Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 14:52
http://moreas.blog.lemonde.fr/2009/04/15/chroniques-du-proces-azf-2/

Là, il est question du procès AZF en cours. Vous en avez entendu parlé vous ?
Etrange Silence.
Comme est étrange l'absence d'enquête journalistique digne de ce nom.

La lecture de ce compte-rendu de procès est assez ardue. Les choses ne sont sans doute pas limpides.

J'ai une croyance : un produit chimique (le nitrate d'ammonium en l'occurence) n'explose pas comme cela spontanément.
J'en tire une conclusion : cela n'est certainement pas la faute à pas de chance.

Il me semble qu'il sensuit les hypothèses suivantes :
- Cette explosion est due à une erreur humaine. Elle-même a été possible du fait de manquements graves aux principes de sécurité dans l'usine. 
- Cette explosion a été provoquée volontairement.

Etant donné que cela s'est produit le 21 septembre 2001, étant donné l'omerta sur l'affaire et d'après les informations qui indiquent qu'il ne s'agissait pas d'une "usine pourrie", je pencherais plutôt pour la seconde hypothèse.

L'autre question est de savoir s'il ressortira la vérité de ce procès.
Partager cet article
Repost0
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 14:13

Ci après, une copie de mon message de ce jour sur le site de la chouette d’or

 

(début)

J’ai trouvé la résolution de 780 le 17/03/09. J’ai attendu plusieurs semaines pour laisser reposer et vérifier cette solution « à froid ». Je craignais de me laisser emporter par une émotion trompeuse.

 

A titre de test, ma résolution répond aux questions suivantes (dans le désordre), et la votre ?

 

La clé donnée par 530 est le lieu pour démarrer le jeu. Oui mais à quoi cela sert ?

Pourquoi « premier pas » ?

Pourquoi « où tu voudras » ?

Pourquoi « où tu dois » ?

Pourquoi « par » ?

Pourquoi « 4 et 7 » ?

Pourquoi « la rosse » ?

Pourquoi « le cocher » ?

Pourquoi « la boussole » ?

Pourquoi « le pied » ?

Qu’apporte le visuel ?

Pourquoi ce poème ?

 

En bonus : quels sont les éléments de consolidation « rapides » dans les autres énigmes ?

 

En prenant le problème dans l’autre sens, Il faut aussi répondre à la question : pourquoi 780 fournit elle la mesure ? C’est la réponse a cette question qui m’a permis de déverrouiller le problème.

 

En ce qui concerne la « direction Sud », elle est une étape intermédiaire nécessaire et un sous-produit.

 

Il n’y a qu’une chose pour laquelle l’explication est « anecdotique » : le temps des verbes (vouloir au futur et devoir au présent).

 

En ce qui concerne ma résolution, à chaque fois, la réponse est courte. Elle est factuelle. Il ne s’agit pas d’aller chercher « trop loin ». Il y a une « histoire logique ». La solution est complète et équilibrée par rapports aux items de l’énigme. Beaucoup de ces éléments ont été communiqués publiquement ici ou là par des chercheurs mais il en manque. Surtout, l’assemblage, l’ordre et la formulation importent. 

Enfin, 780 pourrait fournir plusieurs valeurs de la mesure. J’en ai trouvé 5 (plus des variantes). Il importe d’expliquer pourquoi les autres possibilités ne sont pas cohérentes (du genre du rasoir d’Occam).

L’IS « pour faire bonne mesure, il n’y en a qu’une dans le livre » n’est pas qu’anecdotique.

Du point de vue « psychologique», l’illumination a eu lieu lorsque j’ai trouvé pourquoi 780 donne la mesure. A partir de là cela a été un travail de fond pour tirer les conséquences et sélectionner la seule solution possible. Il y a d’ailleurs une vacherie.

Pour assurer, j’ai fait relire la solution à mon fils.

 

Enfin, bien que je les méprise un peu, j’ai passé ma résolution au crible des madits. Il n’y en a qu’un qui me déroute un peu :

QUESTION No 27 DU 1998-12-04

TITRE: Avez vous dit que la mesure était plus facile a trouver que de savoir comment s'en servir ? Merci BLEUVERT

CA NE ME DIT STRICTEMENT RIEN. DU MOINS, PRESENTE AINSI. TOUT CE QUE JE J'AI DIT A CE SUJET SE RESUME A : "JE NE PEUX PAS DIRE S'IL Y A UNE OU PLUSIEURS VALEURS DE LA MESURE". AMITIES -- MAX

La série de madits sur la substitution « désireras / voudras » est aussi étrange. Je m’en tiens à ce à quoi Max revient (le sens des mots). Auquel cas ces madits ne posent pas de pb.  

 

 

 

 

Mis à part cela, j’apprécie pleinement la difficulté qu’a eu Max à répondre et le choix de ses mots. Je pense qu’il prenait plaisir à cela.

 

Il m’est arrivé d’exprimer des doutes sur la « qualité de la chasse ». Je les retire. D’après ce que je découvre, je ne qualifierais pas cette chasse « d’élégante », mais la richesse du « cadenas » est impressionnante ! Je comprends pourquoi Max s’estime « fier » de 780.

Je croyais que la résolution de 780 allait déverrouiller la suite. Et bien non, il m’en reste sans doute pour plusieurs années. Ceci dit, le fait de connaître la bonne mesure et de savoir pourquoi me semble indispensable pour la suite. Il est possible que vous utilisiez cette bonne mesure mais dans un état de doute et donc fragile mentalement. Qui plus est, il y a le mystère des reliquats…

(fin)

 

En ce qui concerne mon blog, j’ai un nombre significatif d’articles en réserve écrit avant cette découverte. Je vais tout de même les publier même si pour certains d’entre eux, ils me semblent complètement hors  courses. Je le fais parce que cela correspond au fil rouge de mon blog qui porte sur le concept de « vérité ».

Pour ma part, ayant résolu 780, je me concentre sur 470. A l’heure actuelle, ce que je sais de 470 me semble insatisfaisant.

Enfin, j’envisage sérieusement de fournir petit à petit ma solution de 780 pour qui saura patienter.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 10:54

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1116

 

-          On a tendance à croire ce que l’on souhaite

-          Nos convictions ont tendance à se maintenir ou se renforcer quand nous les partageons avec notre entourage

-          Nos croyances sont bien d’avantage affaire d’échanges sociaux que d’observation et de raisons.

 

 

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1110

-          L’humain tend à se satisfaire de sa propre pensée

-          Les émotions priment sur la raison

-          Le cerveau humain : une machine à fabriquer du sens.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 14:29

Je remarque Bourges.

En 780, ce croisement, cette échange m’a déjà donné l’idée d’une transaction financière, c'est-à-dire à une bourse (aux bourses des valeurs en général).

 

En 530, le 5ème en rage qui suit sans protester le 4ème et l’alpha romain peut difficilement être « S ».

 

Il s’agirait donc de passer de BOURGES à BOURSES. C'est-à-dire transformer G en S. Soit encore faire +12.

 

En 580 (et 600), on fait « -1 »

 

En rapprochant les 2, on peut avoir le « rot13 » (codage qui est son symétrique).

Le rot13 c’est S->F (la clé SF ….)

 

Est- il possible de tirer une « solution » de ces remarques ?

 

Première remarque : une technique de codage par décalage de lettre (+n) est totalement acceptable dans une chasse au trésor. Ce n’est pas un cryptage complexe.

En conséquence, si ces constats sont des « solutions », c’est que cela doit avoir un « sens » particulier

 

Deuxième remarque : dans les énigmes, il n’y a pas de « texte codé » à laquelle appliquer ces décalages.

Ils seraient donc à appliquer sur des résultats intermédiaires.

 

Il reste à trouver comment cela fonctionne : Comment se fait le line entre l’indication « faire +n » et le résultat intermédiaire auquel l’appliquer.

 

Si 780 dit finalement « faire +12 ».

Il peut difficilement s’appliquer en B, en 530 et même en 780.

Il serait fortement logique qu’il s’applique à 470 et plus précisément au résultat de la charade.

Il serait incongru qu’il s’applique plus loin

 

De même 580 dit « -1 »

Cela s’applique bien à 600

 

Alors, 600 dirait applique +13 à 500.

 

 

Examen du +12 pour 470.

A RONCEVAUX  => M DAZOQHMGJ

O PERCEVAL => A BQDOQHMX

Il est probable que toute les solutions « parlantes » de la charade ne donne rien non plus.

Le « +12 » ne peut pas non plus s’appliquer avant la recherche des lettres.

Il faut recommencer la recherche de la charade en transposant « +12 » à chaque lettre possible pour chaque item : voir plus loin. Malheureusement, cela ne donne rien.

Le + 12 pourrait s’appliquer après la charade lors de la recherche de la lumière. Il faudrait donc avoir une suite de lettre intermédiaire à laquelle faire « +12 ». Cette suite de lettre est donc inintelligible au premier abord. Rien de tel n’est apparu jusqu’ici. Il faut recherche une nouvelle vision de « par l’ouverture ». Ce ne peut pas être une recherche sur la carte, c’est probablement une exploitation du contenu 530  Je ne vois rien poindre.

 

=> Bref, là encore il faut renoncer.

 

 

Transposition de la charade

Mon Premier

A => M

B (les bébés se font dans la gaieté) => N

D (jouer aux dés) =>P

E (éhéhéhé) => Q

H (hahahah) => T

I => U

M ; aime => Y

O => A

U => G

Mon Second

“Espace”

C : vitesse de la lumière, espace temps. => O

E première lettre du mot espace => Q

H ; hauteur, hache (coupe les arbres) => T

L : largeur, longueur => X

M ; aime => Y

N : haine => Z

O (ensemble vide) => A

P : pet => B

Q (ensemble vide) => C

R : air => D

S : esse (un crochet permet de libérer de la place) => E

T : le té du dessinateur => F

Mon troisième

A (première lettre de “air”) => M

B (bouche bée) => N

L : aile (s’envoler) => X

N : azote.=> Z

O : oxygène => A

P : pet. => B

Q : cul => C

R : air => D

S : esse => E

Mon quatrième.

E : première lettre de “eau”. => Q

G : gé ??? => U

O: eau => A

T : thé. => F

Mon cinquième.

B : bébé => N

J ; il git => X

N : => Z

O : car le “ô” est ronflant. => A

P : en paix => B

R : première lettre de “ronfle” => D

Z : (couché sur le papier). => L

Mon sixième.

C : 100 => O

F : 100 centimes => F

H : hecto => T

Mon septième.

B : boucle => N

E : nœud => Q

H :  h fais une boucle => T

K : k fait une boucle ou “un cas est un noeud”. => W

M : aime; amour => Y

N : haine, problème => Z

Q : une noeud ? => C

X : un Carrefour (un noeud routier) => J

Mon huitième.

B : baie ? => N

C : la forme de la couronne de laurier. => O

V : victoire, laurier => H

Mon neuvième

A => M

B : rester bouche bée => N

D : le dé qui roule : du suspens. => P

E =>Q

H : on retient son souffle =>T

O. =>A

R : on retient son souffle. => F

Mon dixième.

D : d’ => P

E : parfois “muet”.=> Q

H : aspire ou inspire. => T

L : Le ou la qui ont une liaison font L’. => X

M : aime. => Y

N : : n’ => Z

T : t’. => F

U : nu => G

Mon onzième

D : dé => P

I : l’imaginaire (nombre complexe) ne serait-il pas inconnu ? => U

k : cas => W

L : la femme est un mystère. => X

M : aime => Y

Q : l’érotisme => C

R : erre => D

X : inconnu => J

Y (inconnu + “vas y” où est y ?) => K

Z => L

?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 14:29

Cela va bientôt faire 3 ans que ce blog est commencé. Je me dirige tout doucement ver le millième article écrit. Je suis assez content de moi. Cet article vient préciser certains points sur le « fonctionnement du blog ».

 

Tout d’abord, depuis plus d’un an je ne publie plus « un par un » les articles. J’utilise la fonctionnalité d’overblog permettant de différer la publication. C’est plus pratique pour moi. Il me semble d’autre part qu’un blog doit garder un aspect « message journalier » et non pas un vrac de communication donc je « distille les articles ». De toute façon, chacun peut l’aborder comme il le souhaite. A ce sujet, personne ne s’est abonné à la newsletter.

 

La gestation des articles prend plus ou moins de temps. Il est extrêmement rare que « j’écrive à chaud ». Il peut se passer plusieurs années entre « le premier jet » et la publication. Je travaille surtout le fond et assez peu la forme.

 

Certains lecteurs m’écrivent. Je précise que sauf mention explicite dans leur message, je me considère libre de répéter les informations qui me sont communiquées (je pense notamment à d’éventuelles solutions pour la chasse au trésor).

 

Encore une fois, je précise que ce blog « ne va nulle part ». Je ne cherche pas à démontrer quoi que ce soit (sauf petites exceptions), j’explore. Le monde que j’explore est celui « de la pensée », ma machette c’est mon intellect, mes cartes, ce sont les sources d’informations couramment disponibles. Ce blog est une sorte de « journal de voyage ». Chacun peut faire un voyage similaire. Nous explorons les mêmes contrées mais sans voir les mêmes choses. Pour moi, c’est l’essence de l’humanité.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 14:27

B : Il n’est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

530 : ouverture

780 : premier pas

470 : ce n’est le bon chemin que si la flèche vise le cœur.

580 : le bon sens c’est le sens du contresens et inversement.

600 : quand al-mar s’allie à la fibule de preste, les ténèbres resplendissent.

500 : ut queant laxis

420 : du ciel vient la lumière

560 : ad angusta per angusta

650 : quand tout est révélé.

520 : la terre s’ouvre

Et si les titres étaient à examiner ensemble ?

Je n’en déduis rien

 

 

Et si les titres n’étaient pas bien placés ?

B : Il n’est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

530 : ouverture

780 : premier pas : le pas de Roland de 470.

470 : ce n’est le bon chemin que si la flèche vise le cœur. La flèche d’appolon 420

580 : le bon sens c’est le sens du contresens et inversement. Le retour en arrière de 470

600 : quand al-mar s’allie à la fibule de preneste, les ténèbres resplendissent. La traversée maritime de 560.

500 : ut queant laxis : la musique de 580

420 : du ciel vient la lumière

560 : ad angusta per angusta

650 : quand tout est révélé.

520 : la terre s’ouvre : SS

Difficile d’en tirer une logique. 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 10:25

http://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Popper

 

Je suis assez fascine par ce critère de « falsifiabilité » ou plutôt de « réfutabilité ». Je vais illustrer par les recherches (mes micro théories) sur la chasse au trésor de la chouette d’or. Je ne prétendrais pas qu’elles soient «scientifiques ». Examinons les différences.

 

Les sciences cherchent à donner une description générale du monde « qui marche ». C'est-à-dire dans lequel une multitude de faits ont un cadre cohérent et on même une prévisibilité. La chasse n’a qu’un seul verdict : trouver ou non la chouette.

Les sciences peuvent avoir des expériences, des illustrations passées, des exemples décrits. Rien de tel pour la chasse.

 

Le point commun est la cadre logique de la théorie. Il y a un mystère du réel : il permet d’avoir (au moins localement) quelques cadres descriptifs logiques. Ce n’est pas une pure anarchie inintelligible. C’est Galilée je crois qui s’étonnait déjà de l’étrange pouvoir des mathématiques à « décrire le réel ». La chasse au trésor étant sensée être trouvable, elle est supposée logique. Encore qu’en la matière, c’est « Max le dieu créateur » qui impose sa logique.

 

J’en viens maintenant au caractère réfutable de mes constructions de recherches (un mélange de constats sur les énigmes, de rapprochement, d’hypothèses, de raisonnements et donc de déductions). Il n’est malheureusement pas possible de mener une expérience qui réfute cela. C’est pourquoi les idées les plus capilotractées de certains (dont moi ?) restent ouvertes. A la place de l’expérience, c’est un critère de « vraisemblance logique » qui entre en œuvre. Il a l’inconvénient d’être assez subjectif.

 

Je vais illustrer par un détail de la recherche sur la chouette d’or. Il y aurait 12 énigmes. On est en droit de tenter de les rapprocher des 12 mois de l’année. L’intérêt serait par exemple d’identifier une énigme « poisson d’avril » qui ne sert à rien. Le lien « bijectif » entre mois et énigme peut être construit mais il n’est pas très sûr et surtout on peut en imaginer plusieurs (et en conséquence « l’énigme poisson d’avril » n’est pas déterminée de façon certaine). Est-ce que cela réfute l’idée ?

Dans le corpus scientifique la dualité « onde corpuscule » par exemple, met mal à l’aise mais on fait avec. Et puis les 2 sont « valables ». cela apparaît plutôt comme une déficience de la capacité à décrire que comme un problème « du réel »..

Dans la chasse, cette question n’admet que 2 possibilités : elle n’a rien à voir avec la chasse ou bien il n’y a qu’un seul lien bijectif. Alors l’existence théorique d’un second lien bijectif est il un problème ?

Partager cet article
Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 10:17

Science et vérité sont des thèmes classiques de philosophie. Loin des discours savants de la « philosophie officielle », je me propose de « revenir sur Terre ». Quel est le besoin qui sous-tend ce thème ? Je postule qu’il s’agit d’avoir un discours « qui marche ».

C’est vrai j’ai une mentalité d’ingénieur. J’aurais tendance à faire fi de la poésie. Je veux du pragmatisme. Je reconnais que ce concept de « vérité qui marche » n’est pas le plus universel. Il est vrai qu’il y a des moments où l’on peut déconner.

 

Mais revenons à cette « vérité qui marche ».

Le constat que je fais est que cette « vérité qui marche » doit marcher pour tout le monde (soyons pragmatique, disons « presque » tout le monde). C’est loin d’être anecdotique et il va falloir s’attarder sur cette caractéristique.

Si un illuminé croit fortement à un concept ésotérique, cela sera une vérité pour lui, il est même possible qu’il considèrera qu’elle marche. La capacité des êtres humains à s’illusionner m’étonne encore. Mais on ne peut raisonnablement pas en faire une vérité qui marche « tout court ».

Le caractère collectif est donc nécessaire. Il est important que cette « croyance » soit partagée. Mais puisque c’est une « vérité qui marche », c’est donc qu’elle marche. C’est donc plus qu’une croyance. Je dois expliciter « marcher ».

« Marcher » renvoie aux expériences, aux exemples et à la prévisibilité. Et tout cela doit faire partie du « monde réel » car le constat que cela marche doit être partagé.

Ce constat partagé est sans doute un problème. En effet, tout le monde n’a pas la même capacité intellectuelle ni les mêmes bagages de connaissance. Or le constat que cela marche nécessite de plus en plus une longue démarche intellectuelle. Cela consiste notamment dans l’observation et la mesure, le traitement des données mais aussi la compréhension du cadre descriptif. A ce titre, la construction d’un cadre logique concis, simple clair et logique ne va pas toujours de soit. Combien de théories obscures, de concepts flous ! Enfin la falsification (= la fraude et non la réfutation popérienne) des données (au sens large) est toujours possible. Elle est d’autant plus probable (certaine) que des intérêts privés sont en jeu (c’est le cas de l’économie).

 

Donc, je finis par pointer les problèmes :

-          Le fait que les « données » soient disponibles, fiables, précises et significatives.

-          Le fait que le cadre descriptif soit le plus clair possible.

 

Le premier des points ne pose pas de problèmes théoriques. Ce n’est qu’un gigantesque problème pratique.

Le second des points est lui un problème théorique qui relève de la science de la cognition. Comment faire pour qu’un discours de type « cadre descriptif » soit le plus clair possible et donc assimilable (et validable) par le plus grand nombre ?

La logique ne me semble qu’une réponse balbutiante à cette question.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 11:47

Le G20 du moment est l’occasion de faires quelques commentaires.

 

Tout d’abord, il se repose la question du « rapport final pré-rédigé d’avance » que j’avais évoqué le 30/01/09. Etrange paradoxe !

 

Sur le fond, il y a 2 thèmes en question. Le montant de la relance et la notion de régulation économique mondial. Je dois dire que mes médias courants n’ont pas donné beaucoup d’explication sur ces 2 dossiers. Il faut reconnaître qu’ils sont sans doute complexes. Je suppose que les journalistes ne les ont pas encore « compris ».

 

En ce qui concerne la relance, la situation est incompréhensible car les médias ont relayés depuis plusieurs mois des plans de relance aux chiffres astronomiques (et c’est quelqu’un d’habitué aux chiffres macro économiques qui parle). Bref on nous aurait menti ? Je peux aussi reprendre un critique « gauchisante » formulée ici ou là. Pendant des années, il n’y avait pas de moyens pour des projets « nobles et solidaires » (la faim, le SIDA ? le chômage, …) et tout à coup on débloque de l’ordre de 1000 fois plus (oui 1000 fois !) pour la banque ? Si cette critique est légèrement caricaturale, elle n’est fondamentalement pas fausse. C’est bien là la preuve de qui dirige véritablement le monde. En explorant différemment cette critique, je fais le constat que la solution est de redistribué des fonds via un système (et des acteurs) qui ont globalement failli. Cela revient à récompenser les « coupables ». Quite à dilapider des fonds, il y aurait d’autres solutions. Par exemple, donner mille dollars à tous les habitants de la Terre. J’ai du mal à croire que le circuit bancaire et le seul moyen de redistribution. C’est donc un choix.

 

On en vient maintenant à la régulation économique mondiale. Sur le principe, je suis d’accord. Mais il faut bien reconnaître que les exemples actuels de régulation mondiale ne plaident pas en faveur d’un tel mécanisme. On revient à un problème fondamental de pouvoir. A supposer qu’un « système de régulation économique mondial » voit le jour, il faudra savoir qui le dirige (et qui désigne le dirigeant) et quels sont ses pouvoirs. L’appropriation du sujet par les états n’augure rien de bon. En fait ce sujet est hyper ambitieux. Il mérite mieux qu’une décision à la va vite.

Partager cet article
Repost0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 14:26

Examinons le temps des verbes du texte des énigme

 

B : est, veut. Présent

530 : précède, inspire, est, suit, cache, crache, suffit, + sera. Présent et 1 futur.

780 : voudras, dois. Futur, présent.

470 : est, vise, multiplie, offre, est couché , ronfle, vaut, est, a, traîne, est, est, trouve, verras. Présent, passé composé,  et 1 futur.

580 : est, vaudra. Présent, futur)

600 : allie, resplendisse (et cache). Présent.

500 : emprunte, est, est ; Présent.

420 : vient, prête, comptera, abattra, hâte, (et imprima). Présent, futur, impératif, (et passé simple).

560 : auras, cherche, révèle, attarde, demande, apprête, viendra, mènera, poursuis, interromps, tire, regretteras, as fait. Futurs, impératif, passé composé.

650 : est révélé, cherche, attendent, trouve, faut. Passé composé, impératif, présent.

520 : ouvre, aurait, étaient alignés, serait, as dénoué, est, sera infligé, est, dois, montre, referme. Présent, conditionnel, passé antérieur, passé composé, futur antérieur, impératif.

 

J’aurais aimé trouver un rythme pour utiliser la coupure futur/ Présent de 780. Il ne se dégage rien de semblable.

 

L’utilisation du futur pour 530 (sera), 780 (voudras), 580 (vaudras), 560 (auras), 520 (sera infligé) est relativement arbitraire. Le présent aurait fait l’affaire.

L’utilisation du futur pour 470 (verras), 560 (regretteras) n’est pas obligatoire. L’impératif aurait fait l’affaire.

L’utilisation du futur pour 520 (comptera, abattra), et 560 (viendra, mènera) s’applique à des Dieux. Le futur s’impose plus ou moins (sinon il faut une construction plus lourde du genre « il doit compter ») : cela ne sied pas à un Dieu.

 

Une idée : ce que signifie « la rosse et le cocher » ne s’applique qu’aux verbes au futur des énigmes suivantes. Pour « voir le lumière », dans la façon dont les villes « valent » X…

Je ne sais pas exploiter cette idée.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives