Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 14:58

Il se multiplie les formulaires à cocher où l’on reconnaît avoir lu. En pratique, personne ne lit. On est donc dans un paradoxe.

 

La raison d’être de ces formulaires est souvent le respect d’obligations légales. Le fait de « signer » est un respect « formel ». En faisant cela, « le fournisseur » ouvre le parapluie. Les arcanes de l’administration judiciaire étant complexe, il n’est pas certain que ce parapluie protège de toutes les intempéries.

 

Mais nous ne sommes pas toujours dans cette situation formaliste. Il peut s’agir vraiment d’accepter les clauses d’un contrat. Les contreparties du contrat ne sont pas alors dans des situations équivalentes.

-          Il y a le fournisseur. Il a écrit le contrat, en a pesé tous les termes. C’est de son métier dont il s’agit, il a pu mobiliser des moyens pour cela.

-          Le client « personne physique » a rarement les compétences nécessaires pour comprendre le jargon juridique. Ce contrat n’est que l’un des innombrables dont il a « besoin ». Il n’a pas vraiment le temps d’approfondir.

 

Il n’y a donc pas photo sur « qui va gagner ».

 

En France, la loi protège un peu les consommateurs moyens par la notion de « clause abusive ». Il y a aussi les délais de rétractation.

Les associations de consommateurs peuvent aussi venir renforcer le « client ». Cela peut se faire de façon individuel à l’occasion d’un litige ou en « préventif » par des pressions sur les fournisseurs.

 

Est-ce que tout cela ré équilibre la balance ?

 

Pas sûr.

 

Un autre phénomène est à l’œuvre : l’individualisation des contrats.

En effet, si l’on est dans un cadre standard, les milliers (ou millions) de clients qui contractent « sont dans le même camp ». Ils représentent une force. De toute façon, les premiers effectuent les « béta tests » du contrat. Dans l’ensemble, l’équilibre du contrat peut donc être atteint.

Mais en rédigeant à chaque des contrats spécifiques, ce mécanisme ne joue plus. En faisant cela, on donne l’impression de faire du « sur mesure », on flatte le client. Mais c’est pour mieux le coincer.

Partager cet article
Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 14:56

A propos du 11/09/01, les lectures de thèses complotistes me mettent mal à l’aise. Il est certain que la version officielle en regard est affligeante. Donc, j’estime qu’il y a des mensonges dans la version officielle. Pour autant, je ne sais pas estimer jusqu’à quel point, celle-ci est fausse. D’ailleurs la multiplicité des versions alternatives est plus une indication de création imaginative que progrès vers « la » vérité.

 

Je n’ai pas accès à d’informations privilégiées, je ne suis pas témoin, je ne  bénéficie pas de témoignage de « première main ». Ce qui suit est donc construit sur de l’information disponible. Elle est parfois sujette à caution et elle est de toute façon parcellaire. Au final ce n’est que l’expression d’une croyance.

 

Pour commencer, je rappelle les conditions de l’entrée en guerre des Etats-Unis au cours de la seconde guerre mondiale : c’est l’événement de Pearl Harbour. Le fait est qu’avant cette attaque, le gouvernement américain souhaitait entrer en guerre (et on peut comprendre leur raison) mais qu’une majorité d’américains ne le voulaient pas (et on peut les comprendre aussi). Grâce à cet événement, il y a eu un retournement complet de l’opinion publique (une quasi unanimité !). Ceci a permis de mener une guerre longue et couteuse (surtout en dollar car les pertes humaines US sont faibles comparées aux autres pays). La population ne l’aurait pas supporté sans cette adhésion initiale. De plus, malgré le fait que c’était le Japon qui était l’agresseur, le gouvernement US a pu faire la guerre à l’Allemagne.

Tout ceci, ce sont des constats historiques. Il y a une lecture à laquelle je crois, pour expliquer ce succès de communication. C’est la suivante.

Le gouvernement US a tout fait pour pousser le Japon à l’agression, il était au courant de l’attaque. Il ne l’a pas empêché, il a simplement mis à l’abri ses porte-avions. De plus, il a retardé l’ambassadeur japonais à Washington pour que la déclaration de guerre ne soit remise qu’après l’agression. Bref, c’était un piège dans lequel le gouvernement a sacrifié la vie de plusieurs milliers d’américains et une partie de la flotte du pacifique. Ce genre de sacrifice existe lorsque l’on est en guerre, et d’un certain point de vue, le gouvernement US était déjà en guerre. Les généraux japonais ont été assez stupides pour tomber dans le piège.

Cette lecture à laquelle je crois est loin de faire l’unanimité encore à l’heure actuelle. Il est certain que c’était impossible à avouer durant la guerre. Même ensuite, cet aveu de « manipulation » ne va pas de soi non plus. Il est certain que si l’on ne partage pas ce point de vue sur cette partie de l’Histoire, la suite est aussi difficile à croire.

 

Passons maintenant à l’événement « 11/09/01 ». Autant pour Pearl Harbour, ma croyance est bien ancrée, autant pour celui-ci, il s’agit plus d’une hypothèse crédible. L’explication serait alors la suivante.

Des forces gouvernementales US ont tenté de rejouer le scénario de Pearl Harbour pour déclencher une guerre et avoir l’opinion publique américaine avec elle. Mais la comparaison s’arrête là car la situation était très différente.

Tout d’abord, alors que Roosevelt était visiblement le promoteur de l’entrée en guerre, il semble que G W Bush (malgré ces défauts) n’étaient pas du tout prêt à cela (j’estime qu’il avait été informé de l’idée comme une hypothèse mais qu’il a été abasourdi lorsqu’il a appris le passage à l’acte). Ce n’était qu’un homme de paille.

Ensuite la seconde guerre mondiale était commencé depuis longtemps au moment de Pearl Harbour, le camp adverse était facile à désigner et le camp « allié » allait de soi (ou presque). Pour les USA il s’agissait de se ranger du coté anglais (+ Canada, Australie, NZ, Russe et chinois ainsi que des forces provenant des pays occupés). En fait ces forces là n’attendaient que cela : que les USA entrent enfin en guerre ! Début 2001, cette situation est loin d’être limpide. Tant le camp adverse que le camp allié est confus.

 

Là, je fais intervenir une vision idéologique provenant du « choc des civilisations ». Je postule que le raisonnement suivant a été mené par les « va-t-en guerre » américains. Je vais employer le « je/nous » à la place des ces gens là.

 

« Nous constatons que la puissance américaine est à un sommet et ne peut que décroître.

Le monde peut se lire comme un ensemble plus ou moins homogène de blocs civilisationnels. Les USA sont le leader du bloc civilisationnel occidental. Parmi les autres blocs, c’est le bloc civilisationnel islamique qui est le plus « problématique ». En effet, des conflits ont déjà eu lieu avec des entités de ce bloc. Sa croissance démographique est inquiétante. Du point de vue historique, ce bloc a prouvé son caractère belliqueux et expansionniste. Sa puissance est réelle et croissante. Mais du fait de son manque de « leader » et d’homogénéité, ce bloc est fragmenté et pour l’instant il reste peu efficace.

Alors, plutôt que d’attendre que ces « ennemis » se coalisent et se renforcent, il faut frapper les premiers pendant que nous sommes encore les plus forts. Pour ce faire, il faut renforcer notre bloc. Alors, on gagne sur plusieurs tableaux. Tout d’abord, par un discrédit moral, on empêche la « prise » du bloc adverse et sa montée en puissance. Ensuite, la victoire militaire ne faisant pas de doute, on occupe le terrain et les ressources (le pétrole qui constitue un fichu atout dans les mains de ces gens là). Bref on en repart pour 50 ans de domination mondiale (du « bon » camp).

 

Il reste des points complémentaires.

Tout d’abord, on accorde des gratifications à nos alliés.

Pour que ces alliés nous suivent, il faut que nous soyons agressés.

Il y a le cas des monarchies pétrolières. Il faut se débrouiller pour créer une faille dans le camp islamiste. Faire en sorte que ces monarchies voient les autres comme leurs ennemis. De façon annexe, quand ils verront ce que l’on fait à ces autres, ils pourront aussi comprendre que s’ils ne se tiennent pas à carreau, cela pourra leur arriver aussi.

En ce qui concerne les ennemis, Al Qaeda est tout désigné. C’est un truc assez puissant, international et flou pour cela. On y rattache l’Irak, l’Iran (et l’Afghanistan) et la Lybie. Pour reprendre l’image de l’Axe, on y rajoute la Corée du Nord.  L’Irak fait suer depuis longtemps. On perd son temps et son argent à maintenir un embargo inefficace : il faut finir le travail de 1991. D’ailleurs tout le monde s’y attendait alors.

 

Il reste à organiser l’agression. Il faut qu’elle soit assez grave. Nos ennemis ne sont pas assez forts pour le faire tout seul, on va les y aider.

Il parait peu crédible que la cible soit militaire. Notre puissance militaire est trop forte, personne n’y croirait, de plus, cela ne susciterait pas assez de sympathie. On en va pas donner une arme nucléaire à ces types, ni faire croire qu’ils en ont les moyens car ce serait la panique. De toute façon, Al Qaeda, ce sont des terroristes. Une cible civile sera d’autant plus chargée en émotion.

Le World Trade Center a déjà fait l’objet d’un attentat. Les détournements d’avion sont admis communément. Des avions chargés de kérozène font des bombes de bon aloi. Nous avons déjà étudiés de tels scénarios d’attaque. On ajoute le Pentagone et la maison blanche.

Il reste alors à affiner. Il s’agit de régler les détails de la démolition. Comme on connaît l’événement, on peut gagner de l’argent en prenant les bonnes positions. Pour éviter une trop grosse tragédie, on se débrouille pour organiser des essais d’évacuations avant et on frappe tôt dans la journée. Enfin, pour souder le moral, le dernier avion ne réussit pas et c’est le sacrifice de ses passagers qui empêche cela. »

 

 

Est-ce que j’y crois ?

 

Je dirais que ce scenario ne semble pas du tout farfelu.

Au point de vue « possibilité morale », je n’ai aucun doute sur le faite que le groupe de puissants qui contrôle les USA aient pu monter cela (puisque c’est pour le « bien »).

De même, le problème « technique » de ce qu’il y a à faire  n’est pas un obstacle majeur : somme toute, tout cela a été assez économe de moyen.

Il reste la question d’organisation. Elle se décompose en deux.

Le premier est la planification de tout l’événement. C’est complexe mais les USA sont reconnus comme des experts en planification. Je dirais « chapeau bas ! ». Donc j’estime que la planification a pu être réalisée.

C’est le second aspect de l’organisation qui est le point d’achoppement : Il a fallu impliquer beaucoup de personnes. Et cela pose des problèmes pour garder un secret. L’une des pistes pour réussir est de faire travailler des ennemis « authentiques », c'est-à-dire des gens qui croient qu’ils travaillent pour leur camp et donc qui garde le secret.

 

Au final, j’avoue mon agnosticisme sur ce sujet.

Partager cet article
Repost0
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 14:19

IS : « de cette ouverture est né un cœur ». Je fais l’hypothèse que cette IS ne sert pas en 530. Il y a 3 raisons à cela :

-          Si l’on n’a pas Bourges, cette IS ne sert à rien. De plus, elle ne consolide pas vraiment Bourges.

-          Trouver Bourges est largement plus facile que trouver l’IS (à supposer qu’elle renvoie à J Cœur). On est plus « sur » de Bourges via la charade que via l’IS.

-          C’est l’autre IS (reste simple en 530, car ce n’est qu’un lieu pour démarrer le jeu) qui sert pour « en rester » à Bourges en 530. (plus l’IS qu’il n’y a qu’une ouverture).

Enfin, il y a le mot « cœur ». Ce mot, on le retrouve en 470. Il me semble donc plus « pertinent » que l’IS sert en 470. A cela s’ajoutent un grand nombre de madits qui se ramènent au « coup de pouce » suivant : « le cœur dans l’IS et 470 ont des significations (légèrement) différentes mais une « symbolique » identique.

Creusons tout cela.

 

Hypothèse « jacques cœur ». L’IS se réfèrerait à Jacques Cœur (un cœur : famille, blason) qui est né à Bourges. Que serait alors le symbole à reprendre pour le « cœur visé par la flèche » ?

L’idée de « centre » pour « « centre de la France » n’est pas vraiment un symbole à rattacher à J Cœur. En fait, J Cœur est largement moins clair en cela que Bourges ou que « cœur » tout court.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Coeur

Le « nom de famille » semble « hors course ».

L’idée du blason. Que donnerait elle en 470 ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Orreaga

Pas de trace du blason de Roland.

http://shop.upsylon.com/cgi-bin/librediff/01493.html

3 fleurs de lys et un demi aigle.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Blason

Les blasons seraient apparus au XIIème siècle.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fleur_de_lys

Chronologiquement, cela ne colle pas.

Jacques cœur est un conseiller du roi (un proche du roi comme Roland). La flèche serait une conjuration ? C’est un peu tôt pour placer Hernani ! Dans le cadre de 778 ; on a Marsile, les maures, Ganelon, les sarrasins. Pas vraiment de lumière.  

Jacques cœur est un argentier. La flèche viserait les finances ? Cela rejoint l’idée de cœur = franchise = franc. Une crise monétaire. Que sait-on de la monnaie de charlemagne ?

http://duterque.com/spip/spip.php?article42

Je ne vois pas le rapport avec la lumière vue « par l’ouverture ».

En fait, avec Jacques Cœur, on ne voit pas le symbole commun avec celui visé par la flèche !

 

Hypothèse « roi de cœur ».

A Bourges, c’est Charles VII. Il n’est pas né à Bourges, mais a été dénommé « roi de Bourges ». donc cela convient. Quel est le symbole commun avec la flèche visée par le cœur ?

On retrouve l’idée du « centre » : même commentaire que pour J Cœur.

Celle du sommet ne cadre pas en 470.

Si l’on s’en tient au roi de cœur, alors le passage au symbole de l’amour n’est pas très légitime. La couleur des cartes n’est pas liée à cela.

Le fait le plus patent est que Charlemagne est aussi un roi de cœur. Mais cela n’éclaire pas ce que serait cette flèche (un carreau ?)

Charles VII : Jeanne d’Arc, Pragmatique sanction de Bourges (lien avec les missi dominici de Charlemagne ?), gallicanisme, Agnès Sorel.

Avec le roi de cœur, il n’y a donc pas vraiment non plus de symboles communs.

 

Hypothèse « Jeanne d’arc ».

Jeanne d’arc a fini par être canonisée (une sainte = une ange = un cœur). Elle n’est pas passée à Bourges, mais elle aussi est liée au roi de Bourges ». Donc elle aussi peut être le cœur « né de l’ouverture ».

Avec elle, on a plus de possibilités :

- Le vocabulaire des « anges » (Séraphin).

- Les « bienheureux » (Saint Sébastien). Cela semble exclu d’après les madits (pas de religion et la flèche ne fait pas mal).

Est-il possible que la flèche qui vise en 470 soit à associer au nom « arc » (à part un clin d’œil) ?

Cette hypothèse est celle qui offre une véritable alternative.

 

Hypothèse Lahire

C’est le cavalier de coeur, compagnon de J d’arc.

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tienne_de_Vignolles

Le surnom viendrait de la colère.

Cela peut aussi être une affaire de bravoure, de courage. La flèche vise la bravoure. Alors faut il être brave ou être lâche ?

A noter le blason de lahire (des raisins : du carignan ?).

En tant que tel, cela ne donne pas grand-chose. Il serait intéressant de pourvoir exploiter son homonyme :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_de_La_Hire

(vitesse de la lumière estimée).

Alors le symbole du cœur visé par la flèche ? Si l’on prend l’idée de flèche = rapide = vitesse de la lumière, est-ce que cela marche ?

C’est peu cohérent. Le point commun serait le nom (homonymie) et non le symbole.

Bof.

 

- Vaillance : Jacques cœur «cœur vaillant rien d‘impossible ». Rodrigue, as-tu du cœur (le cid, Corneille).

- Franchise (franc).

- Courage.

- Ame, conscience.

- Abat (viande)

- Aiguillage ferroviaire.

- Fromage très crémeux

- « Par cœur » (= de mémoire). Bof

 

Vaillance : bof

Franchise : qu’est ce qui serait né de l’ouverture ?

Franc : Idem

Ame : Cela colle pour la naissance de l’ouverture.

Abat : bof

Aiguillage : bof

Fromage très crémeux : le caprice des dieux n’a pas de rapport avec l’ouverture. A bourges, c’est le Valençay qui vient à l’esprit. RAS

Par cœur. Bof.

 

En 530, on a Bourges donc le cher. Pourtant on a aussi l’œil. Comment ce qui est « à l’œil » peut être cher ? Si c’est de l’amour.

Voilà comment le symbole de l’amour nait de l’ouverture.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 14:18

Le mot « cœur » a un « e dans l’o » soit un nœud dans l’eau (qui est donc d’autant plus difficile à dénouer). Le mot « nœud » a aussi un « e dans l’o ».

Ce « e dans l’o » est une liaison (une ligature) serait il nu ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C5%92

 

Revenons à la phrase « ce n’est le bon chemin que si la flèche vise le cœur ».

2 et 3 de 530 (« ou » de Bourges) cherchent justement leur chemin. 2 et 3 de 470 c’est «  R » (espace et air). L’air ‘R’ c’est justement le  4 de 530 qui s’inspire. Si l’on triture cela, on a :

Boeurges, Boeuges, berges… Seul « berges » donne quelque chose en remplaçant « ou » par « e ».

On remplace « ou » qui cherchent leur chemin par le « bon chemin », celui qui vise le cœur « e ». Le « e » c’est le cœur de « cœur ».

Mouais. Ce seraient les berges de quoi ? De l’Aube ?

De cette ouverture est né un cœur ferait alors référence au « centre ».

Roncevaux -> Bourges- Lumière = aube.

Cela enrichit la solution sans la « prouver ».

 

Qu’est-ce qui est nu quand il a une ligature ?

Œuf (un oeuf (neuf) des œufs (eux)) a une ligature, comment peut on dire qu’il est « nu » ? Le neuvième c’est le « A » de l’étonnement. Je ne tire pas de lien.

Veuf ne marche pas (sauf phonétiquement)

Œdipe ?

Fœtus versus fétus ?

Œil => au pluriel «  yeux » n’a plus de ligature

Vœu (une double liaison)

Bœuf (pas marié sinon, c’est un taureau).

 

Donc cœur, noeud => ligature <=> liaison donc Œil (= œil de 530). Et alors ?

Remarque : on peut « voir un œil » dans le visuel de 470.

Comment exploiter l’idée de l’œil avec « A RONCEVAUX » ? (« par l’œil …. »)

C’est très alambiqué si c’est pour nous dire qu’il faut viser d’un œil (sans parallaxe).

A l’œil = gratuit ?

Œil = bourgeon (bourges : -s + on)

Une « vision » (celle de Roland, celle de Jeanne d’arc) ?

Œil nu = sans lunette. Sans jumelles. Sans téléscope…

On peut retrouver l’œil dans 470.

1 larme à l’œil

2 A vue d’œil

3

4 Larme

5

6 A l’oeil

7 la ligature

8 Œil de chat (la pierre)

9 ouvrir de grands yeux

10 un œil des yeux

11 œil d’aigle

L’œil est suggéré par « vise » et « verras ».

Tout cela c’est très beau mais il ne s’en dégage pas une solution.    

Que faire de l’œil typographique avec à roncevaux ? La minuscule caroline.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Minuscule_caroline

Séparation des mots au moyen d’une espace. On remarquera le genre de l’espace ici.

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 14:43

A propos des panneaux photovoltaïques installés sur les toits, et d’après les journaux, il a été procéder à un baisse du bonus associé. Depuis le 1er Janvier 2009, les nouveaux contrats mentionnent un prix d’achat (par EDF) légèrement moins élevé qu’auparavant (54 centimes au lieu de 56 je crois). Cela reste 7 à 8 fois plus cher que le prix de l’électricité vendu (toujours par EDF).

 

Cela a été l’occasion de lier des article faisant mention de « spéculation ». J’en suis resté abasourdi.

 

Dans la lignée des folies du « grenelle de l’environnement », l’Etat français a mis en place ce dispositif irrationnel (avec en sus des crédits d’impôt). C’est soi-disant justifié pour promouvoir l’industrie photovoltaïque. A titre personnel, j’ai envisager d’en installer sur le toit de ma maison : en première approche, le temps de retour aurait été de 8 à 10 ans. Pour des raisons personnels, je ne suis pas allé plus loin dans le projet. Aurais-je été un spéculateur ?

 

Le choix des mots n’ai jamais neutre. En mettant en place ce dispositif, si l’on est cohérent, c’est que l’on souhaite que des gens le mettent en pratique. Ils le font pour gagner de l’argent. Rien de plus logique dans tout cela. En pratique, le contrat d’achat d’électricité et fixé pour 20 ans. Le calcul de rentabilité présente peu d’inconnu (le prix de l’installation et surtout la durée de vie du matériel et sans perte d’efficacité au fil du temps). Parler de spéculation ensuite est donc inapproprié.  Pire, c’est complètement absurde.

 

Encore une fois, les journalistes concernés se sont trompés de « cible ». Ce n’est pas les investisseurs bénéficiaires de ce dispositif qui sont en cause mais bien les technocrates inconnus qui ont imaginé ce tiroir caisse.

 

 

Par ailleurs, j’ai entendu dire que certains vendeurs d’électricité allaient plus loin dans l’exploitation du machin : ils revendait 56 centimes de l’électricité acheté 8.

Je suis trop crétin pour y avoir pensé !

Là encore, cette fraude est en germe dans le mécanisme proposé.

Partager cet article
Repost0
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 14:17

En 470, reprenons l’énigme 530 avec sa résolution

 

Les items de la charade

1 Bébé

2 3 : où  - cherchent leur chemin (le bon chemin)

4 : air (3 t’offre de l’air)

5 : rage, a (1 gaité se traine, et 9 : étonnement se multiplie).

6 : e (7 un noeud)

7 : serpent

 

Sage : image

Vérité

Devin : entrailles

 

France

Centre

Œil

Coq

Ame

 

« Air » est le seul élément commun

3 t’offre ce qui s’inspire : un poète, une poésie. Allusion aux pneus ?

 

Le « e », un noeud, aux limites de l’éternité fait penser au signe infini ou au ruban de Moebius

 

3 fois des « émotions » interviennent (A, A et R).

 

L’accent du « où » peut difficilement passer pour une flèche (sinon, c’est la lettre u qui serait visée).

On peut aussi remarquer que u (3 de 530) et 10 de 470 (toujours nu quand il a une liaison). Dans la plupart des langues (dont l’espagnol), u se prononce « ou ».

A part l’accent, « ou » se trouve dans cœur en encadrant le « e ».

 

Les 2 lettres accentués sont 470-1 (à) et 530-3 (ù).

 

470-1 a => 530-5

470-2 espace, est il à rapprocher de 530-6 éternité ?

470-3 air -> 530-4

470-4 eau est il à rapprocher de l’œil (les larmes) ?

470-5 : (ronfle) est il à  rapprocher du bébé ? (530 -1)

470-6 C qui vaut cent en romain est il à rapprocher de l’alpha romain (530-4 ou 530-5)?

470-7 e nœud => 530-6

470-8 : laurier ?

470-9 a => 530-5

470-10 u => 530-3

470-11 : l’inconnue est elle à rapprocher de la vérité ?

 

On peut considérer qu’un placage des items de la charade de 470 sur  les éléments de 530 est possible. On peut alors supposer que « A RONCEVAUX » ne serait qu’un intermédiaire. Mais alors que ce cette lumière à voir ?

 

470 Chemin : ou (530-2 et 3)

470 flèche : le bec ?

470 cœur : le centre ?

470 la lumière : l’ame ? l’œil ? la vérité ?

Le titre pourrait faire un truc du genre : « Ce n’est le bon « où » que si le bec vise Bourges ». On obtient par exemple un triangle droit à Bourges et donc un cercle passant par Roncevaux et Bourges (le centre est sur la médiatrice).

 

Méthode :

On vient d’esquisser le tableau de lien : Item de 530 <-> Item de 470.

Il faut arriver à la « solution de 470 » qui est en gros la compréhension de la lumière.

Possibilités d’actions

1 Réordonner les items de 530 selon l’ordre 470 (GERB_E_GU_) RAS

2 Réordonner les items de 470 selon l’ordre de 530 (N_UCAE_) RAS

3 Introduire le visuel de 470 dans le tableau de lien ??

4 construire un enchainement grâce au tableau de lien. Ceci fournirait un nouveau mot. Ce « chemin » doit être telle que la flèche vise le cœur. Aller vers le « e dans l’o » ?

 

3 Le visuel c’est essentiellement une épée plantée dans un rocher.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Noms_d'%C3%A9p%C3%A9es

La garde (du bébé)

Le pommeau

La poignée

L’âme (solution bis de 530)

Le fil

Le tranchant

Estoc

Taille

Roc

Rocher

Fusée

Fourreau

Soie

Plat

 

4

530-1 (B) <- 470-5 (N)

530-3 (U) <-> 470-10 (U)

530-4 (R) <-> 470-3 (R)

530-5 (G) -> 470-6 (C)

530-5 (G) <- 470-1 (A)

530-5 (G) <- 470-9 (A)

530-6 (E) <-> 470-7 (E)

530-6 (E) <-> 470-2 (_)

Soit

N-> B (+14)

U

R

A->G->C (+6, + 21)

E

E ó _

 

AGC vise le C de cœur. En musique, cela fait la sol do

 

Partager cet article
Repost0
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 14:42

Je m’intéresse ici aux prélèvements obligatoires en France. Les statistiques macroscopiques indiquent qu’ils se situent entre 50 et 60 %. Mais c’est assez confus. Je vais donc faire le calcul sur mon cas particulier pour l’année 2007 (pour notre foyer, l’année 2008 est atypique et engendre d’autres complications). Nous sommes un foyer fiscal de 4 personnes. Je néglige nos revenus financiers (qui sont modestes).

 

Sur 100 de « gagné à la sueur de notre front et arrachés à nos vils exploiteurs capitalistes».

 

Il y a 49,9 qui sont mis au pot de la solidarité pour des prestations diverses (une part importante concerne la retraite dont des retraites complémentaires, il y a aussi les mutuelles d’assurance maladie, la CSG).

Sur cela nous en avons gagné 3,6 l’année en question du fait de prestations diverses (CEF, CAF,…). Remarque : l’année suivante, du fait d’une maladie importante, le retour a été bien plus important.

Si l’on est à l’équilibre, on est sensé obtenir un retour (services d’assurances immédiat ou prestation dans le futur) de 46,3.

 

Il reste 50,1 (+3,6 de prestations)

Auxquelles il faut enlever l’impôt (IRPP + TVA + TIPP + impôts locaux) de 12,9. Il a servi à « payer les entités collectives » : école, armée, police, justice, routes et équipements, recherche, administrations, culture et sports, politiques étrangères,…) (avec l’aide des autres impôts dont celui sur les sociétés).

Notre famille bénéficie (ou à bénéficié ou bénéficiera certainement) des services de certaines de ces entités : école, routes, équipements, culture,… Pour certains c’est plus douteux : armée, politique étrangère,…  

 

Au final, on dispose vraiment de 40,8.

 

Au « pifomètre », il semble que nous bénéficions encore d’environ 40 du fait de prestations diverses. Il reste alors 20 de « perdus dans la nature ».

 

Commentaire.

Le prélèvement obligatoire constaté est donc d’environ 60%. Cela me semble être une limite haute. Il serait raisonnable de le ramener à 50%.

Toutefois, le plus scandaleux est l’opacité du système. Il est impossible de juger si la dépense est efficace, si elle est affectée à bon escient, si personne ne sert au passage.

On constate aussi la parte relativement modique de l’impôt par rapport aux prélèvements sociaux. Les seconds sont des « services obligatoires » qui nous sont fournis.

Partager cet article
Repost0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 14:14
En 470, reprenons l’énigme 530 Le visuel indique que le bec pointe sur Roncevaux. Il apporte l’idée de « commissure ». (joint entre 2 pierres superposées). L’angle y est approximativement droit. On peut donc avoir l’idée d’un cercle de diamètre Roncevaux X. Les items de la charade 1 (moyen age ?) Mo/ moyen 2 3 : Roland et Olivier (mais ils sont à l’arrière garde) ? 4 : l’auteur de la chanson de Roland 5 : Olivier ? 6 : l’empire ? l’archange Gabriel ? 7 : Ganelon ? Sage : certainement pas Roland ! Vérité Devin
Partager cet article
Repost0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 14:40

Il y a quelque chose d’indécent lorsque l’on voit les ressources mis autour « de la question du climat » par rapport aux vrais problèmes mondiaux en général et aux problèmes géologiques en particulier.

 

D’un coté, il y a un réchauffement climatique futur incertain, dont la cause anthropique est en question et dont la « balance des effets » (positifs moins négatifs) est à inconnue. Tout cela mobilise énormément de ressources dès à présent. On est prêt à y sacrifier des sommes plus que colossales.

 

De l’autre coté, je vais commencer par énumérer quelques catastrophes récentes et médiatisées :

Décembre 2004 : tsunami d’Indonésie. Environ 200 000 morts

Octobre 2005 : tremblement de terre au Pakistan. Environ 80 000 morts.

Mai 2008 : tremblement de terre en chine. Environ 80 000 morts

Janvier 2009 : tremblement de terre en Haïti. Environ 200 000 morts.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tremblement_de_terre

Ce sont là des faits avérés et non des chimères sorties d’un calculateur. Les conséquences de toutes catastrophes sont tangibles. Au-delà des morts, il y a  les blessés, les dégâts et les autres pertes liées au phénomène. Il n’y a aucun apport positif qui vienne en balance.

Il est aussi certain que ce type de catastrophes continuera. C’est de la certitude scientifique celle-là. Avec un calcul grossier, on obtient une estimation de 10 millions de morts pour le XXIème siècle.

Les moyens pour réduire les conséquences de ces phénomènes (alerte au tsunamis, construction parasismiques, dispositifs de secours) existent déjà et sans doute qu’en investissant dans la recherche, on pourrait les améliorer (par exemple provoquer le tremblement de terre afin de relâcher les contraintes).

 

Et alors qu’est-ce qu’on attend ?

Où est la mobilisation mondiale pour traiter ce problème ?

Où sont les centaines de milliards de dollars pour effectuer les investissements nécessaires ?

Faudra-t-il attendre que la catastrophe touche San Francisco, Nice ou Naples ?

 

Oui, je maintiens, INDECENT :

 

Je n’ai absolument aucune crainte d’une éventuelle accusation de mes petits enfants à cause du réchauffement climatique. Je n’ai pas cette confiance sur les autres problèmes de la planète dont celui de ces catastrophes géologiques : « pourquoi n’avez-vous pas été assez intelligent pour mettre en place les mesures de protection ? Pourquoi avez-vous été assez crétin pour perdre votre temps à régler un problème qui n’existait pas ?». Je ne serais pas fier.

Partager cet article
Repost0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 14:13
Roland faisait partie de l’arrière garde. Le bon chemin renvoie à 530 « 2et3 » qui cherchent leur chemin. Ce serait donc les éclaireurs de l’armée. Ce serait une bonne lumière. Mais comment étayer cela ? Et surtout, qu’en tire-t-on ? http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89claireur On pense aux éclaireurs indiens pour les flèches. Mais cela nous emmène un peu loin. Eclaireur de France. Une affaire de scout ? http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89claireuses_%C3%A9claireurs_de_France Leur savoir pour se débrouiller en rase campagne est sans doute utile. Mais qu’en faire dans la chasse ? La flèche qui vise le cœur ? Un logo ? Bof.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives