Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 14:32

Je suis donc relativiste. Par exemple, et sauf exception, je n’inflige pas des considérations de « bien » ou de « mal » à des situations ou à des gens. Je me suis affranchi du manichéisme.

 

D’une part c’est très réducteur de se contenter d’un « j’aime » ou « je n’aime pas » (ce qui est toutefois déjà plus juste que d’oser dire c’est bien/bon ou c’est mal/mauvais). Il est plus enrichissant pour tout le monde de préciser les caractéristiques (qui plaisent ou non). Cela développe le vocabulaire. In fine, le fait que ce soit positif ou non est tout à fait secondaire.

 

Le fait de vouloir trancher de manière binaire est toutefois assez répandu. C’est sans doute une caractéristique intrinsèque à l’espèce humaine. On le trouve par exemple pour partie dans les religions monothéistes (bien mal, Dieu/diable, paradis/enfer, saint/démon, …). J’estime que ce n’est qu’une partie de « l’offre religieuse ». Comme beaucoup de thème, les religions ne l’ont pas inventé elles n’ont fait que de l’utiliser. C’est surtout le fait de religions monothéiste du fait même de la réduction drastique qu’engendre l’idée de « dieu unique ». En effet, en admettant cela, on réduit tout à une seule direction, une seule orientation. On peut toujours tenter de rattraper le coup en imaginant un dieu infini, pluriel, présent partout, qui comprend tout le monde, et en ajoutant des saints et tout le frusquin. Il n’empêche que l’unicité réduit mécanique les libertés d’approche.

Une autre dichotomie permanente est celle homme-femme. Si cette différence biologique est évidente, son extension culturelle l’est moins. Les principes masculin/féminin et les attributs que l’on leur rattache sont très présents dans les sociétés. Cela va jusqu’à placer des genres aux substantifs !

 

Trancher de façon arbitraire et précipitée n’est donc pas dans mes habitudes. Je me complais dans la recherche des nuances. Cela n’a pas toujours été ainsi.

 

Il me semble en effet que dans la « formation de l’esprit », l’étape « Oui/Non » est nécessaire pour « construire une connaissance ». Il est indispensable d’utiliser ce principe simpliste pour donner de la lisibilité à ce qui est inculqué.

Ensuite, il faut déconstruire, désapprendre, remettre en question, nuancer. Peut être me contredirez-vous, mais je n’imagine pas que l’on puisse sauter la première étape.

Il est navrant que les croyants convaincus qui restent enfermés dans leur certitude manichéenne aient souvent la primauté sur les incrédules avancés qui remettent en question.

 

J’ai abordé le relativisme comme le contraire d’une approche dichotomique. Cette dichotomie s’applique au principe bien/mal mais finalement à tout attribut (jeune/vieux, blanc/noir, riche/pauvre,…). Au final, c’est tout le vocabulaire qui peut être infecté de ce relativisme. Tentons de séparer les problèmes. Pour moi, le vocabulaire devrait être au maximum précis, fin et figé. Ce n’est qu’un outil, une convention. On peut lui imposer des règles arbitraires. Par contre, ce à quoi il se rapporte, « le réel qu’il décrit » « est ce qu’il est » : impossible de le contraindre arbitrairement dans un cadre. C’est pourtant ce que l’on tente lorsque l’on ose un discours descriptif. C’est là qu’il faut garder l’esprit de relativité : toute description n’est qu’une approximation plus ou moins fidèle, plus ou moins opérationnelle. Si je pousse l’idée, parler est inutile : il vaudrait mieux se taire. J’ai l’intuition que cela rejoint la notion bouddhique de « l’illumination ».

 

Mais comme je suis un peu incohérent, je vais tout de même poursuivre ce blog ;)

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
<br /> "Peut être me contredirez-vous" ...<br /> <br /> Mais avec plaisir!<br /> <br /> Je pense qu'on aurait tort de pousser l'humilité jusqu'à se refuser à considérer des actions ou des situations du point de vue du bien et du mal.<br /> <br /> Tout d'abord il semble bel et bien y avoir des choses et des actions "bien", "bonnes" et des choses ou des actions "mauvaises". C'est un fait: je me sentirais mal si je devais faire souffrir<br /> quelqu'un pour une raison ou pour une autre, et je ne mets pas volontiers les mains dans l'eau bouillante.<br /> <br /> Et c'est un principe universel. L'immense majorité des humains sont dans ce cas, presque par construction: cela doit être une simple conséquence de l'évolution.<br /> <br /> Là où cela devient subtil, c'est lorsque l'on essaie d'établir un jugement bien/mal dans un contexte particulier. Les sacrifices humains des aztèques étaient ils une bonne chose? Après tout on peut<br /> facilement imaginer que les sacrifiés étaient heureux de leur sort... Que penser de l'excision dans certaines religions aujourd'hui?<br /> <br /> Il me semble qu'il existe des valeurs universelles qui permettent de rejeter catégoriquement ce genre de pratiques. Un relativiste aura tendance à justifier: "il s'agit d'une autre tradition, il<br /> faut respecter leur culture", etc. Sauf que le sacrifié ci-dessus supporte son mal (s'il le supporte) sur des bases un peu moins que scientifiques ...<br /> Notez que ma réponse fait abstraction de toute considération morale, qui n'est pas nécessaire ici.<br /> Bref, il faut se méfier du "relativisme absolu" ...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Merci de cette contradiction.<br /> <br /> Je vais la méditer.<br /> <br /> <br /> <br /> <br />

PrÉSentation

  • : je blogue, donc je suis
  • : Si vous cherchez la vérité, allez croire ailleurs !
  • Contact

Recherche

Archives