Identifier les sports stratégiques, soit en prestige, soit au regard des avantages  comparatifs de la France, et créer pour eux des centres de recherche et de développement.

 

 

PS

 

 

RAS

Partager cet article
Repost0
4 avril 2007 3 04 /04 /avril /2007 13:51

Non, je ne parle pas des sondages pour les intentions de vote.

Il s’agit de ceux que l’on trouve par exemple sur le site du monde.

Par exemple : A propos des émeutes de la gare du Nord, qui porte selon vous la responsabilité la plus importante ? (les policiers / Les émeutiers).

 

Arrêtons nous pour examiner cette question et ce qu’elle mesure.

On pourrait croire que ce sondage mesure l’avis des sondés (quel échantillon) sur le « coupable ». Mais c’est assez accessoire.

Comment le sondé peut il répondre à cette question ? La quasi-totalité n’était pas témoin de ces événements. Il n'en a connaissance que par les média. Sa réponse dépend donc essentiellement de la présentation que lui en ont fait les média.

 

 

En définitive, ces sondages mesurent l’efficacité de la propagande des médias.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2007 3 04 /04 /avril /2007 13:50

UMP

 

F6. Créer une quatrième loi du service public, en plus de la continuité, de l’égalité et de l’adaptabilité : la loi de la performance.

 

F9. Réduire le nombre d’agents publics en réorganisant les services

 

F10. Passer d’une fonction publique de 900 corps à une fonction publique de 6 à 10 métiers.

 

F14. Créer 100 postes hors catégories habituelles de rémunération pour faire venir ou revenir dans l’administration des personnalités qui ont fait leurs preuves dans la gestion et la direction d’entreprises privées.

 

H13. création d’une réserve de défense civile et d’un tutorat entre jeunes issus de quartiers sensibles ou en situation difficile et des étudiants et des jeunes actifs.

 

 

PS

 

I-I-D-a) Nous définirons, après un large débat national, dans une loi-cadre, les missions de service public ainsi que les obligations qui en découlent et son périmètre.

I-I-D-c) Nous réintroduirons le contrôle public à 100 % d’EDF et mettrons en place un pôle public de l’énergie entre EDF et GDF –dont nous refusons la privatisation

I-I-D-d) Nous instaurerons une tarification sociale de l’eau, comportant un droit incompressible d’accès à l’eau et des tarifs différenciés suivant les usages.

II-III-A-3)e) Nous instaurerons un service universel bancaire de base

 

Bof.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 09:17

Quelques mots

 

Iris

Cristallin

Pupille

Rétine

Glaucome

Myope

Presbyte

Astygmate

Lunette

Verre

Lentille

Blanc

Fovéa

Nerf

Cil

Paupière

Orbite

Cone

Batonnet

Loucher

Cataracte

Monocle

Sourcil

Cataracte

 

En quoi 780 serait-il une affaire d’œil ?

 

La théorie de la lumière dans le passé (l’œil projette ). Le croisement symboliserait l’opposition des théories ? L’ouverture c’est l’œil.

« Pythagore (-570/-480) et Euclide (-330/-270) proposent la théorie du « feu visuel ou intérieur », c’est l’œil qui permet la vision en émettant un rayon spécifique (le « Quid »). Euclide s’appuie sur des faits expérimentaux et sur des postulats (géométrie Euclidienne) pour établir les lois de la réflexion et de la réfraction. Il introduit la notion de rayon lumineux et de propagation rectiligne. » « Eidola ou Quid se propage, selon les anciens, à travers un fluide qu’ils nomment « Ether » (ce nom est resté et repris par Huygens et Young pour expliquer que les ondes lumineuses se déplacent dans un fluide puisqu’elles ne sont pas corpusculaires). »

 

Impossible à rattacher. ??

 

Foudroyer du regard ?

Partager cet article
Repost0

PrÉSentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives