Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 15:50

La clesf se cache sur un navire noir perché. Et si c’était là la phrase « clef » pour désigner la cache ?

 

Anagramme ?

Une anagramme de navire noir clesf ? Bof

« La cache est ». Non

« La cache se noue + perch sur  navire nir clesf ». non

« Se situe ». Non

« Mesure » : non

« Creuse(r) » : sacrée anagramme !

« Dans, derrière, devant, après, avant » : non

« Sur » : déjà là

« Sous »

« Un/une »

« Le/la » oblige à prendre le « l » de clesf

Un nombre ? (un et neuf seuls sont possibles (pas de t, de z, de x, de m, de q)!). 9 + La cache se perche sur  navire noir cls

 

Substitution ?

La cache se perche sur un navire noir clesf. 7 mots après « cache »

Perche – gaule (à tirer de 530)

Navire – nef (à tirer de 560)

Noir :

Clesf : coquille (à tirer de 560) ou combinaison (520)

Se : pronominal ? (10 villes nommées - 580)

Sur : être sûr ?

Un : Bourges (530) ou sel (520)

Il faudrait un verbe : être, situer, attendre, ...

Partager cet article
Repost0
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 15:49

Une fois n’est pas coutume, je vais me baser sur les madits. Il s’agit de la question de la transition « zone-cache » (je n’ai pas encore la zone).

http://www.zarquos.net/synthese_supersolution.php

 

Il semble que l’on ait la zone à l’issue de 520. Elle est localisable sur la 1ère carte. C’est à dire à l’échelle 1/1 000 000. Un point (1 mm de coté) fait 1 km sur le terrain. La zone est réputée être de la grandeur d’une ville de taille moyenne. Donc on est en ordre de grandeur « kilométrique » (1 à 3 km). Sur la carte de France, c’est un point ou un gros pâté (3mm). Je laisse de coté la façon dont cette zone s’obtient. Je remarque que le « gros pâté » est aussi une notion qui permet de compenser les écarts ou imprécisions dus à la carte de France (un point obtenu comporte une imprécision intrinsèque à la « problématique cartographique »).

Bref, on a affaire à un zone de quelques kilomètres de « rayon ». Sur une carte au 1/25 000 c’est de l’ordre de la dizaine de cm.

 

On va supposer que la contremarque est bien enterrée quelque part en France dans le « domaine public » où le fait de creuser est toléré.  Si l’on ajoute les madits (ceux sur les conditions de l’enfouissement par exemple) et si l’on tient compte de la nécessaire discrétion, il semble probable que la cache (et donc une partie de la zone) soit isolée avec très peu d’habitation à des centaines de mètres.

Il parait de plus qu’il n’y a pas de construction humaine (ni de cours d’eau) à moins de 50 m de la cache.

 

C’est la 12ème énigme et elle seule qui permet la localisation. Celle-ci se traduit par une phrase du genre « creuser à ... » qui se complète en moins de 10 mots.

 

Tout ceci impose l’utilisation de points de repères de deux sortes. Les points de repères artificiels (constructions humaines – chateau d’eau, église, pont, route, croisement, borne, monument,...) qui sont « éloignés » et qui peuvent donner des axes ou des approches (axe de visée ou cheminement) et le ou les points de repère naturels pérennes (rocher, menhir, dolmen, trou) qui sont à proximité de la cache.

 

Les seconds sont nécessaires car il est impossible de localiser avec un point de repère éloigné de plus de 50 m.

Les premiers sont nécessaires car les repères naturels sont trop vagues et interchangeables (à moins d’être seul de son genre dans la zone) : il faut donc les préciser.

 

La zone étant isolée, elle a probablement peu de point de repère artificiel – ils ont des chances d’être mentionnés sur la seconde carte. Les points de repère naturels ont peu de chance de l’être.

 

La « phrase-solution » de la douzième énigme doit donc comporter des mots du genre : pont, église, château d’eau, route, croisement, borne, monument (et mots équivalents - calvaire), menhir, dolmen, rocher, trou + éventuellement une distance (celle-ci est alors naturellement un nombre de mesures) + une orientation (axe, alignement, droite, gauche, un point cardinal est improbable).

 

Etant donné le caractère arbitraire de la douzième énigme d’une part et le fait qu’elle soit prétendument facile, alors ces mots dérivent directement des reliquats. Donc les reliquats sont des équivalents de ces mots.

On peut songer au croisement de 780. Voilà un point de repère.

 

Evidemment la « phrase-solution » comporte des « petits mots » (article préposition) qu’il faut ajouter.

 

Extraction – Assemblage – décryptage

On a là l’astuce d’extraction. L’assemble semble se fait grosso modo dans l’ordre de la B. Le décryptage consiste à rajouter les mots de liaison et de trouver le « bon mot » dans le contexte de la zone.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 15:44

Le doute est le sel de l’esprit

NaCl

 

Sodium ?

Chlore = Clore ?

 

S : souffre – un supplice

 

On a 600. Et ?

 

 

La mer ?

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 15:43

Terre : 420

S’ouvre : ouverture 530

Entre : le verbe « entrer » (donc l’ouverture 530)

Eux

Deux : 2 fois (560 – 780)

Intervalles : de musique (580, 500).

Alignés : les soldats (650)

Là : la note (580 et 500).

Jeu = jeu d’enfant de 780 ?

Facile ?

Dénoué = nœud de 470

Fils = instruments de musique de 580 ? nu quand il a une liaison (470)

Doute = le cache de 600 ou le « ou » de 780, le regret de 560

Dernier

Supplice ?

Infligé

Règle = celle de 500 (celle de 560)

Partie : une manche (580, 530, 560, 650)

Cruelle ?

Seul ?

Dois : 780

Trouver : 420, 650

Porter ; la portée de 500

Pelle = le visuel de 650

Montre : une montre en 780 ?

Respect ; inclinaison (780 ?, 420)

Dame ?

Nature : (nu : 470)

Avant : 420,560

Éloigner : loin (560)

Referme = le contraire de l’ouverture de 530

Blessure = la cassure de 470

 

Faut-il exploiter les énigmes dans ce contexte ?

Aucune n’est mise en avant, aucune ne manque (sauf peut être 600).

 

L’impression est que ce genre de lien n’est pas à faire.

Partager cet article
Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 15:41
 Tortu eux ? La faute à eux ? 
 Chemin tortueux semé d'embûche. Eux ne sont pas fichus de s'aligner ! 
 Tortue : lenteur (donc 650). Partir à point. Opposé au lièvre. 
 Torture : supplice  
 Chemin qui serpente (530) 
   
   
 OEUFS? 
 Naissance (bébé) – la clef 
 O le vise FS = X 
   
   
   
 Pourquoi le « car » entre « le doute qui est infligé » et « la règle de la partie cruelle, seul » ? 
   
 La règle c'est « d'être seul » (solitaire, unique, isolé,...) 
 Cette règle est cause du doute. Ou plutôt, si on n'était pas seul, il n'y aurait pas de doute. 
   
 Si on était 0,2,3 ou plus il n'y aurait pas de doute car une seule possibilité. 
 Mais le « 1 » est multiple : étonnant non ? 
   
 Renversement de nombre, renversement de genre... 
Partager cet article
Repost0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 15:40

Plusieurs éléments donnent l’idée de « correction »

 

Idée 1 : corriger ou boucher le trou

 

On le trouve dans « trouver »

Tu dois ver (V, vérité, victoire, gout du laurier) où porter ta pelle

RAS

 

Enlever les lettres

LA EE S'VE

Ene ex, il n'y aai qe dex intervalles s'ils étaient alignés.

RAS

 

La TeRre s’OUvre

EnTRe eux, il n'y aurait que deux intervalles s'ils étaient alignés.

Mais ce serait là un jeu bien TROp facile !

MainTenant que tu as dénoué tous les fils,

Le douTe est le deRnier supplice qui te sera infligé.

Car c'esT la Tègle de cette partie cruelle :

Seul, tu dois TROUver où porter ta pelle.

MonTRe tOn respect poUr Dame Nature,

Et, avanT de t'éloigneR, referme sa blessure.

3 trous ?

 

La TeRre s’OUvre

EnTRe eux, il n'y aurait que deux intervalles s'ils étaient alignés.

Mais ce serait là un jeu bien trOp facile !

Maintenant que tU as dénoué Tous les fils,

Le doute est le deRnier supplice qui te sera infligé.

Car c'est la règle de cette partie cruelle :

Seul, tu dOis troUver où porTeR ta pelle.

MOntre ton respect poUr Dame NaTuRe,

Et, avant de t'élOigner, referme sa blessUre.

5 trous ?

 

La vanité, c’est le vide. A remplir/remplacer par quoi ?

Maintenant que tu as dénoué tous les fils,

 

Remplir des vides du texte ? Lesquels ? Accoler ou remplir par quelquechose ?

 

Remplir le TROU par de la TERRE. Soit OU par ERE.

Soit l’espace (le chemin où)  par le temps (ère). => trop compliqué

Terrever : RAS

TROU + TERRE : RAS

Partager cet article
Repost0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 13:20

Connaissez-vous le mouvement « Roosevelt 2012 » ?

http://www.roosevelt2012.fr/

Les analyses sont assez bonnes.

On peut résumer par le constat suivant : « si les états sont aussi endettés c’est par ce qu’ils ont omis de prélever les impôts de la fraction la plus riche de la population ». En fait, s’ils sont endettés, c’est auprès de quelqu’un et ce quelqu’un ce sont les « riches ».

 

Une telle évidence n’est pourtant pas partagée par tous. Combien insistent encore et avant tout sur les baisses d’impôt. Prenons le cas de la France et de la décennie calamiteuse en matière de politique économique que l’on vient de connaitre. Ces gouvernements se sont entêtés à faire des cadeaux fiscaux au plus riches sans contrepartie. Ils se sont obstinés à vouloir réduire le nombre de fonctionnaire sans que cela ait un résultat clair sur la baisse de dépenses.

Ces constats ne veulent pas dire que le gouvernement Hollande-Ayrault sera la panacée.

Le quinquennat Sarkozy nous a couté 500 milliards d’euro. Si au moins cela avait pu servir de leçon et que l’on ne nous ressorte pas les même fausses solutions, le prix aurait pu être tolérable. Mais non, ils persistent.

 

En matière d’élection, je suis étonné du rapport de vois entre extrême droite et extrême gauche. En effet, alors que l’extrême droit n’est assurément pas la solution pour s’en sortir, qu’en matière économique, cela serait pire, elle est largement en tête. A contrario, alors que l’actualité économique démontre les justesses des diagnostics de l’extrême gauche, il faut un tribun exceptionnel pour la faire émergé un petit peu.

 

Pour en revenir à Roosevelt 2012, la démarche qui consiste à faire croire que même tout petit, on peu faire changer les choses me semble une illusion. Ensuite, la liste des mesures me semblent un bric à brac. Le fait de prendre le problème au niveau européen est à la fois insuffisant (car les causes sont mondiales et notamment américaines) et vaines (car il est patent qu’il n’y a pas d’unité européenne : le contenu du traité de 2005 l’avait démontré et la gestion de la crise actuelle devrait déciller les plus aveugles). Croire que les européens vont réagir est une erreur : c’est la que le réflexe nationaliste de l’extrême droite peut se comprendre.

 

Et moi, ai-je une solution ?

Pas complètement, mais en ce qui concerne la France, elle m’apparait possible au niveau national par une remise en cause profonde de notre société : il s’agit de battre les allemands à leur propre jeu d’égoïsme. Il s’agit d’une voie nationaliste, gauchisante et rigoureuse (je ne vois pas en quoi cela est contradictoire) : en fait, cela tient beaucoup du gaullisme (l’originel, pas les incompétents qui s’en réclament). Mais au temps de facebook, cela fait bien ringard.

 

Et bien tant pis, on aura notre paupérisation.

Partager cet article
Repost0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 15:39

La Jalousie c’est un supplice lié au doute. C’est cohérent avec une « partie  cruelle » (quoique si elle est partie, ce n’est plus vraiment de la jalousie).

 

La jalousie c’est un « volet » qui donne l’idée de parallèles et de « voir sans être vu » ou d’espionnage.

 

Les parallèles serait cohérent avec l’idée de portée.

 

« Partie – Seul » suggère une séparation, un divorce, un abandon par « elle ».

 

 

 

LA TERRE S'OUVRE

Entre eux, il n'y aurait que deux intervalles s'ils étaient alignés.

Mais ce serait là un jeu bien trop facile !

Maintenant que tu as dénoué tous les fils,

Le doute est le dernier supplice qui te sera infligé.

Car c'est la règle de cette partie cruelle :

Seul, tu dois trouver où porter ta pelle.

Montre ton respect pour Dame Nature,

Et, avant de t'éloigner, referme sa blessure.

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 13:19

Quelques commentaires sur l’actualité

 

Tout d’abord, les élections viennent de donner une majorité à la gauche PS qui dispose désormais de tous les pouvoirs (Sénat, majorité des régions). Aussi, plus d’excuses. Dans 5 ans, si la situation économique ne s’est pas améliorée, ne serait-ce qu’un peu, ce sera entièrement de leur faute.

Bien évidemment j’espère qu’ils réussiront. Non pas parce que je serais de gauche mais parce que c’est mon intérêt en tant que français. Y parviendront-ils ? J’ai du mal à pronostiquer. Il me semble que le niveau d’incompétence a baissé, que l’on revient à plus de raisons, que l’on aura plus un cap qu’une girouette. Les prochaines années permettront de savoir.

 

 

Ensuite, l’affaire Triewerleir-Royal. Je ne connaissais pas cette « nouvelle première dame de France ». Elle a marqué a jamais sont image pour moi de façon particulièrement négative.

Elle se pose une question de sa place et affirme sa volonté de pouvoir continuer à exercer sa profession (je souligne que ce « tweed perfide » n’a rien a voir avec la profession de journaliste). Il me semble que la situation est simple. Jusqu’ici « la première dame de France » a une sorte de statut. C’et un peu archaïque mais c’est ainsi. Cela lui permet de s’afficher avec le président, de l’accompagner dans ses voyages, de disposer de moyens (bureau et secrétaires,…). C’est une sorte de « potiche ». Soit elle accepte ce statut et alors elle soutient son mari, la « boucle «  et ne peut pas être journaliste. Soit elle y renonce et renonce à tous les avantages afférents (il ne resterait que le dispositif de sécurité).

Par son attitude, Mme Trierweleir a discrédité ce rôle. Il est peut être temps de le remettre en question. On peut ajouter qu’en ces temps de crise, il parait incongru de gâcher ne serait-ce qu’une infime partie du budget de l’Etat pour l’entretient de ce statut d’un autre âge. La solution pourrait donc être imposée à l’indécise : continue ton travail de journaliste mais n’accompagne jamais le président.

Partager cet article
Repost0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 15:38

LA TERRE S'OUVRE

Entre eux, il n'y aurait que deux intervalles s'ils étaient alignés.

Mais ce serait là un jeu bien trop facile !

Maintenant que tu as dénoué tous les fils,

Le doute est le dernier supplice qui te sera infligé.

Car c'est la règle de cette partie cruelle :

Seul, tu dois trouver où porter ta pelle.

Montre ton respect pour Dame Nature,

Et, avant de t'éloigner, referme sa blessure.

 

Jeu : espace

Dénouer : noeud : E

Doute : OU

Règle partie : Set 7 (S ou E) ou té (T)

Seul (1) B ou R

Nature : nu : U

 

 

Soit xEOU(T/S/E)(B/R)Uy

 

Pas fertile.

Route ?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives