Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 15:56

Peut on coder le titre avec des masses atomiques .

Quand al-mar s’allie à l afibule de Preneste, les ténèbres resplendissent.

 

Le « Q » coince.

 

Si l’on ne retient que les mots al-mar, fibule de preneste, tenebres, resplendissent

 

Al = aluminiumn

M = niet

Ar : argon

F = fluor

I = iode

B = bore

U = uranium

L : niet

E : hum

 

P = phospore

R : niet

E : hum

N = azotze

Es = esinstienium

Te = Tellure

 

Te = téllure

Ne = néon

Br = brome

Es = Einsteinium

 

R

Es = einsteinium

P = phospohre

L

E

Nd = Néodyme

I = iode

S = soufre

Se = sélénium

N = azotze

T

 

Cela ne fonctionne pas.

 

Remarque : les lettres désignant un élément chimique (14) sont : B, C, F, H, I, K, N, O, P, S, U, V, W, Y.

Les lettres  non disponible (12) sont : A, D, E ?, G, J, L, M, Q, R, T, X, Z.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 16:36

La lecture du livre de C Levy-Strauss « la pensée sauvage » m’amène à des commentaires.

 

Tout d’abord, cette lecture est difficile : je ne prétends pas avoir tout compris.

Mais peu importe. Ce qui m’intéresse c’est l’intention « derrière le livre ». Comme le dit l’introduction, c’est la pensée sauvage (de tout le monde) et non la pensée des sauvages. C'est-à-dire que le savoir ethnologique n’est qu’une source documentaire pour étayer une recherche sur la pensée : ce n’est pas une livre «ethnologique ».  Bref, il s’agit d’une recherche sur des caractéristiques des mécanismes fondamentaux de la pensée humaine.

 

Mais je doute que l’approche choisie et le vocabulaire utilisé soit le plus approprié. Je vais tenter une reformulation. Finalement, il s’agit d’identifier les éléments fondamentaux de la cognition (humaine).

 

-          Repérer l’égalité

-          Délimiter

-          Décomposer

-          Relier

-          Répéter

-          Opérer

-          Poursuivre

-          Généraliser (induire)

-          Glisser (analogie)

-          Omettre

-          Imaginer/créer

 

Avec ceci, on peut ensuite construire des éléments composites : par exemple.

-          Compter.

-          Projeter (au sens de relier par projection)

-          Déduire

-          Identifier l’inclusion, intersection

-          Hiérarchiser

-          Comparer (au sens d’ordonner)

-          Synthétiser

 

Précisons ces éléments :

 

J’ai placé le pouvoir de repérer l’égalité est placé en premier car il semble le plus élémentaire. Toutefois, il est paradoxal. A partir de deux éléments A et B, il s’agit de voir que A = B. On voit qu’il n’est pas si élémentaire car il faut isoler A et B. De plus cela n’a d’intérêt que si A et B sont « différents ». En faire le « A = B » s’applique uniquement à une partie de A et de B (une propriété p) et en fait c’est Ap= Bp. Dans un certain vocabulaire, c’est la métaphore.

 

La délimitation c’est justement la capacité à tracer des limites, des frontières. Il y a ce qui fait partie de A et ce qui n’est fait pas partie. Dans un certain vocabulaire, c’est la capacité à identifier des paradigmes.

 

La décomposition est justement la capacité à découper A en sous ensemble qui sont encore partie de A.

 

La capacité à relier est ternaire. C’est une relation R telle que A-R>B. A et B sont en relation R. Telle quelle, c’est liaison est unitaire. Elle prend tout son intérêt par la répétition  (et la généralisation).

 

La répétition c’est donc recommencer. C’est réitérer. C’est faire encore une fois une chose « identique ». Cela nécessite de pouvoir repérer l’égalité. Cette égalité s’applique à la classe d’entité objet de l’action et à l’action proprement dite.

 

L’opération est aussi ternaire : A+B donne C. Le « + » n’est pas nécessairement l’addition. C’est la capacité à opérer qui est élémentaire. Il existe des opérations binaires : f(A) donne C. Est-ce que cela peut être élémentaire ?

 

La poursuite est différente de la répétition. Il s’agit ici d’enchainer. En mathématique, c’est la composition « o » : fog(A) = f(g(A)).

 

La généralisation est l’extension d’un constat à une classe d’objet. J’ai constaté que Ap =Bp pour quelques exemple A et B de classes d’objet et j’induis que cela est vrai pour tous les objets de la classe.

 

L’omission se passe sans doute de commentaire.

 

La capacité à imaginer (ou créer) est la plus énigmatique. Existe-t-elle vraiment ?

 

 

 

 

Voilà une liste d’outils de bases. Est-ce qu’avec cela on fait de l’intelligence ?

Partager cet article
Repost0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 15:55

On a 10 lettres de A à J.

580 donne un codage chiffre = ville que l’on identifie par leur première lettre

 

La fibule de Preneste dit « manius m’a faite ». Il est question de « création » et de matière. On parle d’alliance ou d’alliage. Le visuel renforce cette idée de « génèse ». D’une manière ou d’une autre il faut penser aux éléments chimiques et au tableau de Mendeleiev. Alors le décodage donne « LA CLESF SE CACHE SUR UN NAVIRE NOIR PERCHE ». On voit une clé (clef) sur le visuel. Cela confirme.

 

Il parait difficile d’en rester là.

 

La fibule a une aiguille : il doit y avoir trahison de l’aiguille (IS). Celle de Preneste est un faux. La clef est donnée de la main gauche. La trahison est ici.

 

Le pouce qui apparaît est le pouce de 520. Cela est conforme à l’IS « née clef en main = nef encalminée ». Il y a un lien entre les énigmes 600 et 520 (à utiliser en 520).

 

Il reste :

- Al-mar : les maures, le rappel à 470.

- Les ténèbres resplendissent. Une lumière ? Encore un rappel à 470.

 

Il est indispensable d’exploiter ce lien avec 470.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 15:54

« Al mar » et « allie » ont tous les 2 « al »

Alors, on a mar et lie

La lie de l’humanité (le traitre)

La lie du vin (le carignan)

LIE-MAR en comptant la position des lettres, la différence fait 11/8/4 – 12/0/22 = -1 / + 8 / -18

 

AL = Année lumière

Il y a de la physique atomique. L’astronomie c’est en 420

 

S’allie = salit ?

N clin d’œil pour la traitrise ?

 

En ajoute un H, cela fait HAL qui est l’ordinateur de « 2001 odyssée de l’espace » (http://errements.over-blog.net/article-29543281.html). HAL c’est IBM codé en « -1 » comme dans 600.

Supposons qu’en 600, on trouve « 2001 ». Est-ce que cela peut aider à localiser la clef ou le navire noir perché ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/2001,_l'odyss%C3%A9e_de_l'espace

Cela ne peut être que Japet ou l’anomalie magnétique de tycho no 1. Le monolithe serait le truc noir et perché qui n’est pas un navire.

Mais pourquoi rajouter un H ? Parce que c’est le premier des atomes. Pourquoi le placer là, devant « al » ? Que faire de « mar » et de « lie » ?

Tout cela est trop faible.

 

Remarque : Al c’est l’aluminium, le métal avec lequel on fiat généralement les avions. Le navire noir perché pourrait être un avion.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 16:34

L’idée de cet article m’est venu alors que je lisais une critique voilée de l’ethnologie historique par C Levy Strauss. Il me semble que l’on retrouve ce même type de débat vain fréquemment : par exemple en économie les critiques classique de l’approche marxiste ou de la théorie monétariste. je me dis que le « méta problème » est mal posé. Alors je vais tenter de le poser.

 

Tout d’abord, je suppose que nous avons affaire là à des « domaines de connaissance » (des sciences) qui « parlent d’une fraction du réel ». Nous ne sommes pas dans l’imaginaire pur, dans le délire, ni dans le domaine de la critique artistique ou tout autre discours qui admet la subjectivité. Il faut admettre que ce « réel » est objectif et que quand on tente de parler de lui il faut chercher à l’être aussi.

 

En apparence, ces domaines de connaissance visent à fournir un discours vrai de leur sujet. J’écris « en apparence » car il est clair que les êtres humains qui participent à ces travaux ont d’autres visées (gagner de l’argent, de la notoriété, du pouvoir,…) et d’autres considérations (faire beau, faire parler de soi,…). Tout cela viens polluer considérable ces pratiques. Je m’en tiens pourtant à ce « discours vrai ».

 

Alors il me semble clair que l’enjeu essentiel est l’efficacité. Il s’agit d’économie et de justesse du discours.

L’économie du discours me semble importante. On y retrouve le « rasoir d’Occam ». C’est faire court et concis (clair). C’est éviter de multiplier les concepts. Ce caractère a sans doute un caractère quantitatif : il devrait être possible de développer une unité de mesure.

La justesse du discours me ramène à mon fil rouge : la vérité. On peut sans doute décomposer le thème en deux. Le premier est la cohérence logique. C’est une question « technique ». A condition de soigner l’argumentation, d’ôter les scories, il devrait être possible de juger de la cohérence et de produire un discours cohérent. L’autre partie, c’est le fait que le discours coïncide avec le réel. Cela suppose que l’on dispose d’un assez vaste ensemble d’observation ou d’expérience du réel. Comme on ne connaît toujours qu’une fraction du réel, la pertinence de l’échantillon nécessite d’avoir une approche statistique du sujet.    

 

Voilà. Il me semble que de tels travaux permettraient (toujours ?) de sortir de ces débats théologiques pour espérer progresser vers un peu plus de vérité.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 15:53

On a dix villes et un principe « faire moins un ».

Cela peut donner la ville AUTUN.

 

Qu’est-ce qui viendrait appuyer cela ?

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Autun

 

Le temple de Janus. Janus,

http://fr.wikipedia.org/wiki/Janus_(mythologie)

dieu des « ouvertures » (la 530).

2 visages (passé/futurs). (la 780 ?)

« On le représente tenant de la main gauche une clef » (mais ce sera en 600)

« Sur le revers de ses médailles on voyait un navire » (mais ce sera en 600)

 

Talleyrand : évêque d’Autun (pied bot)

Léger d’Autun

Nicolas Rollin

Napoléon

 

C’est surtout Janus qui donne « quelque chose ».

 

En 580, quel rapport avec le « bon sens » ou les instruments de musiques (le visuel ) ?

Pour le bon sens, le fait d’avoir 2 visages ?

Il n’est pas particulièrement lié à la musique.

 

Au final, cela n’est pas cohérent.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 15:52

On retrouve Bourges (Cherbourg de 560 n’est pas connu à ce stade). Ce n’est pas anecdotique ! C’est un lien avec 530. Qu’en tirer ?

 

Le lien énigme -> ville dans l’ordre des énigmes semble inopérant avec ce que l’on sait (Cherbourg ne correspond pas à 780).

 

Le lien énigme -> ville dans un autre ordre reste ouvert. En 580, il faudrait pouvoir rattacher une ville à 780, 470, 580 et éventuellement B. Cela ne marche pas.

 

Une exploitation de Bourges = Ouverture = 530 dans le contexte de 580 donnerait quoi ?

BGE (si, sol, mi)  sont les seules notes. Bof.

Cela semble nécessairement un cadre musical. Les instruments de musique, des musiciens, des morceaux, des symboles de solfège…

1 : le tamtam donc ta ou T, le pipeau donc pi ou P, le ba BA donc B.

2et 3 : la portée

4 : l’harmonica, le poète

5 : le batteur fou, Jimmy Hendrix, Antoine (o yé).

6 : le gaphophone, le silence.

7 : le tuba, la reine de la nuit.

Sage

Vérité

Devin

Je n’en tire aucune lecture.

 

Avec le solfège plus précisément.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Solf%C3%A8ge

Que serait le « premier âge » ?

 

On remarque que les notes vont vers les graves. « Grave » peut vouloir dire « sage ».

Il faudrait donc être « grave ». Cela peut éventuellement permettre de désigner la ville la plus grave parmi les 10.

Sage en 530 pouvait se référer à l’image. On peut retenter le coup. Il y a 2 images à disposition. Les 10 villes se positionnent laborieusement sur le visuel de 530. on peut tenter des les transposer sur le visuel de 580. Cela ne donne rien.

 

On remarque tout de même Cherbourg en 530 comme « visé par le bec du coq » (dont l’autre coté est Roncevaux qui n’est pas une des 10 villes). Il ne s’agit donc pas d’imaginer un mécanisme de passage d’une ville à l’autre.

Par contre le bec (une ouverture) permet de passe de Roncevaux (470) à Cherbourg (580) comme le veut la visée de la fin de 470. Ceci peut légitimement nous positionner à Cherbourg en 580.

 

On remarque qu’en B, les 7 couleurs ont permit de classer 10 énigmes et qu’en 530 il y a avait 7 items. En 580, 7 notes permet de classer 10 villes

Est-ce qu’il faudrait trouver 10 trucs à classer en ou grâce à 530 ? (470 a 11 items et cela ne peut pas faire l’affaire).

Je ne vois pas.

Partager cet article
Repost0
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 16:33

http://fr.wikipedia.org/wiki/Coefficient_de_Gini

 

Ce coefficient est un indice d’inégalité dans une « population ». Il me semble simple à « lire ». La carte donne une bonne indication de lecture.

Je le crois robuste aux approximations sur les données disponibles.

 

Il me vient l’idée qu’il y a là un véritable choix de société. C'est-à-dire que ce coefficient pourrait être un objectif politique. Peut on rêver un jour que les programmes politiques intègrent une telle chose au lieu de l’habituelle langue de bois ?

 

Il apparaît aussi que les société qui font envie sont celles où l’indice est le plus bas. Mais là, c’est mon coté gauchiste qui parle.

 

Quite à dépenser des milliards dans de la recherche, plutôt que de les donner à ces clowns de climatologue, je pense que cela serait mieux dépensé sur des recherches et des mesures dans ce genre d’indicateurs.

Partager cet article
Repost0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 15:50

En 580, il est légitime d’aller vers les graves (les notes descendent, la contrebasse).

 

La région : pointe de grave,

l’AOC : pas de carignan.

Grave = plage de galet

Grave = sérieux.

Grave = un accident (de chemin de fer ?).

Grave = sinistre (la main gauche ?)

Grave = mauvais

Grave = sage

Grave = pesant (pesanteur)

Accent grave (aucune des 10 villes ne comporte d’accent grave). C’est le contraire d’un accent aigu donc d’une aiguille. (aller au nord ?) Etre obtu ?

 

 

Récapitulons.

 

En 580, on peut retenir « aller vers les graves ». Mais cela ne donne rien de plus dans cette énigme.

 

Ensuite, il sera difficile de raccrocher

 

En 600 : sinistre = main gauche. Et alors ?

Le bouclage par l’accident de chemin de fer est très capillo.

 

En 500 : Carignan le cepage et carignan lès brodeaux ne cadrent pas.

 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 15:49

Ici, je rapproche 2 et 3 de 530 (OU) qui cherchent leur chemin avec le bon chemin qui est celui pour lequel la flèche vise le cœur d’une part, et  « O/U de 470 » (offre de l’eau et toujours nu quand il a une liaison) d’autre part.

 

Soit par transitivité : « Flèche qui vise le cœur = offre de l’eau et toujours nu quand il a une liaison. »

 

Qu’est-ce qui pourrait correspondre à cette équation étrange ?

 

-          Il y a encore l’amour (les larmes et le sexe d’un coté et cupidon de l’autre). Mais tout ça pour ça ?

-          L’orage ? Cela ne marche pas bien.

-          Nuage, nimbus,

-          nuée, (nu + huée). bof.

-          Robinet, évier, lavabo, fontaine (la Fontaine), arrosoir, jet, tuyau,

-          Seau / sceau / sot (ne colle pas).

-          Pompier, lance d’incendie,

-          Canal, ruisseau, rivière, fleuve, lac, mer, océan, ru, torrent,

-          Payer en liquide ?

 

Ce n’est peut être pas la bonne approche.

Reprenons.

Il y aurait plusieurs chemins, O et U (celui offre de l’eau celui qui est toujours nu quand il a une liaison) le cherchent. Ils peuvent le repérer si la flèche vise le cœur.

A eux 2 ; ils pourraient construire une flèche ou un coeur (ou les 2).

 

Je ne vois pas.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives