Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 15:16

http://fr.wikipedia.org/wiki/Carignan_(Ardennes)

 

Yvois, Jean l’aveugle  : l’œil de 530 ?

Epo = cheval (rosse de 780 ?)

 

http://chay08.free.fr/

http://chay08.free.fr/publications/numero1.pdf

Un cœur dans l’armoirie : mais en 1824.

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 15:15

500 - La mesure pourrait-elle être de 0,436 dans cette énigme?... (1823) - ® - 2ffr50 - 06-10-2006 21:37:30

 

... puisque si l'on assimile le signe arithmétique de la soustraction au trait d'union alors celui-ci s'exprime en code morse par « _ . . . . _ ».

Soit avec la transcription usuelle par les chiffres; 2 4 4 4 4 2.

Nous pourrions donc avoir;

« (...) 560 606 mesures c'est loin.

Mais par le Méga, c'est un million de fois 244 442. »

Soit, en posant 'X' pour la mesure, nous aurions;

560 606 x X = 244 442

Soit; X = 244 442 / 560 606

D'où; X = 0,436

(remarque; ce nombre n'est pas juste et est ici tronqué)

 

Il est à noter qu'en quelque sorte la distance à reporter pour cette énigme serait donc donnée par la présence du mot 'moins', soit 244 442.

Il est aussi à noter qu'il y aurait le problème de l'unité.

 

Commentaire.

Un million de fois mois, ce serait 244 442 000 000. Cela ne va pas. On peut remplacer le million par M soit 22.

Il apparaît plusieurs possibilités de calcul

x = 22 244 442/ 560606 = 39,67

x = 22 * 244 442 / 560606 = 9,59

Le « fois » c’est aussi X = 2442

Donc x = 22 2442 244442 / 560606 = 396788

 

On peut aussi s’intéresser à l’autre branche du calcul. On ne va pas coder 560606 mais le mot « mesures ». 22 4 444 442 424 4 444 (avec des «-«, cela fait -1740). Les possibilités d’équation sont : 560606 *1740* i « -«  = 1000 000  * 2442 « -«.

Ou 560606 * 2244444424244444 * i = 22 2442 244442

Où i serait un coefficient lié à la mesure.

 

Bref l’idée est bonne mais ne mène nulle part.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 15:14

Mais par le MEGA c’est un million de fois moins.

 

L’idée courante est que Méga renvoie au bonhomme Michelin (avec l’IS gonfle et ses avis tiennent la route) et que cela donne l’échelle de la carte soit 1/1000 000. Dans ce cas, il n’y a pas de lien entre MEGA et morse.

C’est vrai qu’il y a de la place dans le livre, mais perdre une ligne pour des telles choses me sidèrent. Max se fout de nous ici (au sens propre) !

 

A supposer que l’on ait un truc à une centaine de km à partir de Carignan, et avec Bourges, il n’y a pas 36 cartes à prendre. L’échelle s’impose et la marque presque aussi. Cela aurait été nécessaire si la carte à prendre était la carte de Cassini.

 

Je remarque que l’idée du MEGA = morse appliqué à 560606*4 donne une unité de mesure. C’est une toute autre interprétation.

 

Je ne nie pas la marque de la carte. Mais on peut explorer 2 alternatives : l’échelle n’est pas au 1/1000000 et dès 500 on a la zone.

 

Echelle autre que 1/1000000

Avec une carte Michelin, c’est alors une carte au 1/200 000. C’est celle de la région de 242 (Carignan). C’est un sacré contre-pied des hypothèses courantes ! Au lieu de se dérouler en France, cela se passe localement. Mais, La quasi totalité des localisations ne tiennent pas sur cette carte : comment faire la liaison ?

Je ne vois pas.

 

On aurait la zone dès 500.

On serait donc sur la carte de France depuis 530 et là on passerait sur une carte très détaillée genre 1/25000. Il faudrait donc que la « lecture de 500 » indique cela.

Pour lever le problème précédent, il faut aussi supposer que la carte de France reste utilisable ensuite.

On a affaire à environ 0,6 mesures. Si la mesure est inférieure à 1 mètre, cela tient sur une carte (en fait peut importe l’échelle). Cela implique que la carte est celle de 2424 (Carignan).

Il n’y a pas de carte Michelin aussi détaillée, Méga ne fait pas référence à cela.

Je ne parviens pas à voir ce qui justifierait cela (Méga, SAQC, mesures, 560606, morse, ut queant laxis,…)

 

Bref, les alternatives ne fonctionnent pas. Alors pourquoi Max nous prend-il pour des demeurés en précisant des évidences ?

 

Méga = M, l’inverse c’est micro. En 780 M c’était l’ouest.

Méga - Morse : M…e   et l’écart c’est « ég ors ». Roger !)

 

Si l’on examine l’IS qui donne « Gonfle et ses avis tiennent la route » (= Michelin), on voit qu’elle utilise 2 « procédés » : quantité * lettres, lecture de bas en haut et de droite à gauche et verlan. Puisque (si) cette IS s’applique ici, on peut tenter d’appliquer ces procédés.

Verlan : gamé, ralspi, trecen, trequa, gnanrica.

L’écriture de gauche à droite c’est 580 (et 600). Rien de tel ici

Quantité * lettres pourrait s’appliquer à  2424… 560606 et quatre centres. Par exemple si 4 = E alors on a 2 E 2 E …. Soit E E E E…. Bref eeeeeeeeeeu ;)

 

 

Bilan. Pour sauver mon amour propre, on va supposer que tout cela sert dans les reliquats.

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 15:13

Emprunter à 2424 ….

On peut le comprendre comme « enlever ». Alors comment enlever une orthogonale à cette série de chiffres ?

2424-42-424-44-224-24-42-24 = 1600 = 40*40. Dans un carré il y a 4 angles droits. On pourrait avoir là les quatre centres de la spirale.

 

Le chiffre 4 possède une orthogonale (même écrit à la main). Si on l’enlève, on a 22-2-2--22-2-2-2.

Faute de mieux, on va tenter le morse avec 2=.

FYUNE

URGART

URGECT

URGENTA

URGENTNT

URMURT

URMUENT

URMINTA

URMITENT

URMERTA

URTX…

INYU…

INNG…

INTAXENT

INTAD..

INTANRTA

INTANART

INTANE…

INTAT…

INTE…

IT..

E..

 

 

La lettre T est aussi une orthogonal. Elle ce code par un trait (soit 2). Enlevons 2, On a : 44-4-44-44-4-4-4-4. L’utilisation du morse est peu logique (le 4 étant sensé être un trait).

 

 

Rien de convainquant.

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 10:55

Un article du monde : http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/10/19/pas-de-vague-de-suicides-a-france-telecom-selon-un-statisticien_1256048_3224.html

 

Il rapporte des « commentaires » de René Padieu, inspecteur général honoraire de l'Insee.

C’est un article assez court, et la « pensée » de R Padieu a sans doute été maltraitée.

 

Toutefois l’essentiel est dit. Statistiquement, il n’y a pas de vague de suicide actuellement à France Telecom.

Il faudrait vérifier le calcul et le fait qu’il n’y ait pas de bais de l’échantillon.

 

Une partie des très nombreux commentaires rappelle cela.

 

Mais la très grande partie des commentaires de l’article nie carrément ce qui est un fait.

 

Cela démonte la profonde inculture statistique des commentateurs (et indirectement de la population).

Pour une fois qu’un journaliste aborde le sujet et cherche à distillé un peut de cette science, il se fait retoqué. Peut être que l’agitation sera bonne et que cela encouragera à persévérer.

 

En fait, s’il y a bien une chose qui devrait choquer le public c’est l’extraordinaire taux de suicide en France.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 11:27

On voit souvent des marques ou des sociétés qui affichent leur date de « naissance ». Généralement, celle-ci est éloignée dans le passé. Cela suggère une « robustesse », une « tradition », bref que la société (et son produit) est bon.

 

A y réfléchir, c’est évidemment une manipulation publicitaire de plus. Généralement, la date de naissance est discutable. Au fil des années, des décennies voire des siècles, n’importe quel organisation subit de changements profonds. Voir une continuité dans cette organisation n’est pas toujours évident. L’organisation en question a  pu changer de nom, de lieu, de produit. Elle a nécessairement changé d’effectif, de dirigeants et de propriétaires. Le contexte n’est plus le même, la taille n’est plus la même, les clients n’ont plus les mêmes goûts ou besoins.

 

En poussant un peu plus, cette « apologie » de la pérennité est suspecte. En fait, le monde oblige de s’adapter en permanence. S’il y a bien une chose qui est constante, c’est l’impermanence. Je constate que les organisations qui durent ont tendance à se scléroser, se figer. Elle ne renouvelle ni leur recrutement, ni leurs méthodes, ni leur démarche. Elles peuvent pourtant survivre si elles bénéficient d’une position privilégiée.

Il est malheureusement exacte que « quelque chose qui marchait il y a quelques années » ne marchent pas forcément bien aujourd’hui » : même si ce quelque chose est un processus. Le temps altère. Il altère non seulement les objets physiques mais aussi les organisations et les comportements. Je songe par exemple à des cas de «processus de sécurité » comme le cas particulier du fonctionnement d’une centrale nucléaire (par l’exploitant EDF). Si au démarrage, les conditions et l’ambition était là pour chercher (et atteindre) un niveau de sécurité optimum, il est douteux que sans remise en cause et impulsion forte, ce niveau se maintienne.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 15:12

Afin d’avoir une rime dans le poème, la coupure peut changer. La ponctuation des énigmes étant assez fantaisiste, on peut la négliger. Cela donne :

 

A Carignan Emprunte l’orthogonale.

Pour trouver la spirale

A quatre centres, 560606 mesures c’est loin

Mais par le MEGA c’est un million de fois moins.

 

Les pieds des vers sont irréguliers 10-6-(12+x)-12.

L’apport principal de cette vision est de découper SAQC. Il y aurait d’un coté une Spirale. Celle-ci n’aurait plus un besoin d’être à quatre centres.

Surtout il y a la phrase « à quatre centres, 560606 mesure c’est loin ». Que pourrait vouloir dire cela ? Il ne serait plus question de spirale ici.

 

On peut penser que Bourges est un centre. A ce stade, on a aussi trouvé Roncevaux, la lumière de 470, les 10 villes, éventuellement NNP et Carignan voire la spirale. Les 4 centres qui feraient l’affaire sont à prendre parmi : Bourges + Roncevaux + lumière de 470 + NNP+ Carignan. Supposons que ce soient les 4 centres, qu’en faire ?

 

Avec 580, 560606 ne donnent que 3 villes soit un triangle. Comment obtenir le 4ème centre ? (J’ai bien l’idée pompée par Weber de la pyramide qui fournit 4 faces donc 4 centres mais bof). Le chiffre 4 (écrit en lettres) pourrait fournir la 4 ème ville (4 aurait alors un double usage). Là encore, qu’obtiendrait-on ?

 

Si l’on se focalise sur « à 4 … », cela fait penser à « en 4ème vitesse », « 4 à 4 » ou « à 4 mains », « entre 4 yeux », « à 4 temps ».

Avec « à … » on peut avoir l’idée de localisation. « 4 centres » serait alors un lieu. Cela pourrait aussi être une possession, une localisation temporelle, un moyen, quantité.

Si on focalise sur « 4 centres », qu’est-ce qui pourrait bien avoir 4 centres ? En général, un centre est unique.

 

En poussant je peux écrire « à quatre c entre s ». Stop

 

Quelles anagrammes pour « quatre centres » ? Equerre sac tnt (c’est explosif !). « A ne tracer qu’est ».

 

Au final, ce découpage ne se justifie pas.

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 15:11

530

Si dans 530, les limites de l’ETERNITE se rattachent à 600, alors si le lien se poursuit, 500 se rattache au septième de 530 : « dressé crache son venin ».

Je ne vois pas.

 

780

 

470

L’axe Roncevaux Bourges Luxembourg situe Carignan. Mais c’est très ténu (et surtout très lointain).

 

580 : Evidemment c’est la valeur des villes pour la mesure. Le codage des notes est un lien explicite (mais il ne s’applique pas ici).

Autre chose ?

Un Carignan ou Agen est il sur un axe particulier ? NON.

 

600.

Il faut une clé de passage.

La perspective et les « ténèbres qui resplendissent » font l’affaire.

La clef ? Que ce soit la clef du visuel ou celle qui se cache, le rapport à la clef de sol n’est pas légitime. Les 2 n’aident en rien la résolution de 600

S-F ? L’idée de fonction inverse d’elle-même ?

Le NNP ?

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 11:25

Parmi les comportements humains que je constate, il y en a un que je trouve navrant : c’est le comportement « grégaire ». Je vais préciser.

 

L’autre jour, un boucher m’expliquait qu’il n’avait plus de « cote de bœuf » parce que la demande était trop grande et les grossistes ne voulaient plus la préparer. Je ne comprends pas le détail technique de cela mais il est clair qu’en période estival et de barbecue, la cote de bœuf étant « à la mode », il s’en consomme beaucoup. Malgré tous les progrès des OGM, les bœufs ont toujours le même nombre de cote.

On trouve des pics de consommation saisonnière : la dinde ou les huitres à noël, l’agneau à Pâques... Lorsque l’animal est consommé dans son entier, c’est moins grave. Mais dans le cas du bœuf, les centaines de kilo de viande restante doivent bien être utilisés aussi (sinon,c’est source de pollution et de gaspillage).

De toute façon, ces pics de consommation sont sources de problèmes. Le producteur doit être prêt au bon moment : c’est pendant une courte période qu’il fait son chiffre d’affaire de l’année. La moindre anicroche (c’est le cas des huitres) et c’est la catastrophe.

 

En dehors de l’alimentation, les pics de « consommation » existent dans de nombreux secteurs. C’est le cas des départs ou retour de vacances ou de week-end.  Il est vrai que les périodes de location (du samedi au samedi) sont généralement la cause du problème. Mais malgré tout, le « pic d’aout » est surprenant. J’ai encore pu constater cette année cette pointe aoutienne.

Les pointes quotidiennes de trafic (automobile ou de transport en commun) sont aussi un mélange de contraintes (les horaires fixes) et de grégarisme (le refus de décaler).

 

Je suis toujours abasourdi par les files d’attente qui se crée à l’occasion de certains événements commerciaux (les soldes, les lancements de jeux vidéo ou de film,…).

 

Dans certains cas, la rareté de l’offre crée la tension et oblige à se « précipiter » (certaines place de sport ou de spectacle, les inscriptions dans certaines écoles,…). Ce n’est plus du grégarisme.

 

Pour résumer, on peut dire que le problème est que « tout le monde veut la même chose au même moment ». C’est largement déraisonnable. Par contre, par fierté («je le vaux bien »), personne n’accepte de différer son désir.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 15:09

La portée a une clé de sol (tracée très grossièrement). Cela peut définir une ligne de sol (sur le visuel, c’est ambigu, la clef de sol est décalée par rapport à l’habitude).

 

Le lien avec la clé du NNP ne donnant rien, on peut tenter d’exploiter l’idée de « ligne du sol ». C’est à dire l’indication d’une horizontale. Finalement, peu importe de laquelle il s’agit (elles sont presque parallèle).

Evidemment, cela va en contradiction avec la perspective soigneusement construite par Becker qui donne une ligne d’horizon bien nette. Il y a du chamboulement dans l’air. Il y a 2 hypothèses : soit c’est l’horizon qui a basculé soit c’est le « sol ».

 

Il est assez difficile de faire basculer l’horizon, mais on est dans une chasse au trésor… Cela aurait une influence sur la verticale donc le zénith de 420. Je ne parviens pas à imaginer un cadre qui pourrait expliquer un basculement des points cardinaux. Bof.

 

Le basculement du « sol » est un phénomène plus courant. Tout d’abord il y a la possibilité d’une pente, l’idée d’un avion (et son horizon artificiel) et l’idée de la gite d’un bateau.

L’angle de la pente pourrait éventuellement verrouiller la localisation de la SAQC : cela impose un lieu de petite dimension possédant un aspect plat relativement régulier. C’est un phénomène assez rare. On peut aussi avoir l’angle de pendage des couches géologiques (ce qui nécessite une carte géologique). Alors la spirale à quatre centre donne l’idée d’un fossile (genre  ). A noter que la pente peut être celle de l’ascenseur à péniche.

Avec un avion ou un bateau, on retrouve le NNP.

Un avion penché tourne généralement (donc un cercle). La SAQC pourrait signifier un quadrimoteur (B29 ?). Une base aérienne ? Un aéroport ? Bof

Un bateau qui gite peut être échoué (idée de base du NNP) ou bien être un bateau à voile. On a un angle de pendage mais pas la direction donc aucune information sur la direction du vent.

 

Autres idées sans suite

La portée ne représente pas des cordes de guitare (il y en a 6)

La portée ne représente pas des rails

 

Partager cet article
Repost0

PrÉSentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives